Rechercher
Rechercher

Conflit

Syrie : difficultés pour organiser "Genève 2"

Echec des négociations sur l'embargo de l'UE sur les armes, selon le chef de la diplomatie autrichien

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, son homologue américain John Kerry et son homologue français Laurent Fabius lors d'un diner dans un restaurant à Paris le 27 mai 2013. AFP / POOL / FREDERIC DE LA MURE

L'organisation d'une conférence de paix sur la Syrie ne sera "pas une mince affaire", a prévenu lundi soir le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, à l'issue d'un entretien à Paris avec son homologue américain John Kerry.

Il ne sera pas "une mince affaire" d'organiser la conférence voulue par Washington et Moscou, a déclaré M. Lavrov, dont le pays soutient le régime de Damas.

MM. Lavrov et Kerry venaient de s'entretenir dans un grand hôtel parisien pour discuter de la date d'une conférence et des représentants de l'opposition syrienne et du régime du président Bachar el-Assad qui y participeraient.


Les deux hommes devaient ensuite dîner dans un restaurant de la capitale française avec leur homologue Laurent Fabius, de retour de Bruxelles où les 27 examinent la question de la levée de l'embargo sur les armes à destination de l'opposition syrienne.


Dans la soirée, aucun accord n'avait été trouvé à Bruxelles, faute, selon l'Autriche, d'être parvenu à "un compromis avec la Grande-Bretagne et la France", les deux pays les plus favorables à une levée de l'embargo. Les négociations devaient reprendre dans la soirée.
Les Européens doivent se décider avant vendredi minuit, date à laquelle expire l'ensemble des sanctions prises depuis deux ans par l'UE contre le régime syrien, dans lequel figure l'embargo sur les armes.


Réunie depuis jeudi à Istanbul, la Coalition nationale de l'opposition syrienne a prié lundi une nouvelle fois l'UE de lever son embargo. "La population syrienne continue à demander des armes pour se protéger. Je prie pour que les ministres qui se réunissent à Bruxelles le comprennent", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Coalition, Khaled al-Saleh.

 

La Coalition a connu un sérieux revers dans ses efforts d'unification des opposants au régime de Damas avec le fiasco tôt lundi d'un vote sur son élargissement à de nouveaux membres, qui laisse planer le doute sur sa participation à la conférence internationale de paix.

 

Dimanche, les accusations fusaient entre les protagonistes, se reprochant réciproquement de vouloir s'approprier le pouvoir en modifiant les rapports de force dans la Coalition avec l'entrée de nouveaux membres ou au contraire de vouloir le garder en fermant la porte à l'élargissement.

 

"Vous avez l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis qui s'acharnent à inclure jusqu'à 30 membres dans la Coalition nationale. Leur objectif est de réduire l'influence des Frères musulmans dans cette structure", affirmait ainsi samedi à l'AFP un membre de la Coalition sous couvert d'anonymat. "Le problème pour nous (les rebelles), c'est que si l'Arabie saoudite prend le contrôle, ils vont se contenter de soutenir les groupes armés de leur choix. Ils n'ont aucune envie de respecter une quelconque structure créée par les Syriens", a commenté dimanche une source proche de l'Armée syrienne libre (ASL).

 

 

Illustration des divisions qui traversent l'opposition syrienne, ces deux militants qui se disputent en marge de la réunion d'Istanbul, le 23 mai 2013. AFP/OZAN KOSE

 

Avant de quitter Bruxelles, M. Fabius a affirmé qu'il y avait "des présomptions de plus en plus fortes, de plus en plus étayées, d'usage localisé d'armes chimiques" en Syrie, avant d'ajouter que ces informations faisaient l'objet de "vérifications très précises".

Deux envoyés spéciaux du Monde, présents en Syrie en avril et mai, ont témoigné lundi dans le quotidien français de l'utilisation d'armes toxiques contre les forces rebelles qui tiennent les faubourgs de Damas.

L'utilisation d'armes chimiques fait l'objet de soupçons depuis déjà quelques semaines dans plusieurs endroits de Syrie, mais n'a pas été formellement prouvée.

L'ONU demande en vain à Damas de laisser ses experts enquêter sur les accusations réciproques adressées par le pouvoir et l'opposition concernant le recours à ces armes.

Un "cauchemar" se dessine en Syrie
Lundi, Navi Pillay, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, a averti qu'un "cauchemar" se dessine en Syrie, alors que les efforts diplomatiques se poursuivent pour réunir au plus vite une conférence internationale dite Genève 2 pour chercher une issue politique au conflit.

 

"Une catastrophe humanitaire, politique et sociale nous frappe déjà (en Syrie, ndlr), et ce qui nous attend est véritablement un cauchemar", a déclaré Mme Pillay, s'exprimant lors de l'ouverture de la 23e session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. "Je crains que la communauté internationale ne réussisse pas à remplir ses obligations fondamentales envers les victimes", a-t-elle ajouté.

 

Mme Pillay a expliqué qu'elle avait encore l'espoir que la communauté internationale mène des "actions tangibles pour arrêter l'escalade des souffrances et des effusions de sang en Syrie", estimant qu'après plus de 26 mois de violences la situation était devenue "un affront intolérable à la conscience humaine".

 

(Lire aussi : En une semaine, 79 combattants du Hezbollah sont morts à Qousseir)

 

Le Haut-Commissaire a une fois de plus dénoncé les graves crimes commis par les forces loyales au régime syrien, expliquant notamment que les écoles et hôpitaux avaient été pris pour cible par les forces armées syriennes.

Elle a aussi affirmé que le gouvernement de Damas continue d'utiliser la force dans des zones résidentielles sans discrimination et de manière disproportionnelle.

Par ailleurs, les groupes armés rebelles ont aussi commis des "violences gratuites", et ont manifestement utilisé les civils comme boucliers humains et les enlèvements se poursuivent, a dénoncé Navi Pillay.

"Nous continuons aussi à voir des rapports sur des forces antigouvernementales commettant des actes horribles comme des tortures et des exécutions sommaires", a-t-elle dit. Des jeunes femmes et des mineures auraient été forcées de se marier à des combattants, a-t-elle aussi ajouté.

 

(Lire aussi : Des journalistes du Monde témoins de l'utilisation d'armes chimiques aux portes de Damas)

 

Enfin, l'Iran, allié régional du régime syrien, a indiqué qu'il accueillerait mercredi une "conférence internationale" visant à trouver une "solution politique" au conflit en Syrie.

En Iran, "plus de 40 pays sont attendus, ainsi qu'un représentant de l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan", a précisé le vice-ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian.

M. Annan est l'ancien médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe dans le conflit qui a fait selon l'OSDH plus de 94.000 morts depuis mars 2011.


Lire aussi

Le 8 et le 14 Mars dénoncent d’une même voix le tir de roquettes sur la banlieue sud

 


L'organisation d'une conférence de paix sur la Syrie ne sera "pas une mince affaire", a prévenu lundi soir le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, à l'issue d'un entretien à Paris avec son homologue américain John Kerry.
Il ne sera pas "une mince affaire" d'organiser la conférence voulue par Washington et Moscou, a déclaré M. Lavrov, dont le pays soutient le régime de Damas.
MM....

commentaires (3)

Arrêter votre cinéma les baguetto-rosbifs! vous savez avec pertinence que, dès lors que vous déclarerez officiellement la fourniture d'armes à vos voyous, sans compter que les hirsutes d'an-noussra les récupèreraient illico en décapitant vos p'tits zozos avec une fourchette... demandez à l'autre là-bas auquel on ponce une jambe en bois massif ... alors les Russes, les Iraniens et les Chinois le feront officiellement Itou.. jouez pas à ça, c'est mieux!

Ali Farhat

00 h 28, le 28 mai 2013

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Arrêter votre cinéma les baguetto-rosbifs! vous savez avec pertinence que, dès lors que vous déclarerez officiellement la fourniture d'armes à vos voyous, sans compter que les hirsutes d'an-noussra les récupèreraient illico en décapitant vos p'tits zozos avec une fourchette... demandez à l'autre là-bas auquel on ponce une jambe en bois massif ... alors les Russes, les Iraniens et les Chinois le feront officiellement Itou.. jouez pas à ça, c'est mieux!

    Ali Farhat

    00 h 28, le 28 mai 2013

  • ABRUTIS DU MONDE... LES PAROLES NE SERVENT A RIEN !

    SAKR LOUBNAN

    15 h 48, le 27 mai 2013

  • La fourniture d'armes aux rebelles ne sera plus un cauchemar pour les syriens mais un enfer . Triste de voir les ministres européens réunis pour tenter de trouver un consensus pour la guerre et non la paix. Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    15 h 29, le 27 mai 2013