X

Moyen Orient et Monde

Les rues turque et française s’embrasent : neuf morts au moins

OLJ
08/10/2014

La bataille qui oppose jihadistes et combattants kurdes pour le contrôle de la ville syrienne de Kobané a suscité hier dans toute la Turquie de violentes manifestations contre le gouvernement islamo-conservateur turc.
Mobilisés à l'appel du principal parti politique kurde de Turquie, des milliers de personnes sont descendues dans les rues d'Istanbul, d'Ankara et des villes du Sud-Est à majorité kurde du pays pour dénoncer le refus d'Ankara de voler militairement au secours de Kobané (Aïn al-Arab en langue arabe), en passe de tomber entre les mains des forces de l'État islamique (EI, ex-Daech). Dans la plupart de ces villes, la contestation a dégénéré en affrontements qui ont fait au moins neuf morts. Un homme de 25 ans a ainsi été tué dans des circonstances encore indéterminées à Mus, dans le Sud-Est, et un autre grièvement blessé, ont rapporté les médias turcs. Le quotidien Hürriyet a indiqué que la victime avait été atteinte par un coup de feu d'origine indéterminée, alors que la chaîne d'information NTV a assuré qu'il avait été touché en pleine tête par une grenade lacrymogène tirée par la police.
Lundi soir, le Parti républicain populaire (HDP) avait appelé les Kurdes du pays, plus de 15 millions de personnes, soit 20 % de la population turque, à se mobiliser contre l'entrée des jihadistes à Kobané et contre le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, accusé d'immobilisme et de complicité avec l'EI. Après une première série de manifestations ponctuées d'incidents lundi soir à Istanbul ou Diyarbakir, la « capitale » kurde du Sud-Est, de nombreux Kurdes ont à nouveau défilé hier contre le gouvernement. Comme la veille, les forces de l'ordre sont intervenues massivement avec du gaz lacrymogène et des canons à eau pour disperser des milliers de protestataires dans le district stambouliote de Gazi, a constaté un photographe de l'AFP. Une personne a été grièvement blessée dans le district de Sarigazi, tout comme l'avocat Tamer Dogan, spécialisé dans la défense des droits de l'homme, dans celui de Kadiköy, un fief de l'opposition sur la rive asiatique d'Istanbul. De violents incidents ont également été rapportés à Diyarbakir où plusieurs personnes ont été tuées lors de heurts entre des partisans du parti islamiste Huda-Par et des militants kurdes, a-t-on appris de sources hospitalières. Des manifestations ont également eu lieu dans la capitale Ankara, où plusieurs policiers ont été blessés, ainsi que dans la station balnéaire d'Antalya et les villes de Mersin et d'Adana. Les autorités locales ont par ailleurs décrété le couvre-feu dans plusieurs quartiers de Mardine, une autre ville du Sud-Est turc à forte densité de population kurde.
Les Kurdes ont par ailleurs prévenu que la chute de Kobané provoquerait la fin des pourparlers de paix engagés il y a deux ans par Ankara et les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) pour mettre un terme à un conflit qui a fait 40 000 morts depuis 1984. Dans un message relayé par son frère, le chef emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdullah Öcalan a laissé au gouvernement jusqu'à la mi-octobre pour faire un geste en faveur de la paix. « Ils (le pouvoir) parlent de résolution et de négociation, mais il ne se passe rien, a affirmé M. Öcalan, c'est une situation artificielle qui ne pourra pas durer. » L'Union des communautés du Kurdistan (KCK), considérée comme la branche urbaine du PKK, a de son côté appelé les « millions » de Kurdes à descendre dans la rue.
Dans ce contexte, plusieurs dizaines de manifestants kurdes ont fait irruption hier au Parlement européen à Bruxelles pour attirer l'attention sur l'avancée de l'EI sur Kobané. De même, la communauté kurde en France a organisé plusieurs manifestations hier pour dénoncer l'inaction de la communauté internationale face à l'avancée de l'EI. Quelque 200 Kurdes ont manifesté à Paris aux abords de la présidence française, où ils ont improvisé un sit-in. D'autres manifestations, notamment à Toulouse et Bordeaux, ont rassemblé plusieurs centaines de personnes.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Il n'est pas de l’intérêt de la Turquie d'intervenir. Elle essaye de la monnayer chère son aide mais les occidentaux a ce jour n'ont toujours pas accepter les conditions Turques. De toute manière cela arrange tout le monde ce qui se passe en Syrie et en Irak. Ce qui est maintenant sur c'est que le Turquie s'enlise de toute manière et elle finira très bientôt comme l'Irak et la Syrie. Je leur souhaite bien du plaisir! Nous en tout cas cela nous fera très plaisir, il nous foutrons enfin la paix!!!

AIGLEPERçANT

-le chef de l'état major de l'armée américaine a affirmé mardi que Daech se trouve à un tournant
"puisqu'il est en train de changer de tactique "! alors que l'opinion publique se sent scandalisé par l'apathie de la coalition anti Daech, le général Dempsey a prédit aussi " la chute prochaine de la ville kurde du nord de la Syrie, Kobani". Dempsey qui s'exprimait sur la chaine ABC a ajouté : "Ankara nous a donné des assurances en ce qui concerne la disponibilité de l'armée turque de se tenir prête pour faire face à Daech "Dempsey qui cherchait visiblement à justifier le refus des avions us/alliés à bombarder les positions de Daech à Kobani a affirmé que "Daech est un ennemi bien avertit(grâce au soutien logistique US, évidemment!) et il sait comment agir"! le calme affiché par le général face à la perspective d'un terrible massacre à Kobani a terriblement étonné quand le journaliste lui a demandé "si Daech entre dans la ville, il va massacrer quelques 5000 en 24 heures" . et Dempsey de répondre :"je crois que la plupart des habitants de Kobani l'ont quiité . mais j'en suis sûr, si Daech trouve une nouvelle occasion , il ne va pas hésiter à commettre de nouvelles atrocités" . sur le terrain des combats, les avions US refusent de frapper les teroristes qui après avoir tactiquement évacué leurs positions dans l'est de la ville font marche droit vers le centre de Kobani. les combats se poursuivent avec acharnement et les cas de viol et de décapitation ont déjà éte signale.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants