Rechercher
Rechercher

Au Liban, une démission collective

Issam Abdallah faisait partie de la génération du 17-Octobre. Celle qui voulait en finir avec le Liban d’avant, celui de la guerre et des milices, des petits arrangements et du communautarisme. Vendredi 13 octobre, le journaliste de Reuters a été tué par des frappes israéliennes ciblant la région de Alma el-Chaab, au Liban-Sud. Sur les vidéos qui précèdent les frappes, l’on voit un groupe de journalistes clairement identifiés en tant que tels et rien d’autre à l’horizon. Rien, a priori, susceptible de justifier que le lieu ait été ciblé, à part la présence de ces soldats de l’information, dont six ont été par ailleurs blessés. Israël est capable de viser des cibles en mouvement avec une précision redoutable, comme il l’a prouvé à de multiples reprises en Syrie ces dernières années. Peut-on croire alors à la possibilité d’une bavure ? Elle paraît d’autant moins probable que l’État hébreu a de sérieux antécédents en la matière. Selon l’ONG américaine Comité pour la protection des journalistes, Israël a tué 20 journalistes palestiniens entre 2000 et 2022. Outre Issam Abdallah, 10 journalistes palestiniens ont été également tués depuis le début de l’opération israélienne sur Gaza.

Le Hezbollah a réagi de façon virulente à la mort de Issam Abdallah, accusant Israël d’en être à l’origine et dénonçant la « partialité et l’aveuglement volontaires de l’ONU, de la Finul, du porte-parole de la Maison-Blanche, de Reuters et de plusieurs autres médias qui se sont sciemment interdit de citer la partie responsable ». Sous le coup de l’émotion, l’on en oublierait presque que le parti de Dieu est accusé d’avoir assassiné nombre d’intellectuels, de journalistes ou d’hommes politiques ces deux dernières décennies.

S’il n’était si tragique, tout cet épisode pourrait prêter à sourire tant il résume ce qu’est devenu le Liban en 2023 : un non-État dans un non-pays, qui déclare la guerre aux homosexuels et aux réfugiés syriens, mais dont toute la petitesse éclate au grand jour quand il s’agit de décider ou au moins d’empêcher le Hezbollah de décider s’il va entrer en guerre (une vraie, cette fois-ci) contre l’armée la plus puissante de la région, soutenue par l’armée la plus puissante au monde.

Dans tout ce malheur, la séquence actuelle a au moins un mérite : celui de dépeindre un tableau du Liban, dépouillé de toutes ses fioritures, dans sa vérité la plus crue(elle). Plus rien ne compte, ni le gouvernement de pacotille dont le Premier ministre sortant admet lui-même son impuissance face au risque de guerre, ni l’autoproclamée opposition qui passe son temps à faire de la surenchère anti-Hezbollah, mais qui, dans le moment le plus important, assiste en spectatrice à la prise en otage de tout un pays par le parti-milice, ni les calculs d’épicier des uns et des autres trop occupés à défendre leurs petits intérêts pour éviter au Liban de se précipiter vers l’abîme.

Nous sommes entre le marteau israélien et l’enclume du Hezbollah. Et dans ce piège infernal, nous n’avons ni État ni hommes d’État pour nous protéger.

C’est Ali Khamenei, sur les conseils de Hassan Nasrallah et de ses autres éminences grises, qui va décider si le Liban va être ou non détruit pour la « cause iranienne » dans les prochaines semaines. Et nous aurons beau nous apitoyer sur notre sort, convoquer l’histoire et la géographie, accuser l’Occident et les Arabes de nous avoir abandonnés, insulter Israël qui n’aura aucune pitié pour le Liban, nous ne pourrons nous en prendre qu’à nous-mêmes. Car c’est nous, Libanais, par peur ou par opportunisme, qui avons livré le pays au Hezbollah. Et c’est nous qui acceptons aujourd’hui de le laisser décider de notre sort sans réagir.

Issam Abdallah faisait partie de la génération du 17-Octobre. Celle qui voulait en finir avec le Liban d’avant, celui de la guerre et des milices, des petits arrangements et du communautarisme. Vendredi 13 octobre, le journaliste de Reuters a été tué par des frappes israéliennes ciblant la région de Alma el-Chaab, au Liban-Sud. Sur les vidéos qui précèdent les frappes, l’on voit un...

commentaires (24)

The opposition members and leaders are doing their job. Not sure why you’re blaming them.

Mireille Kang

17 h 42, le 16 octobre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (24)

  • The opposition members and leaders are doing their job. Not sure why you’re blaming them.

    Mireille Kang

    17 h 42, le 16 octobre 2023

  • "… c’est nous, Libanais, par peur ou par opportunisme, qui avons livré le pays au Hezbollah …" - D’accord. Et… tu proposes quoi?

    Gros Gnon

    15 h 23, le 16 octobre 2023

  • La contradiction est un art manié par notre auteur : Affirmer d'une part que certains partis s'opposent au Hezbollah et d'autre part que les actions de ce dernier ne font l'objet de la moindre réaction. Sérieusement, à quoi cela sert de s'opposer, de réagir ou de se révolter contre un pouvoir de facto quand la voie pacifique de l'exil s'offre à soi? Ce n'est pas le Hezbollah qui pose un problème, ce sont tous ces parasites (de toute confession et de toutes les régions du Liban) qui prétendent représenter tous ces Libanais de la diaspora alors que l'intérêt économique et les envies de bénéficier d'un quotidien meilleur ne se reflètent pas dans la médiocrité immuable qui caractérise la "classe" politique libanaise. Le Liban est voué à passer du statut de pays à celui de culture

    Georges Olivier

    14 h 37, le 16 octobre 2023

  • Ce n'est pas seulement les polticiens lors des dernieres legislative presque 50% des Libanais ont vote pour des candidats pro hezbollah

    EL KHALIL ABDALLAH

    14 h 03, le 16 octobre 2023

  • Arrêtons de mettre en permanence la faute sur le Hezbollah. Je ne suis pas partisan de ce parti mais à un moment donné il faut peut-être se regarder dans la glace. Le principal coupable de la situation dans laquelle se trouve notre pays ce sont sont les chrétiens. La faillite morale de toute la classe politique chrétienne qui n'a pas présenté un seul dirigeant intègre depuis des décennies. A part se plaindre du Hezbollah ou jouer le jeu du blocage des institutions, les chrétiens n'ont rien d'autre à proposer au pays. La classe politique chrétienne manque cruellement de vision. On peut ne pas être d'accord avec la vision du Hezbollah mais on ne peut pas dire qu'ils n'ent on pas. Et je ne dis pas cela par plaisir. Le Hezbollah dit ce qu'il fait et fait ce qu'ils ont dit qu'ils allaient faire. On appelle cela de l'intégrité et d'intégrité malheureusement les dirigeants chrétiens en manquent cruellement.

    K1000

    13 h 06, le 16 octobre 2023

  • On a les politiciens que l’on mérite. Magnifique et lucide Monsieur Samrani ! Merci.

    TrucMuche

    12 h 56, le 16 octobre 2023

  • Ça fait 50 ans que le pays est mort et qu'on attend que le phénix renaisse de ses cendres, ça commence à faire long. Très bel article.

    Charbel Moussalem

    11 h 26, le 16 octobre 2023

  • Mais%20tellement%20vrai%20!!%20Oui%20nous%20avons%20les%20dirigeants%20qu%E2%80%99on%20m%C3%A9rite%20H%C3%89LAS%20!!%20

    BECHARA Béatrice

    11 h 24, le 16 octobre 2023

  • Cet article exprime parfaitement les pensées ceux qui tiennent encore à un vrai Liban.

    Zeidan

    11 h 02, le 16 octobre 2023

  • Tellement vrai malheureusement. Le marteau ou l'enclume, voilà ce qu'on nous propose au menu. C'est pire qu'en 2006 car le camp souverainiste (ou ce qu'il en reste) préfère fermer sa gue*le par lâcheté ou par pur calcul politique. Si le Liban retourne à l'âge de pierre, les Libanais (pas le Liban qui est et demeure un beau pays) auront ce qu'ils méritent

    Benjamin Le Biavant

    10 h 58, le 16 octobre 2023

  • On a les dirigeants qu’on mérite ( malheureusement pour nous )

    Elie Aoun

    10 h 53, le 16 octobre 2023

  • Le réalisme, comme bien exprimé ici, est la condition d'une possible renaissance. Merci.

    F. Oscar

    10 h 18, le 16 octobre 2023

  • Lucide et terrifiant constat de notre impuissance et notre vénalité. Nous méritons ce qui nous arrive.

    Akote De Laplak

    10 h 01, le 16 octobre 2023

  • si le parti iranien ne se mêler pas de cette guerre ces journalistes serait rester chez eux ..... et à quoi bon risquer sa vie à couvrir des combats entre des criminels et des terroristes

    CBG

    09 h 56, le 16 octobre 2023

  • - DEUX BARBES TIENNENT EN OTAGE, - NOTE AUTREFOIS FIERE NATION, - LA FAUSSE SAGE ET LA NON SAGE, - SONT EN COMPLETE COMMUNION. - LA PREMIERE EMET LES DECRETS, - QU,ELLE PRETEND DE SOURCE SAINTE, - ET LA NON SAGE, SANS SECRETS, - LES EXECUTE A L,AVEUGLETTE. - TANT PIS SI TOUS LES LIBANAIS, - ENDURERONT DES AVENTURES, - RUINES ET GUERRES SANS ARRETS, - DOULEURS ET AFFLICTIONS FUTURES. = - DANS LE MONDE CIVILISE, - ON S,EN SERAIT DEBARRASSE ! - DE LA BARBE ET DE SA BARBICHE. - QUI PESENT COMME DU POIS CHICHE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 54, le 16 octobre 2023

  • N%E2%80%99%C3%AAtes%20vous%20pas%20trop%20dur%20avec%20le%20Liban.%0ACe%20pays%20essaie%20depuis%20sa%20cr%C3%A9ation%20de%20faire%20vivre%20ensemble%20une%20population%20diverse%20dans%20la%20d%C3%A9mocratie.%0AIl%20lui%20est%20demand%C3%A9%20d%E2%80%99accueillir%20toutes%20les%20populations%20rejet%C3%A9es%20du%20proche%20orient.%0AIl%20lui%20est%20demand%C3%A9%20aussi%20de%20prendre%20parti%20entre%20les%20grandes%20puissances%20de%20la%20r%C3%A9gion.%0AC%E2%80%99est%20un%20mod%C3%A8le%20%0ASi%20le%20Liban%20dispara%C3%AEt%2C%20ce%20sera%20le%20r%C3%A8gne%20de%20la%20haine%20entre%20les%20hommes%20!%0AIl%20faut%20aimer%20le%20Liban%20

    Tochon Marc

    08 h 35, le 16 octobre 2023

  • Eh oui... Tellement vrai, malheureusement...

    Fadi Chami

    07 h 55, le 16 octobre 2023

  • Merci pour cet excellent éditorial.

    Abichaker Toufic

    07 h 39, le 16 octobre 2023

  • Merci pour cet excellent éditorial.

    Abichaker Toufic

    07 h 39, le 16 octobre 2023

  • Malheureusement tellement vrai…

    Nabaa Philippe

    07 h 06, le 16 octobre 2023

  • Bonjour, petite correction: la date est 13 & non 19 octobre. merci de corriger.

    FR Nassar

    05 h 54, le 16 octobre 2023

  • Excellent!

    Wlek Sanferlou

    03 h 35, le 16 octobre 2023

  • Bravo, bien dit Anthony Samrani. J’ai deja sonne le glas du Liban depuis un moment d’ailleurs…

    CW

    03 h 35, le 16 octobre 2023

  • Tellement%20vrai%2C%20tellement%20triste%20.

    Rachoin, Jean-Sebastien

    02 h 56, le 16 octobre 2023

Retour en haut