Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Reportage

« Kidnappée » en Israël: des dizaines de familles à la recherche de proches disparus

Beaucoup d’Israéliens se sont tournés dès samedi vers les réseaux sociaux pour tenter de retrouver leurs proches. Le Hamas a fait « plus de 100 prisonniers », selon le gouvernement israélien.

« Kidnappée » en Israël: des dizaines de familles à la recherche de proches disparus

Des fidèles participent à une veillée pour les victimes israéliennes du conflit à Gaza, au temple Stephen Wise à Los Angeles, le 8 octobre 2023. Photo ROBYN BECK/AFP

« Les hommes du Hamas l'ont kidnappée »: comme Mor Strikovski, des dizaines d'Israéliens tentent de localiser leurs proches disparus après les infiltrations d'hommes armés du Hamas qui se sont soldées par des centaines de morts et des dizaines d'enlèvements dans le sud d'Israël.

A Lod, près de l'aéroport international Ben Gourion, la police et la défense civile israélienne ont ouvert le « centre de commandement pour les personnes disparues », pour tenter de canaliser les informations. « J'avais besoin de faire quelque chose », soupire Mor Strikovski, 42 ans, devant le centre, visiblement angoissée. Elle est venue pour déclarer la disparition de sa mère de 63 ans, du kibboutz Beeri où des hommes armés du Hamas se sont infiltrés samedi, tuant plusieurs habitants et prenant en otage des dizaines d'autres avant l'intervention des forces spéciales israéliennes.

Lire aussi

Au Moyen-Orient, il y aura un avant et un après 7 octobre

Comme beaucoup de personnes présentes au centre, Mme Strikovski a reconnu sa mère dans une vidéo que sa cousine lui a fait suivre depuis la messagerie Telegram. « Les hommes du Hamas l'ont kidnappée dans sa maison avec son mari et deux voisins et ils les ont fait sortir du kibboutz. Nous pensons qu'ils sont à Gaza », a-t-elle expliqué avant d'ajouter espérer que sa mère est « bien traitée ». Le centre leur demande d'apporter des objets personnels des personnes disparues, comme des peignes ou des brosses à dents, permettant ainsi d'extraire des échantillons ADN qui peuvent être recoupés avec la base de données des personnes dont la mort a été confirmée.

Réseaux sociaux

Beaucoup d’Israéliens se sont tournés dès samedi vers les réseaux sociaux pour tenter de retrouver leurs proches, comme Yifat Zailer, 37 ans, qui a mis en ligne sur Facebook des photographies de sa cousine, Shiri Bivas, habitante de Nir Oz, un kibboutz situé à deux kilomètres de la bande de Gaza, « probablement kidnappée » avec ses deux enfants âgés de neuf mois et trois ans. Là encore, « la seule confirmation » pour Mme Zailer est une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrant la mère et ses deux enfants dans l'enclave palestinienne.

Lire aussi

Après le choc, comment Israël peut-il répondre à l’offensive du Hamas ?

Le mari de Mme Bivas, Yarden, et ses parents, en mauvaise santé, n'ont pas été localisés. « Nous voulons savoir comment ils vont, nous voulons qu'ils rentrent sains et saufs », a dit Mme Zailer en larmes à un journaliste de l'AFP.

L'appel d'une germano-israélienne, Ricarda Louk, pour retrouver sa fille, Shani, a été largement partagé, notamment par le journal allemand Bild. « Nous avons reçu une vidéo dans laquelle nous pouvons clairement voir notre fille, inconsciente, dans la voiture de Palestiniens traversant la bande de Gaza », a déclaré Mme Louk dans un message vidéo en allemand. Les images montrent une jeune femme à moitié dénudée, allongée visage contre terre à l'arrière d'un pick-up. « Je vous demande de nous aider si vous avez des informations », implore la mère de la fille de 22 ans. Selon le magazine allemand Spiegel, les parents de Shani Louk ont été informés par la banque de leur fille, domiciliée à Tel-Aviv, que sa carte de crédit avait été utilisée à Gaza.

« Pires cauchemars »

Adva Adar, a également appris par les réseaux sociaux que sa grand-mère, Yaffa, âgée de 85 ans et également du kibboutz Nir Oz, avait été enlevée par le Hamas. « Je ne peux pas imaginer à quel point elle a peur et est mal à l'aise. Nous ne savons pas où elle se trouve, ni si elle a de la nourriture ou de l'eau », a-t-elle dit. « Elle n'est pas en bonne santé. Elle a besoin de ses médicaments (...) Même dans nos pires cauchemars, nous n'aurions jamais imaginé cela, » a ajouté Adva Adar en pleurant.

Le mouvement palestinien a fait « plus de 100 prisonniers », selon le gouvernement israélien.

Ester Borochov, 19 ans, participait à une rave party samedi matin près de la bande de Gaza, événement au cours duquel le Hamas a tué par balles et pris en otage des dizaines de jeunes. « Ils se sont mis à nous tirer dessus à bout portant, j'ai réussi à accélérer et à passer entre les terroristes », a-t-elle raconté sur la chaîne de télévision israélienne Channel 12. Sa voiture est finalement stoppée par les tirs. « Un jeune nous a emmenées dans sa Jeep, ils lui ont tiré dessus, il a perdu connaissance et sa voiture s'est renversée dans un fossé. Nous avons fait les mortes, moi et mon amie pendant deux heures et demie dans la voiture qui s'était retournée avant que les secours n'arrivent (...) c'est comme ça que nous avons survécu ».

« Les hommes du Hamas l'ont kidnappée »: comme Mor Strikovski, des dizaines d'Israéliens tentent de localiser leurs proches disparus après les infiltrations d'hommes armés du Hamas qui se sont soldées par des centaines de morts et des dizaines d'enlèvements dans le sud d'Israël.A Lod, près de l'aéroport international Ben Gourion, la police et la défense civile israélienne ont ouvert...
commentaires (2)

C,EST TRISTE DE VOIR LA DOULEUR DES FANILLES DES CIVILS ISRAELIENS KIDNAPPES ET DES KIDNAPES EUX-MEMES. MAIS C,EST TOUT AUSSI TRISTES POUR LES JEUNES PALESTINIENS TUES TOUS LES JOURS DEPUIS DES DECENNIES ET LES DOULEURS DE LEURS FAMILLES. TOUS SONT DES ETRES HUMAINS.

LA LIBRE EXPRESSION

14 h 05, le 09 octobre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • C,EST TRISTE DE VOIR LA DOULEUR DES FANILLES DES CIVILS ISRAELIENS KIDNAPPES ET DES KIDNAPES EUX-MEMES. MAIS C,EST TOUT AUSSI TRISTES POUR LES JEUNES PALESTINIENS TUES TOUS LES JOURS DEPUIS DES DECENNIES ET LES DOULEURS DE LEURS FAMILLES. TOUS SONT DES ETRES HUMAINS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 05, le 09 octobre 2023

  • C'est si triste de voir tomber tant de victimes civiles, victimes de quoi, sinon des jeux de puissances des Etats, de la fuite en avant d'Israël et du triomphe des extrémistes palestiniens sur la corruption de l'AP.

    Marionet

    13 h 31, le 09 octobre 2023

Retour en haut