Rechercher
Rechercher

Économie - Énergie

Nouvelles perspectives pour l’exploration pétrolière terrestre au Liban

Alors que la clôture de l'appel d'offres pour l'attribution des licences d'exploration pétrolière dans les eaux territoriales libanaises a été reportée pour la troisième fois, d'autres avancées se profilent à l'horizon, du côté cette fois des ressources pétrolières et gazières terrestres.

MM. Bassil et Jreij au cours de la signature du contrat pour l’étude aérienne des souterrains libanais.

Le ministre sortant de l'Énergie et de l'Eau Gebran Bassil a signé hier un contrat avec la compagnie américaine Neos qui se chargera de l'étude souterraine du territoire libanais pour de futures explorations pétrolières et gazières. L'ambassadeur des États-Unis David Hale était présent à la signature, ainsi que les six membres de l'Autorité de régulation du secteur pétrolier.


La première phase du projet s'intitule « CedarsOil » et comprend la moitié nord du pays. « Nous avons mis en place de nouvelles méthodes de travail, plus rapides et efficaces, et, surtout, respectueuses du territoire géophysique », a affirmé le directeur général de Neos, Frank Jreij. « Parmi les nouveautés adoptées par Neos, des études de reconnaissance aérienne, qui ne nécessitent pas d'intervention terrestre qui pourraient potentiellement perturber la faune et la flore ou même des villes et villages », a-t-il ajouté.

Selon le directeur de Neos, les avions de reconnaissance aérienne survoleront une surface de 6 000 km², en utilisant des censeurs de détection magnétique, électromagnétique ou radiométrique. « Cette méthode, dont la durée est estimée à cinq mois, nous permettra alors de présenter un modèle final en 3D sur les perspectives et le potentiel gazier et pétrolier onshore libanais », a poursuivi M. Jreij. L'étape finale consistera alors dans l'interprétation de ces données, en coordination avec celles déjà existantes pour les eaux territoriales libanaises et elle durera sept mois.


« Ce projet va permettre à l'État libanais de mettre en place toute la législation nécessaire à l'exploration onshore, mais va surtout être utile aux entreprises désireuses d'investir au Liban », a pour sa part précisé M. Bassil. « La dynamique pour l'exploration pétrolière et gazière est déjà en marche depuis plusieurs années avec les études sismiques effectuées par la compagnie anglaise Spectrum, mais c'est un nouvel angle – la reconnaissance aérienne – qui est aujourd'hui utilisé », a-t-il indiqué. C'est aussi, selon le ministre, un signe positif pour le pays que de voir des entreprises étrangères désireuses d'investir au Liban en ces temps si difficiles. « Ce contrat avec Neos ne représente aucun coût pour la trésorerie libanaise », a indiqué M. Bassil. En effet, la compagnie américaine investit dans les études terrestres à ses propres frais, puis revendra l'information, le temps venu, à l'État et aux entreprises qui désireront poursuivre l'aventure dans l'exploration.


Le ministre de l'Énergie a également annoncé l'élaboration d'un avant-projet de loi pour l'exploration pétrolière onshore, « puisque celui qui existe a été modifié pour la dernière fois en 1975 ». « Même si techniquement on peut se baser sur l'ancienne, nous souhaitons avoir une loi moderne et en adéquation avec les avancées technologiques, capable de faire le lien et de donner une unité – sur le plan géologique, administratif, légal et humain – aux explorations onshore et offshore ».

M. Bassil a enfin indiqué qu'il souhaiterait que les études de Neos incluent également dans un second temps la moitié sud du pays. « Nous aurons ainsi recouvert toute la surface du territoire libanais, preuve une nouvelle fois de notre volonté que les découvertes pétrolières et gazières profitent à l'ensemble des Libanais », a-t-il conclu.

Lire aussi
Pétrole et gaz : la clôture de l'appel d'offres repoussée au 10 avril

Pétrole et gaz : Les Libanais peuvent-ils toujours rêver ?

Pour mémoire
Zones maritimes : les États-Unis font une nouvelle proposition au Liban et à Israël

Le dossier pétrolier entre les complications internes et les enjeux régionaux


Le ministre sortant de l'Énergie et de l'Eau Gebran Bassil a signé hier un contrat avec la compagnie américaine Neos qui se chargera de l'étude souterraine du territoire libanais pour de futures explorations pétrolières et gazières. L'ambassadeur des États-Unis David Hale était présent à la signature, ainsi que les six membres de l'Autorité de régulation du secteur pétrolier.
La...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut