X

Moyen Orient et Monde

« La Turquie ne s’engagera contre l’EI qu’à certaines conditions ; elle attend quelque chose en retour »

Éclairage

Cengiz Çandar explique pour « L'Orient-Le Jour » les raisons de l'inaction, jusqu'à présent, d'Erdogan.

08/10/2014

Alors que le Parlement turc a voté il y a quelques jours en faveur d'une intervention militaire terrestre en Syrie (et en Irak), Ankara ne s'est toujours pas engagé dans cette voie, alors que la ville frontalière de Kobané (Aïn el-Arab en arabe) est à deux doigts d'être prise par les jihadistes. Cette inaction manifeste (ou tout simplement apparente) suscite de nombreux points d'interrogation quant aux réelles intentions de la Turquie.
À la suite du vote du 2 octobre, le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, avait déclaré qu'il souhaitait que Kobané demeure kurde, ajoutant que la Turquie ne s'engagerait pas dans un conflit qui renforcerait le régime de Damas. Il n'empêche : le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, a de nouveau appelé hier à une intervention militaire terrestre contre l'État islamique (EI). S'exprimant devant des réfugiés syriens dans un camp de Gaziantep (la grande ville turque la plus proche de Kobané), il a déclaré que cette dernière était « sur le point de tomber » et que « la terreur ne sera pas stoppée tant que nous ne coopérerons pas en vue d'une opération terrestre ». Entre précaution et déclarations d'intention, l'attitude d'Ankara renvoie à une question fondamentale : pourquoi la Turquie est toujours inactive alors que Kobané est justement « sur le point de tomber » ?

 

(Lire aussi : La Turquie en crise face à Daech)

 

Realpolitik turque
En fait, la résolution votée par le Parlement turc ne stipule pas une intervention imminente ou obligatoire. « Ces motions parlementaires ne sont pas des décisions réelles d'intervention mais des cadres pour de possibles opérations », souligne Jean Marcou, politologue et spécialiste de la Turquie, dans un article publié sur le site de l'Observatoire de la vie politique turque (Ovipot) qu'il anime. Ensuite, pour mieux comprendre les propos de M. Erdogan, il convient de les joindre aux déclarations faites par son Premier ministre lors d'un entretien accordé lundi soir à la chaîne d'information CNN. Ce dernier avait affirmé : « Nous sommes prêts à faire tout ce qu'il faut s'il y a une stratégie claire qui nous assure qu'après (la défaite des jihadistes), notre frontière sera protégée », avant de poursuivre que « si Assad restait au pouvoir, si l'EI disparaissait, une nouvelle organisation radicale pourrait prendre la place ».


En gros, si les dirigeants turcs continuent de déclarer à cor et à cri et à qui veut l'entendre qu'une opération terrestre serait indispensable, cela signifie qu'ils n'entreprendront pas d'aventure guerrière sans garanties et, pour reprendre le titre d'un article publié récemment par Cengiz Çandar, que « les actions militaires de la Turquie en Syrie se feront selon ses propres conditions ».

Interrogé par L'Orient-Le Jour, l'éminent journaliste indépendant turc, éditorialiste au quotidien Radikal et ancien conseiller spécial de l'ex-président turc Turgut Özal, confirme qu'« Ankara ne s'engagera contre l'État islamique que si certaines conditions sont réunies : établissement d'une zone-tampon pour protéger les civils réfugiés, création d'une zone d'exclusion aérienne et appui militaire à l'Armée syrienne libre (ASL). Pour cela, un feu vert des États-Unis est nécessaire ». Or, la stratégie de ces derniers, qui consiste essentiellement à endiguer l'avancée de l'EI, ne concorde toujours pas avec celle d'Ankara. « La priorité du gouvernement turc demeure l'éviction de Bachar el-Assad, qu'il place à égalité avec la lutte contre les islamistes. Ce qui n'est pas le cas des Américains. Si la Turquie a rejoint la coalition, c'est en raison des pressions américaines. Elle l'a fait avec réticence, et du coup s'attend à quelque chose en retour », ajoute-t-il.


Par ailleurs, empêcher la création de facto d'une zone autonome kurde le long de sa frontière avec la Syrie est également une priorité fondamentale pour Ankara, poursuit M. Çandar. En mettant dans le même sac les Kurdes du PKK (qui soutiennent leurs coreligionnaires syriens) et l'État islamique, et en les qualifiant tous deux de terroristes, les dirigeants turcs entendent couper l'herbe sous les pieds de toutes les formations kurdes opérant sur son territoire ou à sa périphérie, ou du moins les coopter. Mais dire qu'Ankara attend que Kobané soit définitivement aux mains de l'EI pour intervenir serait franchir un pas... que nous ne ferons pas.

 

Lire aussi

Les rues turque et française s'embrasent : neuf morts au moins

Pour mémoire

Feu vert turc à une intervention militaire contre l'EI : un nouveau chapitre s'ouvre dans la région

Le revirement de la Turquie contre l'EI...

 

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PEUT-ÊTRE... UN AUTRE SANDJAK D'ISKENDERUN ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CYNIQUEMENT ET CRIMINELLEMENT... LA FIN DES KURDES !

LA TABLE RONDE

haretz israélien dit avoir en sa possession des documents qui prouvent la coopération des services de renseignement russe avec l'Etat syrien, à Quneitara , proche du Golan, région où justement Israël collabore avec les wahabosio à la fois contre le Hezbollah et le régime Assad. " l'ASL vient d'accéder à des images publiées liées à un site d'espionnage russe, images qui mettent en lumière d'étroites coopérations entre les services du renseignement russes et le régime Assad" " il s'agit d'un site d'espionnage situé à Tal al Hara, dans le sud de Quneitara qui vient d'être pris par l'ASL. des images montrent comment le site a été contrôlé et administré par des experts russes et comment ces derniers surveillaient de près le moindre agissement des wahabosio anti syrien. les espions russes surveillaient de surcroit les activités de l'armée israélienne dans le Golan syrien"! le journal explicite davantage l'info en affirmant que les images en questions figurent à l'intérieur d'une vidéo-cassette . cette vidéo contient aussi une liste des officiers de renseignement russes qui ont travaillé pour le régime Assad et ce, depuis longtemps . quelques généraux figurent parmi eux , " généraux qui travaillent pour le ministère russe de la Défense" haretz essaie par la suite rétablir l'équlibre en ajoutant : " l'ASL travaille étroitement avec la CIA et ce sont à vrai dire la CIA qui a permis à l'ASL de publier ces renseignements" . Cette révélation n'est en effet pas un effetdu hasard.

Pierre Hadjigeorgiou

Kobané est pratiquement tombée et cela arrange la Turquie. Personne n'est prêt a lui donner ce qu'elle demande pour a simple raison qu'ils veulent tous que les combats se perpétuent. Alors les pauvres Kurdes peuvent attendre, mais plus a Kobané, a Erbil!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué