Rechercher
Rechercher

Liban

Attaques islamistes contre l'armée libanaise à Ersal : 4 morts

L'armée promet une action "ferme" face aux débordements du conflit syrien.

Des soldats libanais arrivés en renfort à Ersal. Photo AFP

Ersal était le théâtre, samedi, des débordements violents du conflit syrien au Liban.

Deux soldats libanais ont été tués et plusieurs autres blessés dans des attaques contre des postes de contrôle militaires dans la région de Ersal, frontalière de la Syrie, a rapporté l'agence officielle d'information libanaise (Ani).
Une source de sécurité à confirmé à l'AFP qu'il y avait des "martyrs" dans les rangs de l'armée, sans donner plus de détails, après des heurts entre des militaires et des islamistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, à la suite de l'arrestation d'un de leurs responsables, Imad Ahmed Jomaa.

L'armée a confirmé que le Syrien Imad Ahmad Joumaa avait été arrêté samedi à la mi-journée à l'un de ses barrages. Il reconnu pendant son interrogatoire être affilié au Front al Nosra, ajoute l'armée. Des spécialistes des mouvements islamistes ont toutefois indiqué que Jomaa appartient à la Brigades Fajr al-Islam de Homs, qui a récemment prêté allégeance à l'Etat islamique (EI, ex-Daech). Jomaa est qualifié par Romain Caillet par exemple d'émir de l'EI à Ersal.

 

 

 

 


Sur le terrain, des tirs nourris ont été entendus dans le secteur et des dizaines de miliciens lourdement armés, relevant des insurgés syriens, se sont déployés près de plusieurs points de contrôle de l'armée, dans l'est du Liban. Deux soldats auraient été brièvement pris en otage, affirme l'armée. Deux habitants de la ville ont en outre été tués alors qu'ils tentaient d'empêcher des hommes armés de s'en prendre à un poste de police, ont précisé des sources de sécurité.

(Pour mémoire : Ersal redoute l'extension de la bataille du Qalamoun jusqu'à ses portes)


"Les groupes armés ont encerclé les postes de contrôle de l'armée dans la région de Ersal", a affirmé à l'AFP une source de sécurité sans préciser le nombre de postes concernés ni l'identité des hommes armés.
La situation dans la région est "tendue", a déclaré un responsable local, et selon la source de sécurité, l'armée s'est dite "prête à faire face à toutes les éventualités". 

L'Agence nationale d'information (Ani, officielle) indique que l'armée libanaise s'est déployée en force dans la région et que deux hélicoptères militaires ont été dépêchés depuis Ryak, en direction du Jurd de Ersal, à la poursuites des islamistes armés.

Réagissant à la mort des deux soldats, l'armée libanaise a promis d'agir de façon "résolue et ferme" pour empêcher que le conflit en Syrie voisine déborde au Liban. "L'armée ne permettra à personne de transférer le conflit de la Syrie" vers le territoire libanais, selon le communiqué.

Les habitants de Ersal ont, pour leur part, lancé des appels, à travers les réseaux sociaux, à chasser les miliciens et à éviter toute confrontation avec l'armée, toujours selon l'Ani. Ersal a déjà connu des périodes de fortes tensions avec les forces de sécurité libanaises. L'aviation du régime syrien y mène des raids contre les forces rebelles cachées dans cette région montagneuse.

Ce regain de tension dans la ville intervient au moment où des combats meurtriers ont lieu dans le Qalamoun, près de la frontière libanaise. Au moins 50 jihadistes ont été tués dans des combats avec les troupes syriennes et le Hezbollah dans cette région, a indiqué samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

(Pour mémoire : Le neveu de Nasrallah aurait été tué dans les combats contre l'ASL)

"Au moins 50 combattants du (groupe ultra-radical) l'Etat islamique (EI, ex-Daech) et du Front al-Nosra (branche syrienne d'el-Qaëda) ont été tués dans un guet-apens tendu par les forces du régime syrien et le Hezbollah à Jebbé, dans le Qalamoun", au nord de Damas, a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Sept combattants du régime et du Hezbollah ont été tués dans ces combats qui ont éclaté vendredi et ont duré jusqu'à samedi matin, a-t-il ajouté.

Pour sa part, une source militaire syrienne a déclaré à l'AFP que "l'armée (avait) repoussé des terroristes qui essayaient de s'infiltrer du territoire libanais vers la région du Qalamoun, tuant un grand nombre d'entre eux". Dans le vocabulaire du régime de Damas, le mot "terroriste" s'applique à tous les rebelles qui le combattent.


Lire aussi
La menace jihadiste hante les esprits et mobilise l'armée et le Hezbollah aux frontières

L'ouverture du front du Sud n'est pas envisagée..., l'éclairage de Scarlett Haddad

Geagea : Si Daech se maintient, il va venir à bout de l'islam et du M-O


Ersal était le théâtre, samedi, des débordements violents du conflit syrien au Liban.


Deux soldats libanais ont été tués et plusieurs autres blessés dans des attaques contre des postes de contrôle militaires dans la région de Ersal, frontalière de la Syrie, a rapporté l'agence officielle d'information libanaise (Ani).
Une source de sécurité à confirmé à l'AFP...

commentaires (5)

Faut que notre armée matte ...ces groupes terroristes et les élimine ...car nous ne pourrons pas vivre en paix ...avec ce genre de cancer aux métastases dangereuse....

M.V.

16 h 56, le 03 août 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Faut que notre armée matte ...ces groupes terroristes et les élimine ...car nous ne pourrons pas vivre en paix ...avec ce genre de cancer aux métastases dangereuse....

    M.V.

    16 h 56, le 03 août 2014

  • Au lieu que certains illuminés passent leur temps à fuir en avant en nous bombardant de propagandes islamistes et de journaux parallèles bourrées de désinformations, qu'ils aient l'humilité de reconnaître que c'est bien à cause des traîtres et des mercenaires qui vont crever pour rien chez l'ennemi que le Liban et son armée sont la cible de la vermine la plus bestiale de l'humanité. Le Liban libéré, mon c.. oui !

    Robert Malek

    01 h 07, le 03 août 2014

  • L'etat libanais s'attend a quoi qd il ne veille pas a securiser ses frontieres, quand au nom de la "fraternite", il accueille des milliers de refugies sans visas (cad sans assurance sur l'endroit ou ils vont loger, sur les moyens par lesquels ils comptent financer leur sejour, sans leur demander d'effectuer des examens medicaux exiges par tous les pays civilises a l'egard des refugies qu'ils recoivent).

    Zerbé Zeina

    20 h 47, le 02 août 2014

  • "L'armée ne permettra à personne de transférer le conflit de la Syrie vers le territoire libanais." ! Ah oui ? Par contre, elle permet, elle, à ce hézébbb-là de transférer ses miliciens et le conflit inter-libanais vers le territoire syrien afin de soutenir ce satané régime bääSSyrien !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    19 h 36, le 02 août 2014

  • Encore une fois , courage pour l'armée libanaise qui doit vraiement finir des terroristes.

    Sabbagha Antoine

    17 h 56, le 02 août 2014