Rechercher
Rechercher

Économie - Restauration

« The Happy Prince » devient « Terrible » à Monnot

Le ticket moyen tourne autour de 40 dollars, avec une grande sélection de vins et un « doudou shot » revisité.

« The Happy Prince » devient « Terrible » à Monnot

Dans un local de 200 mètres carrés, avec 50 places assises, le restaurant ouvrira bientôt une terrasse pouvant accueillir une trentaine de clients. Photo DR

L’emblématique restaurant The Happy Prince de Mar Mikhaël a rouvert ses portes à Monnot en décembre dernier sous une bannière différente. Il devient The Terrible Prince et se transforme en bar à vins et à tapas, tout en gardant ses classiques culinaires.

« Nous ne pensions plus revenir au Liban après le 4 août 2020. Mais nous avons finalement décidé de reprendre le concept de Happy Prince en le modifiant pour marquer un changement, tout en gardant nos classiques pour nos clients », explique Micky Abou Merhi, cofondateur de l’enseigne et du groupe Wisors Hospitality, la société mère qui chapeaute différents établissements au Liban et en France, avec Élie Nehme, partenaire à égalité.

Dans un local de 200 mètres carrés, avec 50 places assises et une trentaine en terrasse, qui ouvrira bientôt, l’espace se divise entre une grande table centrale, qu’il est possible de réserver, le bar où 14 personnes peuvent s’asseoir et des tables hautes pour dîner sur le pouce.

Le restaurant ouvre ses portes à 18h30, « mais nous devrions ouvrir un brunch dans quelques mois », explique Micky Abou Merhi. Le ticket moyen tourne autour de 40 dollars, avec une grande sélection de vins « et même un doudou shot revisité ».

Lire aussi

Mais qui a donc inventé le fameux « doudou shot » libanais ?

Une aventure intercontinentale

L’aventure commence en 2010 avec l’ouverture du bar Oscar Wilde à Hamra, puis de Happy Prince, Vyvyan’s et Kissproof, deux bars à Mar Mikhaël et Badaro. « Mais avec la pandémie de Covid-19 et le 4 août, nous ne voulions plus rouvrir Happy Prince », explique Micky Abou Merhi. « Nous avions tout à Mar Mikhaël – la cuisine centrale, nos bureaux, nos dépôts… L’explosion (au port de Beyrouth) a aussi paralysé le fonctionnement de notre groupe. »

Après cette tragédie, les deux hommes ont quitté le Liban : Micky à Paris et Élie à Montréal. Mais ils gardent un œil sur le Liban. « Nous avions comme idée de nous développer à l’international, notamment à Paris, et le 4 août a accéléré les choses », explique Élie Nehme. Kissproof ouvre fin 2022 dans le quartier de Belleville, à Paris, et le succès est immédiat. « Nous avons été élu meilleur bar de France 2024 par Le Fooding, une institution en France. Cela a été une consécration pour nous. »

Micky Abou Merhi et Élie Nehme s’intéressent à nouveau au marché libanais en mars 2023 et décident de rouvrir The Terrible Prince, inspiré de The Happy Prince. « C’était un risque à prendre, mais nous restons très attachés à notre pays », renchérit Élie Nehme. The Terrible Prince ouvre donc sous la SAL Bistrot Wisors. Le changement est tel que le nom s’éloigne de l’univers d’Oscar Wilde, dont sont inspirés les autres établissements.

Les deux partenaires de Wisors Hospitality Group ont loué un local pour neuf ans et investi 300 000 dollars dans les travaux. « Nous avons voulu garder les classiques, comme la côte de bœuf, les burgers, mais aussi de la charcuterie et une grande sélection de fromages. Nous avons transformé le tout en un bar à vins avec la possibilité d’y passer plus de temps », raconte Micky Abou Merhi. « L’idée est de perfectionner la simplicité, nous avons un menu simple, mais tout est travaillé. Nous nous concentrons sur le cœur de métier, pas sur l’“instagrammable”, » souligne Élie Nehme.

Le choix de Monnot s’est fait naturellement, « nous ne voulions plus retourner à Mar Mikhaël, et nos clients nous ont suivis, ainsi que huit de nos employés qui travaillent avec nous depuis 11 ans ». Après ce retour aux sources réussi, Wisors Hospitality Group continue son développement à l’international, avec plusieurs projets à Paris et à Montréal.


L’emblématique restaurant The Happy Prince de Mar Mikhaël a rouvert ses portes à Monnot en décembre dernier sous une bannière différente. Il devient The Terrible Prince et se transforme en bar à vins et à tapas, tout en gardant ses classiques culinaires.« Nous ne pensions plus revenir au Liban après le 4 août 2020. Mais nous avons finalement décidé de reprendre le concept de Happy...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut