Rechercher
Rechercher

À La Une - Irak

L'EI dynamite un sanctuaire chiite à Mossoul "sous les yeux de la foule"

Une vidéo non-authentifiée postée sur Youtube montrant la destruction du prophète Seth (Nabi Chith) à Mossoul.

 

 

Des jihadistes ultra-radicaux de l’État islamique (EI) ont détruit un sanctuaire chiite de Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak qu'ils contrôlent début juin, ont annoncé samedi un responsable et des témoins.

Ces jihadistes ont détruit vendredi le sanctuaire du prophète Seth (Nabi Chith) à Mossoul, devenue de facto la capitale du "califat" proclamé fin juin par le groupe radical sunnite sur les zones qu'il contrôle en Irak et en Syrie.
Dans la tradition juive, islamique et chrétienne, Seth est le troisième fils d'Adam et Eve.

"Les activistes de l'EI ont empêché les gens de s'approcher, ils ont disposé des explosifs dans et autour du sanctuaire puis l'ont fait exploser sous les yeux de la foule", a raconté à l'AFP un habitant de la ville ayant assisté à la destruction.

Sami al-Massoudi, directeur-adjoint de l'Office des biens religieux chiites, a confirmé la destruction du sanctuaire, et ajouté que les jihadistes avaient emporté des objets qui s'y trouvaient.
"Ces gens suivent cette doctrine religieuse impossible selon laquelle ils doivent détruire ou tuer toute chose ou personne qui diffère de leurs vues", a-t-il déclaré. "Cela n'a tout simplement rien à voir avec l'islam", a-t-il insisté.

Jeudi, des jihadistes avaient déjà complètement rasé la tombe du prophète Jonas (Nabi Younès) à Mossoul, provoquant un tollé parmi les responsables religieux.
Cette démolition "est encore une nouvelle démonstration de l'intention de ce groupe terroriste de détruire le patrimoine et l'identité" de l'Irak, a estimé l'envoyé de l'ONU dans le pays, Nickolay Mladenov.

 

Ils "ne méritent pas de vivre"
Le chef chiite Moqtada Sadr, dont les partisans ont pris les armes pour protéger les lieux saints menacés, a également condamné la destruction du sanctuaire de Jonas. "Il était un prophète de toutes les religions", a déclaré M. Sadr dans un communiqué. Ceux qui ont détruit le lieu saint "ne méritent pas de vivre", a-t-il affirmé.

Selon des responsables religieux sunnites et chiites, les jihadistes ont déjà détruit ou endommagé des dizaines de sanctuaires et lieux de cultes chiites à Mossoul et alentours. 

 

(Témoignages : A Mossoul, les jihadistes s'emparent même des boucles d'oreilles des fillettes chrétiennes...)

 

L'EI s'en prend également aux chrétiens de Mossoul qui ont commencé depuis une semaine à fuir en masse après un ultimatum leur donnant quelques heures pour quitter les lieux. Cette fuite massive est le plus récent déplacement de population provoqué par les combattants de l'EI, et vide la cité d'une population présente depuis des siècles.

Vendredi, le Vatican a envoyé une aide d'urgence de 40.000 dollars (30.000 euros) aux chrétiens d'Irak, contraints de fuir l'avancée des islamistes, a indiqué l'agence de presse spécialisée sur le Vatican, imedia. L'essentiel de cette somme ira au bénéfice des chrétiens de la région de Mossoul. Il s'agit d'un premier don de la part du Vatican en faveur de ces chrétiens persécutés, et d'autres pourraient suivre, selon l'agence.

Dimanche dernier, le pape François a dénoncé les persécutions dont sont victimes les chrétiens de Mossoul, tandis que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a évoqué un "crime contre l'humanité".

Avant l'invasion américaine de 2003, la population chrétienne de l'Irak était estimée à plus d'un million, dont plus de 600.000 à Bagdad, 60.000 à Mossoul, mais était également présente dans la ville pétrolière de Kirkouk (nord) et à Bassorah (sud).

 

Les corps de jihadistes exposés
De leur côté, des miliciens chiites ont traîné dimanche les corps de jihadistes de l'EI dans les rues de la ville irakienne de Baqouba et les ont suspendus dans différents points de la ville, a constaté l'AFP.
Un correspondant de l'AFP a vu deux corps exposés dans le centre de Baqouba, ville majoritairement chiite située à quelque 60 km au nord-est de Bagdad, mais des responsables de la sécurité en ont dénombré au moins quatre.

La ville est sous le contrôle de l'armée irakienne et des milices chiites, ses alliées, mais elle est entourée de plusieurs localités sunnites qui ont changé plusieurs fois de mains depuis le début de l'offensive de l'EI et d'insurgés sunnites.

"Plusieurs membres de l'EI ont été tués hier (samedi) dans une bataille juste au nord de Mouqdadiyah", une ville voisine, a déclaré un capitaine de police. Dimanche, "les miliciens ont ramené quatre corps et ont paradé dans la ville dans leurs voitures en traînant les corps derrière eux", a-t-il ajouté. "Ensuite, ils les ont pendus dans quatre endroits différents de Baqouba".
Un officier de haut rang de l'armée irakienne a donné le même décompte.

Des photos obtenues par l'AFP montrent un corps, apparemment décapité, suspendu à un poteau électrique, un passant s'arrêtant pour le prendre en photo avec son téléphone portable. Sur un autre cliché, un corps, vêtu d'un sherwal, pantalon ample prisé des jihadistes étrangers, est suspendu à un pont au-dessus d'une route, à coté d'une publicité pour des photos de mariage.

 

Lire aussi
« Dégagez de Mossoul, chrétiens ! » : Le fabuleux retour au désert d'Ahmad Sarraf...

Mossoul chrétienne, par Michel Eddé

Des aides insuffisantes à des Irakiens de Mossoul arrivés au Liban dans un dénuement total

Ignace Ephrem II : Mossoul doit être reconquise !



Une vidéo non-authentifiée postée sur Youtube montrant la destruction du prophète Seth (Nabi Chith) à Mossoul.
 
 
Des jihadistes ultra-radicaux de l’État islamique (EI) ont détruit un sanctuaire chiite de Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak qu'ils contrôlent début juin, ont annoncé samedi un responsable et des témoins.Ces jihadistes ont détruit vendredi le sanctuaire...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut