Rechercher
Rechercher

Politique - Guerre de Gaza

Liban-Sud : Le Hezbollah met le paquet pour la 2e journée consécutive

Lors d'une réunion jeudi, le bloc parlementaire du Hezbollah a estimé, une nouvelle fois, qu’Israël était « prisonnier » de ses échecs.

Liban-Sud : Le Hezbollah met le paquet pour la 2e journée consécutive

Deux hommes se tiennent près d'un camion et regardent les panaches de fumée s'élevant d'un feu dans un champ après la chute de roquettes lancées depuis le sud du Liban à Katzrin sur le plateau du Golan annexé par Israël, le 13 juin 2024. Photo Jalaa Marey / AFP

Deux jours après la mort de l’un de ses plus importants commandants, Taleb Abdallah, le Hezbollah a encore été particulièrement actif sur le terrain jeudi.

Dans l’après-midi, le parti chiite a revendiqué, en deux temps, une pléthore d’attaques simultanées contre 9 positons israéliennes. Il a ainsi affirmé avoir ciblé avec des missiles Katioucha et Falaq ainsi que des drones, six casernes et des sites militaires israéliens : la caserne al-Zaoura, la caserne Kaila, la caserne Yoav, la base Katsavia, la base de Nafah, et le bataillon du Sahel à Beit Hillel.

Le groupe a aussi indiqué avoir attaqué, à l'aide de plusieurs escadrons de drones d'assaut, la base de Dadou (siège du commandement de la région nord), la base de Mishar (siège de la principale unité de renseignement de la région nord chargée des missions d'assassinat) et la caserne de Katsavia (siège de la septième brigade blindée de la 210e division du Golan).

Lire aussi

Dans sa guerre contre le Hezbollah, Israël tente de reprendre l’initiative

30 drones et 150 roquettes

Pendant la journée, une source du Hezbollah a déclaré à la chaîne Al Jazeera qu'environ 30 drones et 150 roquettes avaient été tirés lors du dernier barrage contre le nord d'Israël, en réponse à l'élimination mercredi d'un haut commandant du Hezbollah. Elle a ajouté que cette attaque est la plus importante du Hezbollah depuis le 8 octobre 2023. Vers la fin de la journée, le Hezbollah a enfin revendiqué une attaque menée avec un « escadron de drones d'assaut » sur la base de Mishar, ciblant les centres de renseignement à l'intérieur.

Ces attaques ont marqué un pic dans la journée, avant que la fréquence des attaques ne diminue en intensité en fin d’après-midi et en début de soirée. Mercredi, le parti chiite avait également mis les bouchées doubles en revendiquant pas moins de 19 opérations militaires contre des positions israéliennes, un record depuis le début des affrontements le 8 octobre 2023, au lendemain du déclenchement de la guerre de Gaza.

Jeudi, la première attaque de ce parti a eu lieu dans la matinée contre le site israélien de « Rahab », situé face à Aïta el-Chaab, dans le caza de Bint Jbeil, alors que les sirènes d'alerte avaient déjà retenti à plusieurs reprises depuis dans le nord d'Israël. A 21 h, le Hezbollah n’avait toujours pas fait état de morts parmi ses membres – pour un total qui est donc toujours de 334 morts entre le Liban-Sud et la Syrie

Côté israélien, l’armée a annoncé dans la matinée avoir « attaqué des infrastructures terroristes et des bâtiments utilisés à des fins militaires dans le sud du Liban » durant la nuit de mercredi à jeudi. Dans l’après-midi, l’aviation de l’État hébreu a survolé et bombardé – souvent avec des munitions incendiaires plusieurs localités libanaises, selon les différents rapports transmis par notre correspondant dans la région, Mountasser Abdallah sur la base de témoignages d’habitants ou de sources sécuritaires. Wazzani et Chebaa, dans le caza de Hasbaya, Aïtaroun et Haris (Bint Jbeil), Aïtaroun (Bint Jbeil), une zone entre Kantara et Wadi Houjeir, ou encore Deir Saryan (Marjeyoun), Yahmar (caza de Nabatiyé) en ont fait les frais.

Moins habituel, l'aviation de l'armée israélienne a bombardé la zone allant de la localité de Aychiyé à celle de Mahmoudiyé, dans le caza de Jezzine, selon une source sécuritaire. Il s'agit d'une zone assez éloignée de la frontière entre le Liban-Sud et le nord d'Israël.

Lire aussi

Le Hezbollah revendique 2125 frappes sur Israël en 250 jours

Menaces et inquiétudes

Cette montée des tensions à la frontière galvanise les protagonistes et inquiète les observateurs, alors que les Israéliens ont annoncé à plusieurs reprises ces dernières semaines être en train de préparer une offensive au Liban-Sud.

« Israël répondra avec force à toutes les agressions du Hezbollah », a déclaré lors d'un point de presse David Mencer, porte-parole du gouvernement israélien. « Que ce soit par des efforts diplomatiques ou autres, Israël rétablira la sécurité à sa frontière septentrionale », a-t-il ajouté.

Lors d'une réunion jeudi, le bloc parlementaire du Hezbollah a répété qu’Israël était « prisonnier » de ses échecs à Gaza, une rhétorique en ligne avec des déclarations de ses députés ces derniers jours. Il a aussi jugé que l'État hébreu pensait à tort que cibler des commandants du parti chiite « atténuerait la pression » qu’il exerce.

À Bagdad, le chef de la diplomatie Fouad Hussein a mis en garde contre le « danger » d'une expansion du conflit dans le sud du Liban, en recevant le ministre iranien des Affaires étrangères par intérim, Ali Bagheri, qui a lui aussi réitéré le refus de voir la guerre à Gaza enflammer tout le Moyen-Orient, selon les agences de presse.

Les États-Unis ont aussi affirmé être très préoccupés par le fait que les hostilités à la frontière israélo-libanaise pourraient dégénérer en une véritable guerre, a déclaré un haut fonctionnaire américain, cité par l'agence Reuters. Selon lui, les autorités amércaines considèrent en outre que le retour au statu quo du 6 octobre au Liban n'est pas une option acceptable ou viable. 

Enfin, le ministère libanais de la Santé a mis à jour le bilan des affrontements au Liban-Sud. Il comptabilise 1.686 victimes, entre tués et blessés, précisément 414 tués et 410 blessés qui ont dû être hospitalisés, toujours sans faire la distinction entre combattants et civils. Il inclut également le nombre de déplacés en citant les chiffres de l’Organisation internationale des migrations (OIM), qui estime que 94.126 personnes ont fui la zone frontalière séparant le Liban-Sud du nord d’Israël. Le Hezbollah a, de son côté, publié un décompte de ses attaques contre israël depuis le 8 octobre 2023.

Deux jours après la mort de l’un de ses plus importants commandants, Taleb Abdallah, le Hezbollah a encore été particulièrement actif sur le terrain jeudi.Dans l’après-midi, le parti chiite a revendiqué, en deux temps, une pléthore d’attaques simultanées contre 9 positons israéliennes. Il a ainsi affirmé avoir ciblé avec des missiles Katioucha et Falaq ainsi que des drones, six...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut