Rechercher
Rechercher

Économie - Taux de change

Plateforme opérée par Bloomberg : la BDL appelle les banques à s’inscrire sans tarder

Dans un communiqué, la banque centrale a aussi désigné la plateforme sous l’intitulé « Bloomberg Interbank Matching System ».

Plateforme opérée par Bloomberg : la BDL appelle les banques à s’inscrire sans tarder

L'une des entrées principales de la Banque du Liban (BDL) à Beyrouth. Photo P.H.B.

Dans un communiqué publié mercredi, la Banque du Liban (BDL) a appelé les établissements bancaires libanais qui « souhaitent » s’inscrire sur la nouvelle plateforme de change en chantier que l’institution prévoit de lancer et « ne l’ont pas encore fait » à prendre contact au plus vite avec les responsables régionaux de la société Bloomberg, qui est chargée de l’opérer.

Cet appel vise à « commencer les préparations et les formations nécessaires » qui permettront à ces établissements d’interagir avec la plateforme en tant que « market makers » (animateurs de marché), dans le cadre que la BDL doit encore fixer par des circulaires qu’elle doit encore publier. Un market maker est un acteur – une personne ou une institution – qui achète et vend d’importantes quantités d’un actif donné dans le but d'assurer des liquidités et le bon fonctionnement du marché.

Dans son communiqué, la banque centrale a aussi désigné la plateforme sous l’intitulé « Bloomberg Interbank Matching System » (Système Bloomberg de jumelage interbancaire). Outre les banques, les agents de change les plus importants du marché sont également supposés se connecter sur cette plateforme, entre autres. Certains banques sont déjà inscrites, selon le cadre d’une banque libanaise contacté par L’Orient-Le Jour et ne souhaitant pas dévoiler son identité.

La BDL n’a pas précisé le nombre de banques qui prévoient de s’inscrire ni la date de lancement de la plateforme. Selon un responsable de la BDL cité par Reuters, le lancement a été décalé en raison de l’instabilité liée à la guerre à Gaza et ses répercussions au Liban. Depuis le 8 octobre, soit le lendemain de l’offensive du mouvement islamiste Hamas en territoire israélien, les échanges de tirs entre le Hezbollah et Israël se sont multipliés à la frontière entre le Liban-Sud et l’État hébreu.

Lire aussi

Après Sayrafa, les attentes de la Banque du Liban sur la plateforme opérée par Bloomberg

Attente du budget 2024

Selon la source bancaire précitée, la BDL attendrait plutôt que le budget de l’État libanais pour 2024 soit adopté par le Parlement ou, à défaut, qu 'il soit promulgué par décret faute de vote avant la fin janvier, selon une procédure prévue par la Constitution libanaise. « La BDL pourra lancer la plateforme dès que le budget sera entré en vigueur, vu qu'il prévoit de poursuivre le processus d'uniformisation du taux de change », explicite-t-elle.

Le projet de budget – ou de loi de finances – se trouve actuellement auprès de la commission parlementaire des Finances qui finit de le relire et de le modifier. Il prévoit d’ajuster plusieurs impôts au taux de change en vigueur sur la marché, dans le cadre d’une démarche entamée par les autorités fin 2022, alors que la livre libanaise a perdu en 4 ans 98 % de sa valeur par rapport à l’époque où la parité était de 1 507,5 LL pour un dollar.

Le président de la commission parlementaire Ibrahim Kanaan (Courant patriotique libre, CPL, aouniste) devrait envoyer la version finale du projet cette semaine à la présidence du Parlement, qui pourrait le soumettre ensuite au vote de l’assemblée plénière. 

Le projet de lancer une nouvelle plateforme de change devant signer le glas de la coexistence de plusieurs taux de change qui prévaut au Liban depuis le début de la crise fin 2019 était en préparation avant même que le 1er vice-gouverneur Wassim Manssouri ne prenne l’intérim à la tête de la BDL suite au départ sans successeur désigné de Riad Salamé. Actuellement, le taux de change entre la livre et le dollar qui sert de référent au Liban, soit près de 90 000 LL pour un dollar, est relayé par des plateformes informelles, Lirarate ou Adde Dollar. La BDL a, elle, virtuellement enterré sa plateforme Sayrafa, qui a donné un taux intermédiaire qu’elle modifiait selon un mécanisme qu’elle n’a jamais détaillé en alignant son taux sur celui du marché. Le taux officiel est encore fixé à 15 000 LL pour un dollar et a vocation à disparaître.

Dans un communiqué publié mercredi, la Banque du Liban (BDL) a appelé les établissements bancaires libanais qui « souhaitent » s’inscrire sur la nouvelle plateforme de change en chantier que l’institution prévoit de lancer et « ne l’ont pas encore fait » à prendre contact au plus vite avec les responsables régionaux de la société Bloomberg, qui est chargée de l’opérer.Cet...
commentaires (1)

Vote. Vite. Allez vous inscrire. Il faut bien recycler l'argent vole aux deposants. Vite.....

Michel Trad

20 h 05, le 11 janvier 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Vote. Vite. Allez vous inscrire. Il faut bien recycler l'argent vole aux deposants. Vite.....

    Michel Trad

    20 h 05, le 11 janvier 2024

Retour en haut