X

Un monde de solutions (II)

S’éclairer avec un sac de sable

GravityLight

Deux designers industriels de Londres ont mis au point la GravityLight, un dispositif propre et économique pour permettre aux habitants des pays en développement d'éclairer leur intérieur à toute heure du jour ou de la nuit.

Sarah Norrman | Sparknews/OLJ
20/09/2014

Tout a commencé par un échec.
Un jour, Martin Riddiford et Jim Reeves, consultants londoniens en design industriel, sont contactés par l'association caritative britannique SolarAid pour mettre au point un système d'éclairage fonctionnant sur panneaux photovoltaïques et batterie pour un prix de revient inférieur à 6 dollars (4,5 euros). L'objectif est d'offrir aux 1,3 milliard d'habitants des pays en précarité énergétique une alternative au kérosène, combustible coûteux, toxique, polluant et dangereux.
Au terme de longues recherches, les deux consultants se retrouvent dans une impasse: puisque l'énergie solaire doit nécessairement être stockée dans une batterie pour être restituée après la nuit tombée, toutes les solutions reviennent trop cher et sont inefficaces.
Martin Riddiford et Jim Reeves ne jettent pas l'éponge pour autant. La clé, pensent-ils, est de trouver un système susceptible de générer de l'énergie à moindre effort et de l'utiliser aussitôt. À force de tourner et retourner le problème, l'illumination finit par arriver.
«Le moment où nous avons compris que l'on pouvait éviter de stocker l'énergie en la produisant grâce à la force gravitationnelle a réellement été une révélation, se souvient Jim Reeves. L'idée qu'un dispositif aussi simple qu'un sac lesté de pierres ou de terre puisse produire la tension nécessaire pour générer l'énergie cinétique en fut une autre.»

 

3 secondes pour 28 minutes de lumière
La GravityLight surpasse les autres appareils remontés manuellement, comme la radio à manivelle ou les lampes à pédales, par la vitesse à laquelle elle produit de l'énergie. En trois secondes, soit le temps nécessaire pour relever le sac, on parvient à générer jusqu'à vingt-huit minutes de lumière basse tension.
«Dans un premier temps, Martin a démontré la faisabilité du principe sur un système bricolé à partir d'une roue de vélo, de chaînes et de lampe à dynamo», poursuit le consultant.
La GravityLight pèse un peu moins d'un kilogramme et le kit se compose de quelques éléments de base: le boîtier principal, dont l'aspect est à mi-chemin entre un œuf minuteur de cuisine et un moulin de canne à pêche ; la courroie à laquelle est suspendu le poids qui alimente la dynamo et deux sacs de lests munis d'attaches. Lorsque le premier sac est lesté de pierres ou de sable, il pèse environ 10 kg (s'il est trop plein, un voyant rouge s'allume). Une fois rempli, le petit sac se fixe à l'autre extrémité et fait office de contrepoids, actionnant la courroie qui transmet progressivement l'énergie cinétique à une ampoule LED. «À l'utilisation, il fait un petit bruit, mais si discret qu'il est presque silencieux », précise Jim Reeves. La GravityLight produit 0,1 watt et peut alimenter et recharger d'autres appareils, une lampe de poche ou une radio, par exemple.

 

La GravityLight en situation.

 

Financement participatif
Jusqu'en 2012, l'avenir de la GravityLight n'apparaissait pas radieux: les inventeurs avaient désespérément besoin d'argent pour produire et distribuer plus d'un millier d'unités afin de mener des essais sur le terrain en Afrique et en Inde. Ils voulaient s'assurer que leur lampe serait adaptée aux milieux difficiles auxquels elle était destinée. Et ils se demandaient si les utilisateurs seraient prêts à se lever toutes les vingt minutes pour remonter le sac.
Pour obtenir l'argent nécessaire au développement de leur invention, Reeves et Riddiford ont lancé un appel de fonds sur le site de financement participatif Indiegogo. Les résultats furent stupéfiants : quatre jours après le début de l'opération, ils avaient dépassé leur objectif et recueilli 50 000 dollars (37 500 euros). L'effet boule de neige a fait le reste. «Les internautes ont compris que la GravityLight marcherait», assure Jim Reeves, soulignant que le projet a autant séduit des ONG que des particuliers. «Quiconque a vécu un ouragan ou un tsunami sait ce que peut être une panne d'électricité», explique-t-il.
À mi-course de la campagne, Bill Gates a envoyé un tweet à ses 9,2 millions de suiveurs, qualifiant la lampe d'«innovation très sympa». En l'espace de quarante jours, les consultants avaient récolté 400000 dollars (300 000 euros).

 

 

Phase de test
La phase de tests sur le terrain s'est déroulée dans 27 pays, du Pérou aux Philippines, avec l'appui de plusieurs associations caritatives, organisations d'aide humanitaire et ONG. C'est au cours d'un de ces séjours tests au Sri Lanka que Jim Riddiford s'est rendu compte qu'il fallait améliorer le prototype pour éviter que la lampe ne s'éteigne trop brutalement, plongeant les maisons dans le noir total. Son collègue et lui ont donc modifié la forme du sac afin qu'il repose au sol pendant environ 60 secondes, de sorte que la lumière s'atténue et laisse le temps à l'utilisateur de remonter le sac pour amorcer la recharge.
Les designers ont également compris que les usagers avaient besoin d'un éclairage direct pour certaines tâches et ont mis au point des SatLights qui se fixent au GravityLight et éclairent des coins particuliers d'une pièce, un bureau un fourneau... «Plus on en connecte, plus la luminosité est faible, mais la perception de la luminosité est telle qu'en reliant une seule SatLight à la GravityLight, on a l'impression d'avoir plus de 50 % de la puissance lumineuse de chaque LED. Cela s'explique en partie par la façon dont nous percevons l'intensité lumineuse et en partie par une propriété des LED», explique Reeves.
La GravityLight devrait être commercialisée en 2015, à un prix initial d'environ 10 dollars (7,50 euros) dans les pays en développement, un prix que Riddiford et Reeves espèrent encore abaisser grâce aux bénéfices engrangés sur les marchés occidentaux. Entre autres partenaires potentiels, ils sont actuellement en pourparlers avec des boutiques de matériel de camping et des supermarchés.
Aujourd'hui, le souvenir du projet initial avorté de lanterne solaire est bien effacé, emporté par l'envergure internationale de la GravityLight. «Le projet sans conteste le plus gratifiant sur lequel il m'ait été donné de travailler », assure Jim Reeves.

 

 

 

 

Lisez l'intégralité de notre supplément ici 

À la une

Retour au dossier "Un monde de solutions (II)"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué