X

Un monde de solutions (II)

Happy-culture

En bref
Didier Dillens et René Sépul | Le Soir-Victoire pour Sparknews/Belgique
20/09/2014

Les abeilles ont le bourdon! Depuis près de vingt ans, de graves dangers menacent ces charmants insectes: appauvrissement de la biodiversité florale, pesticides, maladies et parasites... Et, faut-il le rappeler, sans abeilles, c'est la fécondation de 80 % des espèces végétales qui est menacée.


Mais en Wallonie, les abeilles vont peut-être retrouver le sourire et la nature. Au travers du «Plan Maya», la Région wallonne a mis en œuvre une série de mesures visant à freiner la disparition des hyménoptères domestiques et sauvages (plus de 350 espèces en Belgique). Objectif, accroître les ressources alimentaires des abeilles, offrir un soutien aux apiculteurs, en particulier sur le plan de la formation (ruchers-écoles), et proposer une aide à la recherche pour tenter de mieux comprendre les phénomènes de dépérissement des colonies.


Les communes et les provinces wallonnes ont par ailleurs également été invitées à ajouter leur pierre, ou plutôt leur fleur, à l'édifice. Plus de deux cents d'entre elles se sont ainsi engagées à supprimer l'utilisation des pesticides ou des produits d'entretien nocifs à la santé des abeilles, à réaliser des aménagements en leur faveur et à mener des actions de sensibilisation auprès de leurs concitoyens. L'engagement des communes s'étale sur trois ans et implique par exemple la réalisation chaque année de plantations ou de semis de végétaux mellifères sur le territoire communal: arbres fruitiers, prés fleuris, haies, parterres et jardinières (minimum 20% de fleurs mellifères).


Depuis 2010, 4756 ares de prairies fleuries ont ainsi été créées, et près de 4000 arbres fruitiers et plus de 11000 plants de haies ont été installés! La technique du fauchage tardif a également été généralisée tout au long du réseau routier régional et des autoroutes. La dernière action en date du Plan Maya vise désormais aussi les particuliers. Le jardinier «Maya» s'engage, par le biais d'une charte, à ne plus utiliser de pesticides au jardin et à semer au moins 10 m2 de pré fleuri. En 2013, plus de mille Wallons avaient déjà répondu à l'appel du soldat Maya!

 

 

 

 

À la une

Retour au dossier "Un monde de solutions (II)"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué