Rechercher
Rechercher

À La Une - Terrorisme

Liban : un massacre évité de justesse

L'armée a désamorcé une voiture bourrée de 400 kg d'explosifs dans la Békaa; un auteur de l'attentat contre l'ambassade d'Iran identifié

400 kg d'explosifs ont été trouvés dans une voiture garée sur une route dans la Békaa. Photo ANI

Trois jours après le double attentat suicide à Beyrouth près de l'ambassade d'Iran, une voiture piégée a été désamorcée vendredi dans l'est du Liban, selon une source de sécurité.

"L'armée libanaise a réussi à désamorcer à l'aube une voiture de type Buick bourrée de 400 kg d'explosifs qui était garée sur une route de la plaine de la Békaa (un fief du Hezbollah, ndlr) entre les villages de Maqné et de Younine", au nord de la ville de Baalbeck, a indiqué cette source.

Selon l'agence nationale d'information (ANI, officielle), le véhicule se dirigeait vers Beyrouth.


Des militaires libanais avaient repéré la voiture suspecte et s'étaient lancés à sa poursuite. Un échange de tirs les a opposé aux passagers qui ont réussi à prendre la fuite. Le véhicule a été retrouvé peu après les pneus crevés.

Les attentats et incidents sécuritaires au Liban se sont multipliés en raison de l'implication de certains partis dans la guerre en Syrie. Soutien indéfectible du régime du président syrien Bachar el-Assad, le Hezbollah combat officiellement depuis plusieurs mois aux côtés de l'armée syrienne.

 

(Eclairage : Trois foyers favorables aux groupes extrémistes au Liban)

Trois foyers favorables aux groupes extrémistes au Liban - See more at: http://www.lorientlejour.com/article/844009/trois-foyers-favorables-aux-groupes-extremistes-au-liban.html#sthash.OHdETVGI.dpuf

 

Mardi, un double attentat suicide revendiqué par un groupe lié à el-Qaëda a visé l'ambassade d'Iran à Beyrouth faisant au moins 23 morts, la première attaque contre la République islamique depuis le début du conflit en Syrie.
Selon l'armée libanaise, deux kamikazes ont commis ces attentats à Bir-Hassan, un quartier résidentiel du sud de Beyrouth à majorité chiite et bastion du Hezbollah.

Les autorités libanaises ont identifié l'un des deux auteurs du double attentat, a dit vendredi une source sécuritaire. L'homme, originaire de la ville portuaire de Saïda, dans le sud du pays, avait des liens avec des groupes salafistes, a-t-elle précisé, ajoutant que sa famille a dû se soumettre à un test ADN avant d'être autorisée à récupérer sa dépouille.

La chaîne de télévision LBC a précisé qu'il s'agit de Mouin Abou Dahr, un proche du cheikh salafiste recherché Ahmad al-Assir. La chaîne al-Jadeed a, de son côté, indiqué que le jeune homme vivait au Koweït depuis plusieurs années.

L'armée libanaise a affirmé que le père de Mouin Abou Dahr, Adnane, s'est rendu auprès des services de renseignements après avoir reconnu la photo de son fils qui a été diffusée dans les médias.

 

La banlieue-sud de Beyrouth avait déjà été secouée par deux attentats l'été dernier, le premier à Bir el-Abed le 9 juillet avait fait 50 blessés et le second à Roueiss le 15 août avait fait 27 morts. Un groupuscule syrien inconnu avait revendiqué ces attentats, affirmant riposter à l'implication du Hezbollah dans les combats aux côtés du régime syrien.

 

Le 26 mai dernier, deux roquettes Grad de 122 mm avaient en outre explosé dans la banlieue-sud de Beyrouth. L’un des engins avait atteint un parc de voitures situé près de l’église Mar Mikhaël, l’autre dans le quartier Maroun Misk, blessant quatre personnes – des ressortissants syriens – et provoquant des dégâts matériels.

A la mi-octobre, les forces de sécurité avaient annoncé, à la veille de la fête de l’Adha, avoir découvert une voiture bourrée d’explosifs dans un quartier très fréquenté de la banlieue sud, garée sur le bas-côté de la route et prête à exploser.

Sleiman critique le Hezbollah
Jeudi soir, le président de la République a tenu des propos particulièrement fermes, réaffirmant les constantes nationales qui dictent sa ligne de conduite dans le contexte présent, tout en dressant de manière succincte un bilan de son action et des principales réalisations enregistrées au niveau du pouvoir exécutif sous sa houlette.

Fait significatif dont la haute portée politique ne saurait échapper à un observateur averti, le chef de l’État a adressé de sévères critiques, à peine voilées, au Hezbollah – sans le nommer – en soulignant qu’il ne saurait être question d’indépendance si les forces régulières ne sont pas exclusivement maîtres des armes et des capacités défensives du pays, de même que l’on ne peut parler d’indépendance "si une faction libanaise sort du consensus national en prenant la décision de dépasser les frontières pour s’impliquer dans un conflit armé sur le territoire d’un pays frère, mettant ainsi en danger l’unité nationale et la paix civile".

Lire aussi

Jumelages d’infortune, l'éditorial de Issa Goraieb

L’horoscope des nations, le billet d'Emilie Sueur

 


Trois jours après le double attentat suicide à Beyrouth près de l'ambassade d'Iran, une voiture piégée a été désamorcée vendredi dans l'est du Liban, selon une source de sécurité.
"L'armée libanaise a réussi à désamorcer à l'aube une voiture de type Buick bourrée de 400 kg...

commentaires (2)

L'IRAQUISATION DU PAYS EST LA RESPONSABILITÉ FLAGRANTE DES DEUX FACES LIBANAISES DE LA MÊME MONNAIE !

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

08 h 49, le 23 novembre 2013

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • L'IRAQUISATION DU PAYS EST LA RESPONSABILITÉ FLAGRANTE DES DEUX FACES LIBANAISES DE LA MÊME MONNAIE !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 49, le 23 novembre 2013

  • "Bonjour" l'irakisation que, par son aventure irresponsable en Syrie, le Hezbollah a entraîné et continue d'entraîner au Liban !

    Halim Abou Chacra

    05 h 19, le 23 novembre 2013

Retour en haut