À La Une

En Syrie, le Krak des Chevaliers endommagé par un raid

Vidéo Plusieurs vidéos ont montré au moins une frappe touchant la citadelle inscrite au patrimoine de l'Unesco.
olj.com/AFP
13/07/2013

Le Krak des Chevaliers, le plus célèbre fort croisé de Syrie qui est aux mains des rebelles, a été endommagé par un bombardement, selon des vidéos diffusées par les militants samedi.

Plusieurs vidéos ont montré au moins une frappe touchant cette citadelle inscrite au patrimoine de l'Unesco et située dans la province centrale de Homs où les combats font rage entre troupes gouvernementales et rebelles.

Le raid a été vraisemblablement lancé d'un hélicoptère ou d'un avion militaire, la trajectoire du projectile étant verticale, selon certaines images. Une tour apparaît touchée de plein fouet par l'explosion qui a provoqué une fumée épaisse. Une autre vidéo, filmée cette fois de l'intérieur de la forteresse, montre un trou béant dans un plafond ainsi que des décombres.



 

"Voici les destructions provoquées par le raid aérien lancé par un MiG", lance un militant filmant la scène.
"O monde, regardez, c'est Bachar el-Assad qui bombarde le Krak des Chevaliers", ajoute-il en référence au président syrien que les rebelles tentent de renverser depuis plus de deux ans.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG s'appuyant sur un large réseau de militants et de sources médicales et militaires en Syrie, n'était pas en mesure de confirmer le raid, mais rapporte que trois frappes ont touché vendredi la zone où se situe le Krak des Chevaliers.

(Lire aussi : L’ASL s’en va-t-en guerre contre el-Qaëda)

Pour Rami Abdel Rahmane, son directeur, ce raid pourrait constituer des mesures de représailles contre les rebelles après que ceux-ci eurent attaqué, depuis ce fort perché sur une colline, le village alaouite --communauté à laquelle appartient le président Assad-- de Qoumeiri, tuant plusieurs personnes.

Les combats dans et autour de la forteresse durent depuis le début du conflit en Syrie, qui a débuté en 2011 par une révolte pacifique contre le régime avant de se militariser en raison de la répression brutale des manifestations.
Le fort fut construit à partir de 1031 par les Abbassides, une dynastie de califes arabes. En 1142, au temps des Croisades, le château est confié à l'ordre des Hospitaliers qui construit plusieurs ouvrages défensifs. C'est de cette époque que date le nom de Krak des Chevaliers.

 

En juin dernier, l'Unesco avait placé le Krak des chevaliers sur sa liste du patrimoine mondial en danger. D'autres sites syriens y figurent : les anciennes ville de Damas, Bosra et Alep (la veille ville d'Alep a subi des dommages considérables depuis le début de la révolte), l'oasis de Palmyre et Qal'at Salah El-Din, ainsi que des villages antiques du Nord de la Syrie.

 

 

Pour mémoire

A Alep, le patrimoine oublié

 

Comment sauver le patrimoine en temps de conflits

Lire aussi

La guerre dans la guerre, l'Editorial de Issa Goraieb


Un mois de ramadan de plus en Syrie... et au Liban, l’éclairage de Scarlett Haddad


Paoli à l’« OLJ » : Il y a cet « accord minimal » qui fait défaut...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué