Rechercher
Rechercher

À La Une - Irak

L'EI fier d'avoir réduit des femmes et des enfants yazidis en esclavage

Pour le magazine de propagande de l'EI, l'esclavage des personnes considérées comme ayant des croyances religieuses déviantes, a redonné son sens à un aspect de la charia.

"Après leur capture, les femmes et enfants yazidis ont été répartis parmi les combattants de l'EI ayant participé aux opérations de Sinjar", affirme le magazine de propagande du groupe Etat islamique. Archives AFP

Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) affirme avoir offert comme butin de guerre à ses combattants les femmes et enfants yazidis capturés dans le nord de l'Irak, se targuant d'avoir ravivé l'esclavage.


Plusieurs centaines de Yazidis, une minorité habitant surtout le nord de l'Irak, ont été déplacés par l'offensive fulgurante lancée par les jihadistes il y a quatre mois dans la région. Des responsables yazidis et organisations de défense des droits de l'Homme avaient sonné l'alarme en août affirmant que leur petite communauté était menacée de génocide, une menace qui avait été avancée par Washington comme étant une des raisons de son intervention aérienne contre l'EI. Plusieurs milliers de Yazidis avaient été assiégés pendant plusieurs jours en août sur les montagnes du Sinjar, tandis que d'autres ont été massacrés et le sort de centaines de femmes et enfants portés disparus restait inconnu.

 

Dans un article intitulé "La relance de l'esclavage avant l'heure", Dabiq, le magazine de propagande de l'EI, affirme pour la première fois clairement que l'esclavage des personnes considérées comme ayant des croyances religieuses déviantes, a redonné son sens à un aspect de la charia.
"Après leur capture, les femmes et enfants yazidis ont été répartis parmi les combattants de l'EI ayant participé aux opérations de Sinjar", affirme l'article. "Cet esclavage de familles polythéistes est probablement le premier depuis l'abandon de cette loi de la charia", ajoute-t-il. "Le seul autre cas connu -mais beaucoup moins important- est celui de l'esclavage de femmes et enfants chrétiens aux Philippines et au Nigeria aux mains des moujahidine là-bas."

Dabiq explique que "les gens du Livre" (adeptes des religions monothéistes comme les chrétiens et les juifs, NDLR) peuvent échapper à ce sort car ils ont la possibilité de verser une taxe appelée "jizya" ou de se convertir. Mais cela n'est pas appliqué aux Yazidis.

 

Fin août, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait rapporté que des dizaines de femmes yazidies capturées en Irak par l'EI avaient été forcées à se convertir à l'islam puis avaient été "vendues" pour être mariées de force en Syrie à des combattants du groupe jihadiste. "Chaque femme a été vendue contre un montant de 1.000 dollars, après avoir été convertie à l'islam", avait-elle précisé.

A Paris, à la mi-août, une famille yazidie ayant fui Mossoul, avait raconté lors d'une conférence de presse organisée par le Chredo (Coordination des chrétiens d'Orient en danger), que les jihadistes avaient vendu aux enchères, quelques jours plus tôt, 700 femmes yazidies au prix moyen de 150 dollars par esclave.

L'ONG Human Rights Watch a, elle aussi, dénoncé dimanche les agressions sexuelles dont sont victimes les femmes yazidies. "L'enlèvement et les abus systématiques dont font l'objet les civils yazidis peuvent constituer des crimes contre l'humanité", a souligné l'ONG dans un communiqué.
Selon des entretiens menés par HRW avec des dizaines de Yazidis déplacés dans la région autonome du Kurdistan, l'EI détiendrait au moins 366 personnes, mais ce nombre pourrait s'avérer plus de trois fois supérieur.


Une adolescente de 15 ans ayant réussi à échapper aux jihadistes le 7 septembre, a déclaré à HRW avoir été achetée par un jihadiste palestinien pour 1.000 dollars. Le jihadiste l'a emmené dans son appartement de la ville de Raqqa, bastion de l'EI en Syrie, et l'a agressée sexuellement, a relaté l'adolescente. Selon HRW, l'étendue des violences sexuelles infligées par l'EI aux femmes yazidies enlevées reste floue. Mais la stigmatisation du viol dans la culture yazidie pourrait expliquer le faible nombre de témoignages, a souligné l'ONG. "Quand vous leur posez la question, elles n'ont jamais, ou très rarement, été agressées sexuellement. Pour dire les choses simplement, elles ont peur d'être tuées par leur propre tribu", a expliqué à l'AFP Hanaa Edwar, militante irakienne des droits de l'Homme.


Vivant dans les coins reculés des montagnes du Kurdistan, les Yazidis puisent les origines de leur foi dans le mazdéisme né en Iran il y a près de 4.000 ans et dans le culte de Mithra. Mais ils sont monothéistes, et leur foi syncrétique peu connue ne présente pas de dogme unifié, du fait des persécutions dont ils disent avoir été victimes.
Longtemps diabolisés par les musulmans, les chrétiens et les juifs d'Irak, les Yazidis, ont été affublés de l'étiquette d'"adorateurs du diable" pour leur refus de reconnaître son existence. Ils disent que leur religion était la religion originelle des Kurdes, avant l'islamisation intervenue au tournant du premier millénaire.

 

Pour mémoire

Le prix Anna Politkovskaïa à Vian Dakhil, icône des Yazidis

Qui sont les Yazidis ?


Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) affirme avoir offert comme butin de guerre à ses combattants les femmes et enfants yazidis capturés dans le nord de l'Irak, se targuant d'avoir ravivé l'esclavage.
Plusieurs centaines de Yazidis, une minorité habitant surtout le nord de l'Irak, ont été déplacés par l'offensive fulgurante lancée par les jihadistes il y a quatre mois dans la...

commentaires (3)

Ah, si on pouvait regrouper toutes ces betes dans un meme endroit et puis ... BOUM, vite fait bien fait.

Remy Martin

20 h 23, le 13 octobre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Ah, si on pouvait regrouper toutes ces betes dans un meme endroit et puis ... BOUM, vite fait bien fait.

    Remy Martin

    20 h 23, le 13 octobre 2014

  • Ha la la !! comment peut on dire que la charia remet l'esclavage a l'ordre du jour ?? la 1ere des choses que le prophete Mohamad a faite après la prise de Medine c'est de liberer les esclaves et le 1er muezzin de l'islam est un noir du nom de Bilal , justement libere par l'Islam . cet ei n'est qu'une mysthification actionne par les sionistes pour discrediter et dementeler les etats arabes et musulmans . Qui pourrait en douter encore ??? rendez la Palestine bandes de voleurs de betails !!!

    FRIK-A-FRAK

    18 h 59, le 13 octobre 2014

  • Croire àl' EI une vraie blague.

    Sabbagha Antoine

    18 h 10, le 13 octobre 2014

Retour en haut