X

À La Une

Les Kurdes syriens pour une "mobilisation générale" contre les jihadistes

conflit Inquiétudes sur le sort du père jésuite Paolo Dall'Oglio porté disparu en Syrie.
OLJ/AFP
30/07/2013

La principale milice kurde en Syrie a appelé mardi à la mobilisation générale contre les groupes jihadistes, à la suite de l'assassinat d'un dirigeant kurde dans le nord-est du pays, selon une ONG citant un communiqué de la milice.

 

"Les Comités de protection du peuple kurde (YPG) ont appelé tout ceux qui peuvent porter des armes à se joindre à leurs rangs pour protéger les zones qu'ils contrôlent des attaques de l'État islamique d'Irak et du Levant (EIIL) et du Front AL-Nosra", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), citant le communiqué.

 

Les YPJ sont globalement considérés comme la branche armée du Parti de l'union démocratique (PYD). Celui-ci est l'émanation syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme "terroriste" en Turquie.

 

"Les YPG sont prêts à repousser les attaques dans les territoires qui sont sous leur contrôle", d'après le communiqué cité par l'OSDH.

 

(Pour mémoire : « Les Kurdes ne veulent pas que les forces islamistes dominent leurs régions »)

 

Cet appel sans précédent dans la guerre en Syrie intervient quelques heures après l'assassinat à Qamichli (nord-est) d'un dirigeant kurde membre du PYD. Il intervient aussi alors que les milices kurdes affrontent depuis deux semaines des combattants jihadistes pour le contrôle de localités dans le nord-est de la Syrie, et ont affirmé leur intention de constituer une région autonome temporaire.

 

Isa Huso, membre du Conseil suprême kurde, une plateforme réunissant la plupart des mouvements kurdes de Syrie, venait de monter dans sa voiture pour se rendre au travail, vers 03H00 GMT, quand une bombe dissimulée à l'avant du véhicule a explosé, selon l'agence de presse kurde Firat.

 

 

Le sort du père Dall'Oglio

Parallèlement, des informations contradictoires circulaient mardi sur le sort du père jésuite Paolo Dall'Oglio, connu pour ses critiques contre le régime de Damas, des militants craignant qu'il n'ait été enlevé en Syrie par el-Qaëda.

Le Vatican a affirmé "ne pas avoir d'informations" à ce sujet, tandis que le ministère italien des Affaires étrangères attend d'y voir plus clair avant de se prononcer, les informations étant pour le moment "discordantes", selon l'agence italienne Ansa.

 

Plusieurs militants sur Facebook ont indiqué que le religieux aurait été enlevé par des groupes radicaux.

Le site anti-régime All4Syria a ainsi rapporté que père Dall'Oglio est allé lundi à la rencontre de l'"émir" du Front Al-Nosra, un groupe jihadiste affilié à el-Qaëda influent sur le terrain, dans la ville de Raqa (nord). "Mais il n'est pas rentré", précise-t-il.

 

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) indique, pour sa part, que le père jésuite s'est rendu lundi à la rencontre de dirigeants de l'Etat islamique de l'Irak et du Levant (EIIL) pour tenter de négocier la libération de militants kidnappés par ce groupe également affilié à el-Qaëda. "Il a dit à des militants d'annoncer sa disparition s'il ne revenait pas dans trois jours, or ces trois jours ne se sont pas écoulés", précise à l'AFP Rami Abdel Rahmane.

L'EIIL, qui combat le régime de Damas aux côtés de la rébellion dite modérée, est derrière de nombreux enlèvements de militants pacifiques dans la région de Raqa.

 

Pour l'oeuvre internationale catholique AED (Aide à l'Eglise en détresse), le père jésuite n'a pas été enlevé, mais serait allé rencontrer des membres d'el-Qaëda pour demander la libération d'un membre d'un groupe de l'opposition.

 

 

"C'est l'image de la nation que nous voulons pour tous les Syriens"

Sur sa page Facebook, le père jésuite avait posté samedi un message en arabe où il exprimait sa joie d'avoir visité la ville de Raqa, seul chef-lieu de province à être tenu par les rebelles.

"Je me suis rendu aujourd'hui à Raqa et j'étais rempli de joie pour deux raisons, la première est parce que je me trouvais en territoire syrien et dans une ville libérée et la deuxième en raison de l'accueil formidable que m'a réservé cette jolie ville", a-t-il écrit. "C'est l'image de la nation que nous voulons pour tous les Syriens", a-t-il ajouté.

 

 

Le père Paolo Dall'Oglio. Photo tirée de sa page Facebook.

 

 

Le père Dall'Oglio a pris des positions très fermes contre la répression armée du régime de Bachar el-Assad, et avait été contraint par les autorités ecclésiales de son diocèse à partir, avant de revenir à une date indéterminée.

Critique envers des évêques syriens jugés trop pro-Assad, ce jésuite italien énergique, à la parole forte, a depuis lors rencontré différents responsables arabes et occidentaux pour faire prévaloir l'idée du soutien à l'opposition démocratique, seule manière selon lui d'éviter une dérive islamiste.

 

(Pour mémoire: Dall’Oglio, de retour de Syrie : Le régime Assad est dans la logique du suicide)

 


Une famille tuée à Homs

Sur le terrain, sept membres d'une même famille, dont quatre enfants, qui avaient fui le quartier de Khaldiyé à Homs (centre) tombé lundi aux mains de l'armée après un mois de violents bombardements et combats, ont été tués dans un bombardement sur le village voisin de Teirmaalé, rapporte l'OSDH mardi.

 

Lundi, les médias officiels ont annoncé la prise de Khaldiyé, montrant des images terribles de destructions d'un secteur devenu fantôme. L'OSDH n'a confirmé la prise du quartier que tard dans la nuit, affirmant que de violents combats se sont poursuivis jusqu'en soirée dans un petit carré où s'étaient retranchés les rebelles.

Homs est la troisième ville de Syrie et un des symboles de la révolte.

La prise de Khaldiyé est le deuxième succès militaire pour le régime en moins de deux mois : le 5 juin, l'armée avait pris Qousseir (centre-ouest), ville de la province de Homs tenue par les rebelles pendant un an.

 

Sur un autre front, au moins 11 enfants, dont sept fillettes, ont été tués mardi dans des raids de l'armée de l'air sur la ville centrale de Homs et la région d'Alep, selon l'OSDH. Avançant le même bilan, les militants de la Commission générale de la révolution syrienne ont indiqué que "l'armée de l'air du régime a commis un massacre en lançant des barils d'explosifs sur la mosquée de Hamza ben Abdel Mouttaleb au moment où des dizaines de femmes et d'enfants y suivaient des cours religieux".

 

 

L'aide onusienne entravée

Près de l'aéroport international de Damas, des rebelles islamistes ont abattu lundi soir un hélicoptère grâce à un missile anti-aérien "sophistiqué", selon l'OSDH. La rébellion syrienne avait affirmé avoir reçu récemment des armes anti-aériennes de "pays amis et frères".

Et dans la banlieue de Damas, 10 rebelles ont péri à Moadamiyat al-Cham dans des combats avec l'armée qui tente de les déloger de ce secteur.

 

Enfin, un porte-parole du Programme alimentaire de l'ONU a indiqué que l'organisée n'avait réussi à atteindre que 2,4 millions de personnes en Syrie au mois de juillet, au lieu des 3 millions prévus. De nombreuses zones sont devenues inaccessibles à cause de la recrudescence des conflits, ce qui entrave la distribution de nourriture, a expliqué l'agence humanitaire pour la lutte contre la faim le monde.

 

 

Pour mémoire

La Syrie, nouvelle destination pour apprentis jihadistes français

 

Les enfants d’Alep ont oublié la vie normale

 

En Syrie, le Krak des Chevaliers endommagé par un raid

 

Commentaire

Sauver la Syrie et l’Amérique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LOUBNAN

MATÉRIALISATION D'UN RÊVE SÉCULAIRE ?

Jaber Kamel

Sont ils surs que toutes les forces anti qaidaqatariwahabitonisra sont les bienvenues ? faut pas le dire 2 fois sinon le hezb resistant va se voir oblige d'intervenir , et on sait qu'qvec lui ca rigole pas , je dirai meme que ca va tres vite . Bravo les kurdes vous avez tout compris.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué