Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Révolte

Encore une tuerie « confessionnelle en Syrie » : plus de 60 tués

Pour Fabius, « il faut arrêter la progression vers Alep » des troupes du régime ; l’Iran dit avoir reçu une « invitation verbale » à participer à Genève 2.

Un rebelle finit d’enterrer un compagnon d’armes à Deir ez-Zor. Khalil Ashawi/Reuters

Dans un nouvel épisode macabre du conflit syrien, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a diffusé des vidéos montrant des hommes armés désignant des cadavres et des maisons en feu, au lendemain de la mort d’une soixantaine de chiites, en majorité des combattants prorégime, dans le village de Hatlah dans la province de Deir ez-Zor.
« Voici les chiites, voici votre fin, chiens », crie l’un d’eux. « Sunnites, aidez votre communauté », clame un autre, le front ceint d’un bandeau noir sur lequel est inscrite la profession de foi musulmane. « Dieu est grand, toutes les maisons des chiites ont été incendiées (...). Voici les combattants du jihad célébrant leur entrée dans les maisons chiites infidèles », clame un homme filmant la scène. L’assaut du village a été donné en représailles à une attaque menée par des habitants contre un poste de la rébellion dans laquelle deux insurgés ont péri, selon l’OSDH.

 

 

 


Le caractère confessionnel du conflit, qui a fait plus de 94 000 morts depuis mars 2011, a été exacerbé par l’engagement du Hezbollah, un allié indéfectible de M. Assad, dans les combats aux côtés de l’armée. L’aide cruciale du Hezbollah a permis la semaine dernière à l’armée de reprendre le bastion stratégique rebelle de Qousseir situé dans la province centrale de Homs.

 

(Eclairage : Le chaos laisse le terrain libre aux extrémistes en Syrie)


Forte de ce succès, l’armée avançait dans le quartier de Wadi Sayeh dans la ville voisine de Homs avec l’objectif de la reprendre entièrement. « Les forces du régime ont pris le contrôle de larges secteurs de Wadi Sayeh à Homs, avançant lentement dans ce quartier qu’elles bombardent et où se déroulent de violents combats », a ainsi affirmé le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane. Les troupes gouvernementales étaient déjà présentes dans le quartier mais empêchées d’avancer par les tireurs embusqués rebelles. Le contrôle de Wadi Sayeh facilitera à l’armée la prise des quartiers de Khaldiyé et du vieux Homs, qu’elle assiège depuis plus d’un an. L’armée se prépare aussi à lancer un assaut sur les secteurs rebelles d’Alep.

Tournant
« Le conflit est à un tournant », a estimé Paris qui, comme Washington, réfléchit aux moyens de renforcer la rébellion, en perte de vitesse face au régime. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déploré le fait que « les troupes de Bachar el-Assad et surtout le Hezbollah et les Iraniens, avec les armes russes, ont repris un terrain considérable. S’il n’y a pas de rééquilibrage sur le terrain, il n’y aura pas de conférence de paix à Genève car l’opposition n’acceptera pas d’y venir. Or il faut une solution politique ». M. Fabius a demandé à la communauté internationale d’arrêter la progression vers Alep des troupes du régime. « Il faut qu’on puisse arrêter cette progression avant Alep. C’est la prochaine cible à la fois du Hezbollah et des Iraniens », a ainsi insisté le ministre, interrogé sur la chaîne de télévision France 2. « Bachar (...) a utilisé de façon scandaleuse les armes chimiques », a-t-il encore insisté. « Derrière la question syrienne, il y a la question iranienne », a poursuivi M. Fabius. « Si on n’est pas capable d’empêcher l’Iran de prendre la main sur la Syrie, quelle crédibilité aura-t-on en exigeant qu’elle n’ait pas l’arme atomique ? Donc tout est lié. »


Les succès de l’armée syrienne n’aident guère l’ONU, les États-Unis et la Russie dans leur tentative d’organiser une conférence internationale de paix, dite Genève 2, dont la date n’a pas encore été fixée.

Les USA allègent les sanctions au profit de l’opposition
À Washington, le secrétaire d’État John Kerry a rencontré son homologue britannique William Hague après que les États-Unis eurent affirmé examiner « toutes les options » pour aider l’opposition. Londres et ses alliés doivent être « prêts à faire plus » pour sauver des vies en Syrie, ravagée par la guerre, a affirmé M. Hague, à l’issue de sa rencontre avec M. Kerry. « Le Royaume-Uni pense que la situation exige une approche forte, coordonnée et déterminée par nous (...) et nos alliés », a en outre déclaré M. Hague, lors d’une conférence de presse commune à Washington, ajoutant n’avoir pas d’éléments nouveaux sur l’envoi d’armes aux rebelles syriens.
Le président Barack Obama avait demandé à son « équipe de sécurité nationale d’examiner toutes les options possibles qui nous permettraient de remplir nos objectifs pour aider l’opposition ».

 

(Eclairage : Que change la levée par l'UE de l'embargo sur les armes destinées aux rebelles syriens ?)


Plus tard dans la nuit, les États-Unis ont annoncé un allègement ciblé de leurs sanctions commerciales contre la Syrie au profit des zones contrôlées par l’opposition. Aux termes de ces mesures, les industriels américains pourront, au coup par coup, obtenir des licences d’exportation d’équipements destinés « à faciliter la reconstruction des zones libérées », a ainsi indiqué le département d’État dans un communiqué.
Toujours sur le plan diplomatique, le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé qu’il s’entretiendrait avec le président russe Vladimir Poutine au sujet de la Syrie, dimanche à Londres, en amont du sommet du G8.
Parallèlement, l’Iran a reçu une « invitation verbale » à participer à Genève 2, a rapporté hier la télévision publique iranienne. Press TV cite Hossein Amir-Abdullahian, vice-ministre des Affaires étrangères, qui ne précise pas de qui émane cette invitation. « L’Iran est un acteur sérieux du règlement de la crise en Syrie », dit-il, ajoutant que la République islamique ne donnera sa réponse qu’après confirmation écrite de cette invitation.
Enfin, des pilotes de l’aviation israélienne s’entraînent quotidiennement pour faire face aux menaces liées à l’instabilité en Syrie et au Liban, ont indiqué mercredi des officiers dans une base au nord d’Israël.

 

 

Reportage

La cyberguerre secrète de « l’Armée syrienne électronique »

 

Et au Liban

La Syrie bombarde le cœur de Ersal, l’armée libanaise menace de riposter

 

 


Dans un nouvel épisode macabre du conflit syrien, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a diffusé des vidéos montrant des hommes armés désignant des cadavres et des maisons en feu, au lendemain de la mort d’une soixantaine de chiites, en majorité des combattants prorégime, dans le village de Hatlah dans la province de Deir ez-Zor.« Voici les chiites, voici votre fin,...

commentaires (5)

Quand elle est ConFessionnelle, la Tuerie est sûre mesquine....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 32, le 14 juin 2013

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Quand elle est ConFessionnelle, la Tuerie est sûre mesquine....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 32, le 14 juin 2013

  • TOUTES LES TUERIES SONT CONDAMNABLES !

    SAKR LOUBNAN

    10 h 07, le 14 juin 2013

  • Il faudra user de la diplomatie si on veut bien arrêter cette progression vers Alep et non de songer comment mettre plus du feu en Syrie . Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    15 h 07, le 13 juin 2013

  • Il aurait ete de bonne honnetete d'informer que simultanement, un massacre de sunnites a ete perpetre par des sunnites, et de preciser que les chiites tues etaient des civils ,femmes et enfants. Les declarations de delegue fabius MAE de on sait trop qui , sont la preuve la plus sure que les forces legitimes sont entrain de reprendre ce qui a ete sauvagement acquis par ses mercenaires, encore plus que l'avancee sur le terrain, les declarations du delegue sur "radio panique" FM 200.6 donnent encore plus la mesure de l'effondrememt du complot. Je conseillerai aux mercenaires de se rendre et pas trop compter sur des livraisons d'armes qui seront sans gros effet, si toutefois elles ont lieu.

    Jaber Kamel

    10 h 44, le 13 juin 2013

  • Voilà les premiers résultats du lancement de la discorde sunnito-chiite par l'irresponsable Hezbollah à Qousseir. On en verra bien d'autres barbaries

    Halim Abou Chacra

    09 h 10, le 13 juin 2013

Retour en haut