Moyen Orient et Monde

La guerre des taupes et des frelons...

Éclairage Les rebelles sont devenus maîtres dans la tactique des tunnels, prenant l’armée par surprise.
OLJ
06/08/2013
Le colonel syrien est encore stupéfait. Il dirigeait les opérations au deuxième étage d’un immeuble dans l’est de Damas, quand il a entendu une fusillade : les rebelles venaient de pénétrer par un tunnel dans son quartier général. « À un étage près, je ne serais pas là pour raconter cette attaque », assure-t-il. Les insurgés ont tué au total 12 soldats au rez-de-chaussée et au premier étage avant de battre en retraite sous le feu adverse. Le tunnel souterrain faisait 320 mètres de long et reliait Qaboun à Jobar, deux quartiers rebelles de la capitale. « Il mesurait deux mètres de haut et trois mètres de large. Grâce à l’électricité de la ville, il était éclairé par des néons et aéré avec des ventilateurs », raconte un journaliste qui s’est rendu à l’intérieur.
« C’est la guerre des taupes contre les frelons », explique un homme d’affaires de Damas. Comme les taupes, les rebelles ont choisi de creuser ces galeries sous la ville pour transporter des armes, mouvoir leurs combattants, préparer leurs explosifs à l’abri des frelons, c’est-à-dire des avions, des hélicoptères et des tanks de l’armée.
À Khaldiyé, quartier rebelle de Homs repris la semaine dernière par l’armée, le lieutenant-colonel Ali avoue aussi avoir évité de peu une attaque. « En prenant ce quartier, nous avons découvert un tunnel qui aboutissait quasiment sous le bâtiment de commandement. Nous serions arrivés dix jours plus tard, notre sort était scellé », dit-il. « Nous étions dans un immeuble et nos adversaires dans un autre. Ils construisaient leur tunnel et j’entendais le bruit de leur machine en action. Ils se préparaient à faire exploser une énorme charge sous nos pieds comme ils l’ont fait à Qousseir. »
Le 3 septembre 2012, les rebelles avaient détruit de cette manière l’hôpital général de Qousseir aux mains du régime. Une vidéo filmée a montré des rebelles descendant dans une galerie étroite de 200 mètres de long pour y déposer les explosifs. Une autre vidéo postée le 19 mars montrait des hommes armés tirant et lançant des bombes incendiaires contre un bâtiment dans le camp de Yarmouk à Damas, après avoir rampé dans un boyau étroit dont le sol était tapissé de couvertures. Selon un expert militaire occidental, c’est surtout le Hezbollah, allié du régime devenu expert dans ces tactiques lors de sa guerre contre Israël en 2006, qui est chargé de débusquer les galeries à Damas et à Homs.
Militaires comme militants racontent que les tunnels sont creusés parfois à la main, mais plus généralement grâce à des foreuses. « Il s’agit de petites machines munies de deux forets pouvant excaver plusieurs mètres par jour », explique un officier. « Il faut ensuite renforcer les galeries, et pour cela ils utilisent des otages en leur promettant la liberté », assure-t-il. « C’est faux, ce sont nos hommes qui creusent et si un groupe a pu utiliser des prisonniers, ce n’est absolument pas une pratique généralisée », réplique Ahmad al-Khatib, un responsable de la Commission générale de la révolution syrienne, un important groupe de militants antirégime. « En tout cas, ces tunnels sont bien pratiques car grâce à eux, nous pouvons éviter les tireurs embusqués et aller où nous voulons. C’est surtout dans les provinces de Homs et de Damas qu’il y a le plus de galeries », ajoute-t-il.
Il existe des tunnels de plus de 700 mètres de long, comme dans la région d’Adra, au nord-est de la capitale, assure ce militant. À Homs, les rebelles ont également utilisé d’énormes canalisations, installant même un hôpital de campagne dans l’une d’elles. Selon un responsable au sein des services de sécurité, les insurgés ont appris ces techniques auprès de militants du Hamas, qui avaient eux-mêmes été formés, du temps de la lune de miel entre Damas et le Hamas, par une organisation palestinienne pro-Assad ayant suivi un entraînement en Corée du Nord. Mais Ahmad al-Khatib balaie ces affirmations d’une plaisanterie : « Le fait de manger des nouilles ne fait pas de moi un Chinois. C’est la nécessité qui stimule la créativité. »
© AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Dans une guerre, toutes les parties usent de tous les moyens pour arriver a leurs fins. C'est comme cela et nul n'y peut rien. Cependant, a ceux qui s'offusquent qu'un hôpital fut détruit, il ne faut pas oublier que ce régime usait et abusait des écoles et hôpitaux pour nous bombarder durant la guerre de 75-90 sans scrupules. Sans compter le fait qu'il bombardait nos hôpitaux aussi. Je ne doute pas qu'ils fassent de même contre ceux qu'ils appellent des "Terroristes" qui ne sont autres que le peuple syrien dans sa majorité et qui n'est pas lui terroriste. Il faut arrêter de lancer des slogans qui ne démontre que le ridicule des assertions et de la propagandes que le régimes et ses suppôts tentent de faire passer. Eh bien cela ne passe plus. Le temps des mensonges est terminer ainsi que celui des partis dictatoriaux et thaocratiques.

GEDEON Christian

Curieux article,vraiment.je ne suis pas vraiment sûr d'en avoir aimé le ton.

Talaat Dominique

ils sont détruit l'hôpitel général de Qousseir !!
quoi ? j'entend rien !! les terroristes peuvent faire sauter un hôpital, et tout le monde faire sa g..


on voit la bassesse des gens qui les soutiennent : des traitres, des dhimmis (traitres à leur race), vendu aux états du golfe, hyprocrite de démocrates, qui ferment les yeux

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants