X

À La Une

Baalbeck + Faithfull : des temples, un mythe

Liban Le Festival international de Baalbeck privilégie, pour sa saison 2013, l’éclectisme et les valeurs sûres. Son programme, rendu public hier par sa présidente Nayla de Freige, renferme des saveurs multiples : un récital lyrique avec la diva Renée Fleming, du rock avec Marianne Faithfull, du jazz avec Eliane Elias, de la danse moderne avec Sidi Larbi Cherkaoui ainsi que deux piliers de la chanson libanaise : Assi Hellani et Marcel Khalifé.
OLJ
10/05/2013

C’est avec un optimisme et une volonté de positivisme bien affirmés que les participants à la conférence de presse de l’annonce du Festival international de Baalbeck se sont exprimés hier. Une volonté unanime de faire triompher la culture au-dessus de tous les clivages et de toutes les crises a ainsi prévalu dans les mots des ministres sortants du Tourisme et de la Culture, respectivement Fadi Abboud et Gaby Layoun. De même que dans celui du président de la municipalité de Baalbeck Osman Hachem qui a invité le peuple libanais à goûter à la légendaire hospitalité des Baalbeckiotes. Leila Solh Hamadé, vice-présidente de la fondation al-Walid ben Talal, s’est déclarée heureuse de participer pour la septième année à l’annonce des festivités de Baalbeck, une ville «qu’on aurait tort de craindre. De même pour ses habitants au grand cœur», a-t-elle affirmé. À ses côtés, également partenaires de l’évènement, Nadim Kassar, représentant la Fransabank, et Lucien Lteif,  représentant la compagnie d’assurances Libano-Suisse.
Sans oublier, dans la salle bondée de l’hôtel Pheonicia Intercontinental, trois artistes à l’affiche de Baalbeck 2013 : le célèbre chanteur libanais Assi Hellani, fils de Baalbeck, et l’éternel rebelle Marcel Khalifé. Et la lumineuse chanteuse Fadia Tomb el-Hage. Dont la blondeur fait écho à celle des trois autres divas sublimes au programme de cet été. Sans oublier celle, hitchcockienne, de May Arida, la légendaire présidente sortante du festival, assise au premier rang, saluée par les personnalités présentes. Pour conclure, la présidente du festival Nayla de Freige a souligné qu’après le premier spectacle le 30 juin, les festivités seront interrompues tout le long du mois du ramadan pour reprendre le vendredi 9 août. Le programme se présente donc comme suit:

Dimanche 30 juin
Renée Fleming, l’une des plus grandes cantatrices actuelles, sera au temple de Bacchus pour un récital lyrique qu’on nous promet inoubliable.
Connue comme la «diva du peuple» et lauréate d’un Grammy 2013 pour la meilleure voix classique solo, Fleming et ses interprétations retransmises en HD en direct du Metropolitan de New York ont acquis des milliers de spectateurs à la cause lyrique, en découvrant son talent scénique et sa voix majestueuse. Mais rien n’est comparable à une soirée intime de chant avec cette très grande dame, accompagnée par le pianiste Maciej Pikulski. À l’issue du récital, un dîner de gala dans les jardins de l’Acropole, au pied du temple.

Vendredi 9 et samedi 10 août
Assi... Al-Helm, un concert théâtral de Assi Hellani sur une chorégraphie de François Rahmé et une mise en scène de Joe Moukarzel, sur les marches du temple de Bacchus.
Le célèbre chanteur libanais Assi Hellani retourne pour la troisième fois aux temples majestueux dans un concert en couleur, accompagné par un grand orchestre, des choristes et de magnifiques tableaux de danse. Il a participé à de nombreux événements musicaux importants, y compris le festival de Jerash, le festival de Carthage, et un certain nombre de concerts à travers l’Europe, le monde arabe et les États-Unis. Avec 13 albums à son actif, Assi Hellani est fermement établi comme une grande star du Moyen-Orient. À Baalbeck, il présentera un répertoire varié et interprétera ses chansons les plus populaires telles que Halit Kalbi, Jan jnouni, Bab 3amyibki, Sa’alouni, Ma lisabir..., ainsi qu’une nouvelle chanson surprise composée spécialement pour le Festival de Baalbeck.

Samedi 17 août
Marianne Faithfull, dans un concert rock sur les marches du temple de Bacchus. L’égérie rock des années 60 a indubitablement marqué l’histoire de la musique pop. Découverte à 17 ans par le producteur des Rolling Stones, ces derniers lui font interpréter la première composition signée par Mick Jagger et Keith Richards, As Tears Go By. Compagne de Mick Jagger en plein Swinging London, la belle Anglaise, à la voix rauque et à la vie mouvementée, a aussi collaboré avec Gainsbourg, David Bowie, Metallica, Nick Cave... Son dernier album, «Horses and high heels», paru en 2011, fut couronné de succès. Sur scène, cette légende vivante chantera plusieurs chansons des Rolling Stones, dont Sister Morphine et les autres tubes que le public attend dont The balad of Lucy Jordan et Broken English.

Vendredi 23 août
Eliane Elias, jazzwoman d’origine brésilienne, sur les marches du temple de Bacchus.
La New-Yorkaise d’adoption Eliane Elias, chanteuse, compositrice et pianiste, s’est faite l’ambassadrice d’une musique séduisante, lyrique et pleine de swing qui saura également séduire un public de non-spécialistes.
Ayant collaboré avec Herbie Hancock, Jack DeJohnette ou Caetano Veloso et Gilberto Gil, la compositrice de talent lance en 2008 « Something for You », disque hommage au célèbre pianiste Bill Evans. Son dernier opus, Light My Fire (numéro 1 des ventes jazz en Europe), confirme ses talents d’interprétation. Elle prend un malicieux plaisir à reprendre sur scène des grands artistes pop tels que Stevie Wonder – My Cherie d’Amour, Bob Marley – Jammin, les Doors, et même l’inclassable Beck. Elle sera accompagnée d’un quartette de jazzistes confirmés.

 

Samedi 24 et dimanche 25 août

Marcel Khalifé & son Oud, au Temple de Bacchus

Marcel Khalifé chante pour vous, seul avec son oud, à l’intérieur du temple de Bacchus. Un défi que peu d’artistes peuvent relever. On ne compte pas les chansons, les albums, les récompenses, les reconnaissances et les médailles de Marcel Khalifé, artiste unique en son genre. Ces deux concerts tant attendus, sont autant d’invitations à partager l’intimité d’un homme, ses rêves, sa poésie, ses combats. Marcel Khalifé est associé au Liban, à la résistance, à l'amour. Très proche du public, il chantera ses chansons souvenirs : fi bali oughniya, un concert pudique et puissant à la fois.

 

Vendredi 30 août
Puz/zle, spectacle de danse moderne chorégraphié par Sidi Larbi Cherkaoui, produit par Eastman, avec Fadia Tomb el-Hage (chants), Kazunari Abe et «A Filetta», groupe polyphonique corse. Sur les marches du temple de Bacchus.
Sidi Larbi Cherkaoui est l’emblème de la danse contemporaine européenne à travers le monde.
Chorégraphe à succès (on se souvient de Babel à Beiteddine en 2011), Cherkaoui présente Puz/zle au festival d’Avignon en 2012, aujourd’hui en tournée mondiale. Dans cette œuvre sans concessions, le chorégraphe cherche la place de l’homme dans le puzzle du monde et poursuit son exploration identitaire, religieuse, culturelle et émotionnelle. Et comme il sait s’entourer des meilleurs danseurs, mais aussi des musiciens les plus doués, le spectacle se joue ici avec le musicien japonais Kazunari Abe, les chants du célèbre groupe polyphonique corse «A Filetta» et la voix puissante de Fadia Tomb el-Hage. Chanteurs et danseurs font partie d’un tableau soigneusement composé autour du thème de la pierre. «Le leitmotiv de ce spectacle c’est en effet la pierre, la pierre qui compose les murs. Les murs qui divisent et sur lesquels s’écrivent de larges pans de l’histoire contemporaine», indique el-Hage qui interprétera 12 morceaux pour accompagner la danse. Y’a-t-il de plus somptueux décor que les temples de Baalbeck pour mettre en scène les pierres et les hommes?

Billets en vente chez Virgin ticketing à partir d’aujourd’hui. À signaler une prévente jusqu’au 1er juin : remise de 10 % sur tous les spectacles du mois d’août.



Pour mémoire

Beiteddine 2013, une 28e édition envers et contre tout !


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants