X

Culture

Soixante artistes transforment le West Hall en mini-musée

AUB Alumni Art Expo Depuis hier soir, le West Hall de l’AUB accueille les œuvres de 60 artistes diplômés de l’université. À visiter aujourd’hui de 10h à 20h.
16/02/2013

C’est pour célébrer les accomplissements de ses anciens étudiants que l’AUB leur offre ses cimaises. Une première pour l’université américaine qui réaffirme ainsi son engagement envers la promotion et le soutien des arts libéraux, notamment après l’ouverture d’une galerie extra-muros dédiée à la collection «Rose et Shaheen Saleeby», en hommage aux parents du généreux donateur Samir Saleeby. Cette collection, comprenant cinquante-sept toiles et huit croquis sur papier, par les plus grands noms de l’art libanais comme Omar Ounsi, Saliba Douaihy, César Gemayel et Khalil Saleeby, constitue le noyau d’un futur musée pour l’art moderne et contemporain sur le campus de l’AUB.


En attendant, l’université a décidé donc de célébrer les dons artistiques de ses anciens en leur proposant un espace d’exposition certes éphémère (il ne dure qu’un seul jour, le lendemain du vernissage) mais néanmoins louable de par son envergure. Une soixantaine d’artistes, du Liban mais aussi de la région MENA, d’Europe et des États-Unis, présentent ainsi quelques-uns de leurs travaux, entre peinture, sculpture, photographie, céramique et design de bijoux.
On retrouve ici des signatures confirmées comme celles de Stélio Scamanga, Huguette Caland, Rached Bohsali, Nadim Karam, Léna Kélékian, David Kurani, Amal Muraywed, Zéna el-Khalil et Camille Zakharia.

Nouvelles pousses
Parmi les nouveaux talents à suivre: Reem Akl qui présente ici une installation. L’artiste, ayant suivi des études d’économie à l’AUB puis à la London School of Economics, s’intéresse à la photographie et à l’archivage.
Intéressants également: les céramiques de Nour Ali qui, après son BA en Business, a suivi des études de céramique à la Cardiff School of Arts, et celles de Sarah Alkawwas ; les photographies de Ziad Salloum, les bijoux en crochet de soie de Nisrine el-Makkouk, ou les créations en perles et fils d’or de Nada Zeineh...
À souligner également que la plupart des exposants ont suivi des études d’architecture, de business ou d’économie avant d’entreprendre et de nourrir leur passion pour les arts. Une manière bien concrète de suivre le sempiternel «Follow your dream».

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué