Rechercher
Rechercher

À La Une - Repère

Morts, réfugiés, destructions, PIB... Le drame syrien en quelques chiffres

Plus de 150.000 morts, des millions de personnes déracinées et un pays en ruine. En trois ans, la révolte en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad s'est muée en une guerre civile dévastatrice. Le conflit a débuté en mars 2011 avec un soulèvement populaire pacifique contre le régime, qui s'est heurté à une répression sanglante et s'est progressivement militarisé.

Un immeuble détruit par les combats, dans un quartier d'Alep, le 28 mars 2014. REUTERS/Stringer

 

--VICTIMES--

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé au Royaume-Uni et qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales et militaires, 150.344 personnes, dont 51.212 civils, parmi lesquels 7.985 enfants, ont été tuées dans ce conflit opposant régime et rebelles mais devenu complexe avec des combats également entre rebelles et jihadistes en majorité étrangers.

Les violences ont causé la mort de 37.781 combattants de l'opposition, dont des jihadistes du Front al-Nosra et de Daech (L'Etat islamique en Irak et au Levant, EIIL). En face, 58.480 membres des forces du régime ont trouvé la mort.

Dans le même temps, plus d'un demi-million de personnes ont été blessées, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

L'OSDH évoque 17.000 disparus et des "dizaines de milliers" de détenus dans les prisons du régime. Des ONG font état de tortures et d'exécutions sommaires dans les prisons.

Le nombre d'enfants touchés par la guerre a plus que doublé au cours de la 3e année du conflit, atteignant 5,5 millions et un million d'enfants se trouvent dans des zones assiégées ou inaccessibles, selon un rapport de l'Unicef publié le 11 mars.

 

(Lire aussi : Torture, viol, détention... L'Onu dénonce les graves abus commis contre les enfants syriens)

 

Selon une étude du Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme (novembre 2013), de nombreuses femmes ont été violées en prison, utilisées comme boucliers humains et enlevées pour faire pression et humilier leur famille.

 

--RÉFUGIES - DÉPLACÉS--

Plus de neuf millions de personnes ont été poussées à la fuite, soit la plus importante population de déplacés au monde selon l'ONU.

Actuellement, près de 2,6 millions de Syriens ont quitté le pays, s'installant principalement dans les pays voisins: 962.000 au Liban, 584.600 en Jordanie, 634.000 en Turquie, 227.000 en Irak et 135.000 en Egypte, selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR, 11 mars).

6,5 millions ont été déplacés à l'intérieur de la Syrie.

 

(Lire aussi : A Tripoli, une réfugiée syrienne, au bout du désespoir, tente de s'immoler

et De jeunes réfugiés syriens font revivre Shakespeare dans le désert jordanien

et Les réfugiés syriens au Liban s'enfoncent dans la pauvreté)

 

 

--DRAME HUMANITAIRE ET CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES--

Les Nations unies et nombre d'ONG tirent régulièrement la sonnette d'alarme sur la situation humanitaire qualifiée de "catastrophique" par le CICR. Selon l'ONU, la situation a atteint un niveau "critique": "40% des hôpitaux ont été détruits et 20% d'autres ne fonctionnent pas convenablement".

La Commission d'enquête de l'ONU sur les violations des droits de l'Homme a dénoncé le recours aux sièges des villes et à la famine comme méthode de guerre par le gouvernement dans son rapport du 5 mars.

Selon le Programme alimentaire mondial (10 mars 2014), quelque 500.000 personnes, vivant dans des zones inaccessibles, ne reçoivent toujours pas l'aide alimentaire dont elles ont besoin.

 

(Lire aussi : Human Rights Watch accuse Damas d'entraver l'entrée d'aides)

 

La coordinatrice des affaires humanitaires de l'ONU, qui a visité Damas en janvier, a indiqué que les destructions d'infrastructures avaient affecté les services de base, dont l'approvisionnement en eau réduit de moitié. "Presque chaque Syrien est affecté par la crise, avec une chute de 45% du PIB et une monnaie qui a perdu 80% de sa valeur", avait affirmé Valerie Amos.

 

(Lire aussi : L'économie syrienne, transformée par la guerre, soutenue par les alliés)

 

Le montant des destructions dues à la guerre s'élève à quelque 31 milliards de dollars, selon le Premier ministre Waël al-Halaqi. D'après le ministre du Pétrole, la production pétrolière s'est effondrée de 96% depuis le début du conflit, alors que le pays est frappé par des sanctions internationales et que la majorité des puits sont aux mains des rebelles.

 

(Lire aussi : À qui profite économiquement le conflit syrien ? et À l'Escwa, on planifie déjà la reconstruction de la Syrie d'après-guerre)

 

 

 


 
--VICTIMES--
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé au Royaume-Uni et qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales et militaires, 150.344 personnes, dont 51.212 civils, parmi lesquels 7.985 enfants, ont été tuées dans ce conflit opposant régime et rebelles mais devenu complexe avec des combats également entre rebelles et jihadistes en...

commentaires (3)

Yâ harâm ! Oui, mais bon, nous on connait déjà ça ; on est déjà passé par là, et même en pire pendant qu'eux-mêmes nous observaient faire pendant une quarantaine d'années ! Chacun son tour.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

11 h 17, le 02 avril 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Yâ harâm ! Oui, mais bon, nous on connait déjà ça ; on est déjà passé par là, et même en pire pendant qu'eux-mêmes nous observaient faire pendant une quarantaine d'années ! Chacun son tour.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 17, le 02 avril 2014

  • Y AURAIT-IL UNE JUSTICE QUI... AVANT DE JUGER LE CHIMIQUE QUI VA ÊTRE JUGÉ SANS DOUTE... JUGERAIT LES INSTIGATEURS ET LES PROMOTEURS ET POURVOYEURS NON ARABESQUES ET ARABESQUES, À COMMENCER PAR LES GRANDS PACHYDERMES, DE LA GUERRE QUI SE DÉROULE A NOS PORTES ET QUI RISQUE DE NOUS EMPORTER LES PREMIERS ?

    LA LIBRE EXPRESSION.

    21 h 46, le 01 avril 2014

  • Ils sont donc fiers de ce qu'ils ont fait les occicons , c'est le résultat qu'ils voulaient pour le peuple "qui se soulève" , bande de criminels à tous ceux qui ont cru qu'on pouvait changer les choses chez nous en rigolant , comme on le fait à Tunis , Tripoli ou Le Caire !! et c'est maintenant que les arabes décident de trouver une solution "politique" à cette crise qu'il croyait noyauter par leurs bandes de salafowahabites binsaoudiques ! et on apprend que les us ayant bu leur défaite jusqu'au vernis décident d'entretenir le chaos , alors que des réconciliations se font entre ex rebelles et le régime légitime , que de gâchis engendrés par la connerie humaine des salafowahabites binsouds .

    FRIK-A-FRAK

    19 h 08, le 01 avril 2014

Retour en haut