Rechercher
Rechercher

Société - Éclairage

Effondrement d’immeuble à Choueifate : les signaux d’alerte que vous pouvez détecter chez vous

Voici comment vérifier si votre bâtiment est sécurisé.

Effondrement d’immeuble à Choueifate : les signaux d’alerte que vous pouvez détecter chez vous

Un panneau « Attention : risque d’effondrement » à Tripoli, dans le quartier de Zahriyé, en septembre 2023. Photo João Sousa

Lundi soir à Choueifate, au sud de Beyrouth, un immeuble s’est effondré sur les coups de 21h, tuant au moins quatre personnes, dont un bébé, et en blessant au moins quatre autres. Il s’agit du deuxième effondrement d’immeuble dans le même secteur en moins de 10 jours.

Selon les autorités locales, le bâtiment était apparemment vieux et mal construit. De quoi remettre sur la table la question de la qualité du bâti au Liban au sortir d’une période hivernale marquée par de multiples épisodes de pluies torrentielles venues s’ajouter aux dommages provoqués par le tremblement de terre du 6 février 2023.

Voici quelques indicateurs-clés à surveiller, selon l’ingénieur civil Mohammad Khawwam, qui préconise de faire vérifier la sécurité structurelle de son logement.

Fissures : lorsque des fissures apparaissent sur des murs ou des colonnes, celles-ci peuvent être le signe de faiblesses structurelles pouvant conduire à un effondrement. Les plafonds présentant des défauts similaires soulèvent également des doutes quant à la stabilité du bâtiment.

Soha Mneimneh, membre de l’assemblée législative de l’OEA, a noté que « la dangerosité d’une fissure dépend de son angle et de son emplacement : si la fissure prend la forme d’un angle de 45 degrés, c’est signe d’un effondrement potentiel, surtout si elle se trouve dans une colonne ». En d’autres termes, si vous apercevez une fissure en diagonale, c’est un signal d’alarme.

« Si (la fissure) est purement horizontale ou purement verticale, elle n’est probablement pas dangereuse. Cela indique simplement qu’il y a une petite séparation entre deux matériaux. Par exemple, cela peut être dû à une séparation entre du béton et du grès », a ajouté Soha Mneimneh.

Elle note cependant qu’il est essentiel de faire appel à un expert pour inspecter la structure dans tous les cas.

Lire aussi

Nouvel effondrement d'immeuble à Choueifate : quatre morts, quatre blessés

Déformations dans la structure : une courbure ou une inclinaison anormale du bâtiment indique des problèmes structurels graves qui nécessitent une attention immédiate pour éviter un effondrement.

Sons inhabituels : soyez attentif à des bruits étranges émanant de la structure, tels que des grincements ou des cliquetis, qui pourraient signaler une usure ou des dommages aux composants porteurs de charge.

Accumulation d’eau : l’accumulation d’eau dans les plafonds ou les murs accélère la corrosion des matériaux de construction et augmente le risque de défaillance structurelle et d’effondrement.

Avertissements d’experts : tout avertissement émanant d’ingénieurs structurels ou de professionnels de la construction concernant la stabilité du bâtiment doit être pris au sérieux, car ils sont formés pour identifier les dangers potentiels.

Pour atténuer le risque d’effondrement, Mohammad Khawwam suggère les mesures préventives suivantes :

Entretien régulier : les propriétaires d’immeuble doivent effectuer un entretien régulier pour garantir la sécurité de la structure et des matériaux de construction.

Évaluation de la structure : des ingénieurs spécialisés peuvent être consultés périodiquement pour évaluer la structure et formuler des recommandations visant à renforcer l’intégrité structurelle.

Amélioration de la conception et de la construction : les ingénieurs et les entrepreneurs doivent suivre des normes d’ingénierie méticuleuses et utiliser des matériaux de haute qualité dans la construction pour réduire le risque d’effondrement.

Pour mémoire

Un immeuble de deux étages s'effondre en partie dans la banlieue-sud de Beyrouth

Que faire si vous soupçonnez que votre bâtiment est en danger ?

Camille Hashem, représentante de l’ordre des ingénieurs et des architectes (OEA), explique que selon la loi sur la sécurité publique, la responsabilité de l’inspection d’une structure et de la réhabilitation du bâtiment, si nécessaire, incombe au propriétaire du bâtiment.

Si le propriétaire refuse d’y procéder, la municipalité doit émettre un avis d’éviction d’une durée de 15 jours. Il a également noté que tout travail de réhabilitation nécessite une licence de la municipalité.

Soha Mneimneh soutient que « toutes les institutions gouvernementales responsables de l’urbanisme, et du logement en particulier, ont beaucoup de responsabilités pour intervenir dans les cas de projet de construction illégal et informel ».

« Il est nécessaire de fournir des alternatives de logement à ces personnes. Le système qui régit l’urbanisme et le logement au Liban s’est concentré sur les gains financiers au cours des 30 dernières années, il était très axé sur la fourniture de prêts immobiliers aux personnes de la classe moyenne, parfois même aux personnes aisées. Tandis que l’intervention en faveur des personnes à faible revenu était absente. L’État n’a construit aucun projet de logement public et n’a pas subventionné les loyers pour ces individus », a-t-elle ajouté. 

Hashem et Mneimneh soulignent que de nombreux ingénieurs et architectes, y compris eux-mêmes, ont offert leurs compétences pour inspecter et évaluer les maisons des gens gratuitement. Mneimneh souligne cependant que les populations les plus vulnérables, telles que celles vivant dans des établissements informels ou les personnes âgées, manquent souvent de sensibilisation à de telles initiatives.

« Il y a un vrai problème de communication avec cette partie de la population, regrette-t-elle. Il devrait y avoir un rôle actif des municipalités sur le terrain pour savoir exactement qui a besoin de quoi dans chaque bâtiment. C’est la seule façon de pouvoir détecter les cas nécessitant des interventions urgentes. »

« C’est la responsabilité de la municipalité de contacter ces personnes, abonde Hashem. La municipalité sait où chaque famille vit, dans quel immeuble et, à peu près, l’état de cet immeuble. »

Lundi soir à Choueifate, au sud de Beyrouth, un immeuble s’est effondré sur les coups de 21h, tuant au moins quatre personnes, dont un bébé, et en blessant au moins quatre autres. Il s’agit du deuxième effondrement d’immeuble dans le même secteur en moins de 10 jours.Selon les autorités locales, le bâtiment était apparemment vieux et mal construit. De quoi remettre sur la table la...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut