Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Le revirement de la Turquie contre l’EI...

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a officialisé hier le revirement de son pays dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique (EI) et ouvert la porte à une très prochaine participation à la coalition militaire réunie par les États-Unis.
Dès son retour de l'Assemblée générale de l'Onu, M. Erdogan a confirmé devant la presse le virage de la Turquie amorcé après la libération, le 20 septembre, des 46 ressortissants turcs retenus en otage par l'EI depuis le mois de juin. « Comme vous le savez, un projet de mandat va être déposé au Parlement. Il sera discuté le 2 octobre et j'espère que les mesures nécessaires pourront être prises dès qu'il sera voté. Ce mandat autorise l'intervention des forces armées », a rappelé le chef de l'État.
Pendant ce temps, sur le terrain, les combattants jihadistes se sont rapprochés hier de Aïn al-Arab (Kobané en langue kurde). L'état-major de l'armée turque a indiqué dans un communiqué qu'un obus de mortier tiré de la zone où se déroulent ces combats a atteint hier une partie inhabitée du territoire turc, sans faire de dégâts ni de victimes. Des centaines de Kurdes turcs et syriens ont abattu hier la barrière qui sépare les deux pays près de Mursitpinar avec l'intention d'y rejoindre les forces kurdes qui combattent les jihadistes autour de Aïn al-Arab, selon un photographe de l'AFP. Les forces de sécurité turques, qui s'étaient jusque-là opposées par la force à l'entrée de Kurdes non syriens sur le territoire syrien, ne sont cette fois pas intervenues.
Par ailleurs, côté diplomatie, les ministres turc et français de l'Intérieur, Efkan Ala et Bernard Cazeneuve, se sont promis hier de mieux coopérer dans la lutte contre les filières jihadistes, après le retour cette semaine de trois Français soupçonnés d'être des jihadistes, qui ont pu rentrer de Turquie en France en trompant la vigilance de la police.


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a officialisé hier le revirement de son pays dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique (EI) et ouvert la porte à une très prochaine participation à la coalition militaire réunie par les États-Unis.
Dès son retour de l'Assemblée générale de l'Onu, M. Erdogan a confirmé devant la presse le virage de la Turquie amorcé...

commentaires (0)

Commentaires (0)