Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le Festival de Baalbeck délocalisé pour raisons sécuritaires

Le Festival international de Baalbeck, qui se déroule chaque année dans les célèbres temples romains, s’est vu obligé de se délocaliser cette année en raison de la crise sécuritaire que traverse la région.

« Depuis quelque temps, nous suivons de près la situation sécuritaire, en collaboration avec le ministre concerné ainsi que les forces actives de la région, dit Nayla de Freige, présidente du comité du festival. Comme notre mission doit se poursuivre et que nous nous devons de maintenir haut le nom du Festival de Baalbeck, nous avons tous ensemble décidé de délocaliser une partie des spectacles dans un endroit qui a un cachet et qui n’a pas encore accueilli un autre festival », précise de Freige.

La soprano internationale Renée Fleming, qui devait être une invitée phare de l’édition 2013, a annulé sa participation à ce festival, l’un des plus prestigieux du monde arabe et une des vitrines culturelles du Liban, en raison justement de l’insécurité dans le pays, alors qu’elle devait se produire à guichets fermés, les places ayant été écoulées très rapidement. Aujourd’hui, les billets ont été déjà remboursés aux festivaliers.

« Tous les spectacles se dérouleront sur le nouveau lieu aux dates prévues, précise la présidente du comité du festival. L’endroit choisi sera annoncé la semaine prochaine parce que nous travaillons sur deux ou trois options. En tout cas, il s’agira d’un lieu très accessible avec toutes les facilités nécessaires assurées tant aux artistes qu’aux festivaliers. »
Nayla de Freige se dit très touchée par les marques de sympathie et la solidarité qui s’est créée autour du Festival de Baalbeck avec, particulièrement, les comités des autres festivals, les organisateurs d’événements, les médias inquiets sur le sort du festival, et « remercie chacune des personnes qui, d’une façon ou d’une autre, se sont senties concernées par cette situation. Après tout, ce festival est le leur et celui de chaque Libanais », précise-t-elle.


(Pour mémoire: Baalbeck + Faithfull : des temples, un mythe)



Baalbeck, qui devait démarrer le 30 juin avec Renée Flemming, va commencer la mi-août. Les organisateurs se sont dit tristes par cette délocalisation, mais sont encore plus motivés à défendre un programme aux valeurs culturelles fortes.

Le festival accueille la chanteuse de rock anglaise Marianne Faithfull, la pianiste et chanteuse brésilienne Eliane Elias et Marcel Khalifé, et clôturera avec Puz/zle, de Sidi Larbi Cherkaoui, avec la participation de Fadia Tomb el-Hage.

Lancé en 1956 alors que le Liban connaissait son âge d’or, le festival a été interrompu en 1975 par la guerre civile (1975-1990) et n’a repris qu’en 1997. Il a été interrompu également durant la guerre de 2006 entre le Hezbollah et Israël.
Il a accueilli des célébrités à travers son histoire, de Rudolph Noureev à Sting, en passant par Ella Fitzgerald.

Les autres festivals, Beiteddine qui commence ce soir et Byblos, vont se dérouler comme prévu.

Lire aussi
De Beiteddine à Jounieh, une même et belle résistance, culturelle et festive

Fêter la musique pour couvrir le son des roquettes

Pour mémoire

Zouk 2013 : quatre soirées pour tous les goûts

 

Beiteddine 2013, une 28e édition envers et contre tout !

 

Byblos 2013 : un bouquet de concerts antidotes...

 

Beirut Holidays aligne huit spectacles pour sa seconde édition

« Depuis quelque temps, nous suivons de près la situation sécuritaire, en collaboration avec le ministre concerné ainsi que les forces actives de la région, dit Nayla de Freige, présidente du comité du festival. Comme notre mission doit se poursuivre et que nous nous devons de maintenir haut le nom du Festival de Baalbeck, nous avons tous ensemble décidé de délocaliser une partie des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut