X

À La Une

En une semaine, 79 combattants du Hezbollah sont morts à Qousseir

Syrie

Une jeune journaliste syrienne tuée ; quatre morts dans l'explosion d'une voiture piégée à Homs.

OLJ/Agences
27/05/2013

Au moins 79 membres du Hezbollah libanais, qui combattent aux côtés de l'armée syrienne, ont été tués en une semaine lors de l'assaut de Qousseir, ville stratégique dont une partie est encore aux mains des rebelles, a affirmé lundi une ONG.

"Le nombre total de morts dans les rangs du Hezbollah depuis le début de son intervention il y a plusieurs mois dans les régions de Damas et de Homs, s'élève à 141", a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Ce chiffre comprend 79 combattants tués entre le 19 mai à l'aube et dimanche matin par des mines, des tireurs embusqués et dans les combats à Qousseir et dans ses environs", a ajouté l'Observatoire qui bénéficie d'un réseau d'informateurs et de militants à travers la Syrie.

 

La veille, une source proche du Hezbollah avait fait état de 110 morts ces derniers mois, dont une très grande majorité à Qousseir, dans la province de Homs (centre).

 

Un corps expéditionnaire du mouvement chiite combat depuis plusieurs mois en Syrie, mais la bataille de Qousseir est la plus importante et la plus sanglante. Ainsi durant la seule journée de samedi, 22 combattants ont trouvé la mort.

 

Une source proche du mouvement chiite a affirmé samedi que la ville de Qousseir est contrôlée à 80% par l'armée syrienne et le Hezbollah libanais, et que la route reliant l'est du Liban à Homs, au centre de la Syrie, est "sécurisée".

"Il ne nous reste plus qu'à prendre 20% de Qousseir, car dimanche avons conquis 10% et le reste était déjà entre nos mains", a affirmé cette source.

 

(Témoignage : A Qousseir, « les rebelles ont tout miné, même les réfrigérateurs... »)

 

L'engagement grandissant du Hezbollah en Syrie suscite une "profonde inquiétude" de la part du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a affirmé dimanche son porte-parole Martin Nesirky. M. Ban appelle tous les pays et groupes à "cesser de soutenir la violence en Syrie", a poursuivi le porte-parole dans un communiqué publié quelques heures après le tir de deux roquettes sur la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah.

 

Navi Pillay, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, a pour sa part, demandé à toutes les parties de permettre aux civils de fuir la ville de Qousseir.

 

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a promis lors d'un discours samedi à ses partisans la victoire dans la guerre en Syrie. "La Syrie, c'est la protection arrière de la résistance, le support de la résistance. La résistance ne peut rester les bras croisés quand sa protection arrière est exposée et quand son support se brise. Si nous n'agissons pas, nous sommes des idiots", a-t-il souligné.

 

 

Parallèlement, les violences en Syrie ont fait une nouvelle victime dans la communauté des journalistes.

"Le ministère de l'Information (..) annonce le décès de notre consoeur Yara Abbas, tuée par des terroristes près de l'aéroport de Dabaa", au nord de la ville de Qousseir, a précisé la chaîne syrienne d'information en continu Al-Ikhbariya.

 

 

Yara Abbas, la jeune journaliste syrienne tuée au nord de Qousseir. SANA/Handout via Reuters

 

Dans la phraséologie du régime le mot terroriste désigne les rebelles. L'OSDH a indiqué pour sa part que la correspondante d'Al-Ikhbariya, âgée de 26 ans et originaire de Homs, "a été tuée par un tireur embusqué près de l'aéroport de Dabaa", ajoutant que "des membres de l'équipe de la télévision ont été blessés", sans fournir de détails.

 

Avant ce décès, Reporters sans frontières avait recensé 23 journalistes tués depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011 et au moins 58 citoyens-journalistes.

 
A Homs, dans le centre de la Syrie, au moins quatre personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans l'explosion d'une voiture piégée, selon l'OSDH.

 

Lire aussi

En Syrie, "ce qui nous attend est véritablement un cauchemar"

 

Des journalistes du Monde témoins de l'utilisation d'armes chimiques aux portes de Damas

 

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué