Rechercher
Rechercher

Politique - Entretien express

Que sait-on des drones israéliens Skylark interceptés par le Hezbollah ?

Ce drone est « téléguidé grâce à des ondes radio. Si le Hezbollah l’a réellement capturé, il possède alors les moyens technologiques nécessaires pour le détourner », explique l’ex-général Hélou.

Que sait-on des drones israéliens Skylark interceptés par le Hezbollah ?

Un drone de type Skylark de la société israélienne Elbit Systems, lors d’un vol d’essai. Capture d’écran du site de la société Elbit

Depuis le début des affrontements entre le Hezbollah et Israël à la frontière sud du Liban, le 8 octobre au lendemain de l’opération Déluge d’al-Aqsa, le parti chiite annonce quasi quotidiennement, dans des communiqués, les frappes qu’il mène contre les positions israéliennes.

Samedi, le Hezbollah a annoncé dans un de ces communiqués, avoir « pris le contrôle d’un drone israélien de type Skylark, qui est dans un bon état technique », sans préciser où ces interceptions a eu lieu. Une annonce similaire également été faite mardi, peu avant le discours du secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah. Quelles sont les spécificités de cet engin et quelle serait la portée de telles opérations pour le Hezbollah ?

Le général à la retraite Khalil Hélou a répondu lundi aux questions de L’Orient-Le Jour à ce sujet. 

À quoi ressemble un drone Skylark ? Quelles sont ses spécificités ?

Il existe trois modèles de ce drone, Skylark 1, 2 et 3, fabriqués par Elbit Systems, une société israélienne qui produit également les systèmes de défense des chars de type Merkava. 

Ce petit drone de 45 kilos est utilisé par l’infanterie israélienne et non par l’aviation, car il est facile à manipuler et n’a pas besoin de piste pour décoller. Il a une portée de 20 à 40 km pour les anciens modèles, et peut s’aventurer jusqu’à 60 à 80 km pour les drones les plus récents.

Lire aussi

Frappe israélienne à Jadra : une première frappe en profondeur au Liban et un « indicateur très grave »

Dans quels buts ces drones sont-ils utilisés ?

On peut installer dessus des caméras de surveillance munies de transmetteurs. Pas besoin d’enregistrer ce que le drone repère, car en général il est connecté à un opérateur qui suit son trajet (en temps réel) derrière un écran.

Le drone Skylark est téléguidé grâce à des ondes radio. Si le Hezbollah l’a réellement capturé, comme il l’a annoncé, cela veut dire qu’il possède les moyens technologiques nécessaires pour le détourner.

Lire aussi

Pour l'Iran, une guerre contre le Liban "marquerait la fin de Netanyahu"

Pensez-vous que le Hezbollah a pu utiliser ces drones pour récupérer des informations ?

Je ne pense pas que le Hezbollah ait pu récupérer grand-chose du drone. Je doute que cet équipement enregistre ce qu’il voit et, s’il l’a fait, cela n’apprendra rien de nouveau au parti chiite puisqu’il était en train d’être filmé lui-même.

Cette opération est plus une victoire morale qu’autre chose, car la capture du drone n’avance en rien le Hezbollah au niveau militaire. De plus, le parti de Dieu n’aura aucun intérêt à tenter de copier sa technologie, ses drones de fabrication iranienne étant beaucoup plus sophistiqués.  

Depuis le début des affrontements entre le Hezbollah et Israël à la frontière sud du Liban, le 8 octobre au lendemain de l’opération Déluge d’al-Aqsa, le parti chiite annonce quasi quotidiennement, dans des communiqués, les frappes qu’il mène contre les positions israéliennes. Samedi, le Hezbollah a annoncé dans un de ces communiqués, avoir « pris le contrôle d’un drone...

commentaires (1)

Si le HB mettait ses compétences technologiques et logistiques pour promouvoir des projets de constructions et d’amélioration de la vie humaine à la place des ses projets de destructions et de mort, sa communauté ainsi que toute la région ne se porterait que mieux. Mais non il préfère jouer à celui qui donne la mort plutôt que de sauver des vies.

Sissi zayyat

14 h 59, le 14 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Si le HB mettait ses compétences technologiques et logistiques pour promouvoir des projets de constructions et d’amélioration de la vie humaine à la place des ses projets de destructions et de mort, sa communauté ainsi que toute la région ne se porterait que mieux. Mais non il préfère jouer à celui qui donne la mort plutôt que de sauver des vies.

    Sissi zayyat

    14 h 59, le 14 février 2024

Retour en haut