Économie

Le risque de crédit en net recul au Liban, sur un an

Liban - Analyse
OLJ
12/03/2010
Selon une analyse du bulletin économique hebdomadaire de la Byblos Bank, le Lebanon This Week, le niveau de risque propre au marché libanais a nettement reculé depuis février 2009. Le spread des dérivés sur évènement de crédit (ou Credit Default Swaps, en anglais), à cinq ans, s'est ainsi élevé à 257 points fin février, contre un pic de 543,8 points en février 2009.
Les dérivés sur évènements de crédit ou Credit Default Swaps représentent le coût de couverture de la dette souveraine, en cas de faillite. Ils reflètent ainsi le niveau de risque de crédit propre à un pays. La valeur du spread (défini comme l'écart entre le taux de rentabilité actuariel du CDS et celui d'un emprunt sans risque de durée identique) varie proportionnellement au niveau du risque. Le recul du spread de CDS au Liban reflète ainsi une amélioration du niveau du risque, qui va de pair avec l'évolution de la conjoncture politique et économique du pays.
Il n'en reste pas moins que fin février, le coût annuel de garantie de 10 millions de dollars de dette souveraine libanaise sur une période de cinq ans s'élevait à 257 000 dollars, selon le Lebanon This Week.
Comparativement aux autres pays du monde, le rapport indique que le spread des dérivés sur évènement de crédit s'élevait fin février à 270 points en moyenne sur les marchés émergents et 234 points en Europe centrale et de l'Est, le Moyen-Orient et l'Afrique (Ecemoa). Le spread propre au marché libanais s'est ainsi avéré le 11e plus large parmi 36 pays émergents, le 7e plus large parmi 19 pays de la région Ecemoa, mais le plus étroit parmi les économies portant la même notation souveraine que celle du Liban.
Le pays du Cèdre s'est ainsi placé juste derrière la Roumanie, avec un spread de 259 points, et devant la Croatie et la Hongrie, avec un spread de 234 points chacun.
Le bulletin rappelle, par ailleurs, que le spread propre au marché libanais s'est rétréci de 266 points entre février 2009 et février 2010, contre un rétrécissement moyen de 580 points des spreads des pays émergents au cours de la même période. En termes de contraction du spread sur un an, le Liban est ainsi arrivé au 22e rang parmi les économies émergentes et au 14e rang parmi les pays de la région Ecemoa.
Au cours des deux premiers mois de 2010, le spread libanais a toutefois lâché 22 points, contre 11 points en moyenne à l'échelle des marchés émergents. Il a ainsi été classé 7e parmi les pays émergents et 6e dans la région Ecemoa au cours de cette période.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants