Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Sursaut souverainiste de l'Etat libanais

Dans une escalade soudaine et extrêmement dangereuse, des roquettes ont été tirées par l’armée de l’air syrienne sur le centre-ville de Ersal. L’armée, dans une prise de position, la première en son genre, a menacé de riposter et Baabda envisage, nouvelle première, une possible plainte libanaise contre la Syrie à l’ONU.

Selon les habitants de la région, c’était la municipalité, où se tenait une réunion de notables avec le conseil municipal, qui était visée par les roquettes. Photo AFP

Ersal a encore été bombardé hier par les Syriens, mais cette fois-ci c’est en plein centre-ville que les projectiles sont tombés. Au total, six roquettes ont été tirées par un hélicoptère de l’armée de l’air syrienne, dont l’une s’est abattue sur la place principale de la localité, faisant des blessés et causant des dégâts matériels. La panique s’est emparée des habitants qui ont appelé l’État « à assumer ses responsabilités ». Autre nouveauté significative hier aussi, le communiqué ferme publié par l’armée après le raid.


L’armée libanaise a en effet déclaré hier avoir pris « les mesures défensives nécessaires » pour riposter à toute nouvelle « violation » syrienne du territoire libanais, confirmant l’attaque contre Ersal « par deux fois ». Selon des sources sécuritaires, la direction syrienne a été avertie de la position de l’armée libanaise et de sa décision de riposter à toute nouvelle agression. En fin de soirée, l’armée syrienne a publié un communiqué dans lequel elle affirme son attachement à « respecter la souveraineté, le territoire et la sécurité du peuple libanais » et que son aviation avait « continué à bombarder des terroristes qui avaient tenté de s’échapper du territoire syrien en direction de Ersal... » Si l’on en croit, cependant, les habitants, l’attaque aurait tenté de viser la municipalité de Ersal, qui se trouve à quelque cent mètres du lieu d’impact d’une des roquettes.


Pendant que la crise syrienne continue de déborder sur les villages frontaliers libanais, les habitants de Ersal ont organisé les funérailles de leur compatriote Ali Ahmad Houjeiri, tué dans une embuscade mardi sur l’autoroute du Hermel. Une foule dense a participé à la cérémonie en présence de notables de la ville et de représentants du courant du Futur. Le frère de la victime, Moustapha Houjeiri, a affirmé dans une allocution que « son frère ne portait pas d’armes mais transportait des roches dans une camionnette », ne cachant cependant pas son appui à la rébellion syrienne.


Une réunion élargie a été tenue dans l’après-midi à la municipalité de Ersal, pour évoquer les circonstances du meurtre de Houjeiri. Le président du conseil municipal et d’autres notables ont accusé le Hezbollah de l’assassinat. Les mêmes personnes ont dénoncé le blocus imposé à Ersal par les forces de sécurité et par l’armée, « alors que les combattants du Hezbollah traversent les routes de la localité sans être inquiétés outre mesure ». Ils ont enfin appelé les citoyens du Hermel à livrer à la justice l’assassin de Houjeiri dans les plus brefs délais. « Le Hezbollah a tendu une embuscade à Ali Ahmad Houjeiri et a enlevé deux de ses compagnons, après la mort d’un citoyen du Hermel en Syrie », a révélé le président du conseil municipal, Ali Houjeiri. Dans la soirée hier, la voiture qui a été utilisée par les meurtriers présumés de Ali Ahmad Houjeiri a été retrouvée, son propriétaire étant un certain Malek Hussein Nasser, originaire du Hermel.

 

 


Carte réalisée par Elie Wehbé

 



Sleiman évoque une possible plainte à l’ONU
La réaction ferme de l’armée libanaise hier, en réponse à l’attaque syrienne contre Ersal, est venue conforter un discours semblable tenu à Baabda par le président de la République, Michel Sleiman, qui a violemment dénoncé les raids syriens récurrents, estimant qu’« ils constituent une violation de la souveraineté libanaise et mettent les Libanais en danger ». M. Sleiman, qui a contacté le Premier ministre démissionnaire Nagib Mikati, le ministre sortant des Affaires étrangères Adnane Mansour, le commandant en chef de l’armée, le général Jean Kahwagi, et le secrétaire général du Haut Conseil libano-syrien, Nasri Khoury, a signalé que « le bombardement de Ersal par des hélicoptères syriens viole toutes les conventions internationales et tous les traités qui régissent les relations entre les deux pays ». « Alors que l’État tente, par tous les moyens, de préserver la stabilité du Liban et de sauvegarder la paix civile, ces raids mettent en danger la sécurité des citoyens », a-t-il mis en garde, soulignant que « le Liban se réserve le droit de prendre les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté et protéger ses fils, ce qui n’exclut pas une plainte, à ce titre, auprès de l’ONU et de la Ligue arabe ».


Même son de cloche du côté de l’ancien Premier ministre, Fouad Siniora, qui a dénoncé et refusé « l’attaque ». « Les choses ont pris une tournure dangereuse et le silence n’est plus possible. Des mesures urgentes doivent être prises par l’État libanais, qui doit au minimum porter plainte auprès du Conseil de sécurité et de la Ligue arabe », a-t-il affirmé.Un communiqué de la même teneur a été rendu public par le Futur. D’autre part, la Jama’a islamiya a publié un communiqué stigmatisant l’attaque contre Ersal, « qui constitue une déclaration de guerre du régime syrien au Liban », appelant l’État à protéger ses frontières et ses citoyens, et à expulser l’ambassadeur syrien, Ali Abdel Karim Ali.

 

Lire aussi

Sanctuariser le Liban ?, l'éclairage de Philippe Abi Akl


Encore une tuerie « confessionnelle en Syrie » : plus de 60 tués

 

Pour mémoire

Périls en la demeure et... ailleurs

 

 


Ersal a encore été bombardé hier par les Syriens, mais cette fois-ci c’est en plein centre-ville que les projectiles sont tombés. Au total, six roquettes ont été tirées par un hélicoptère de l’armée de l’air syrienne, dont l’une s’est abattue sur la place principale de la localité, faisant des blessés et causant des dégâts matériels. La panique s’est emparée des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut