Rechercher
Rechercher

Idées - Point de vue

Protéger les enfants du Liban de la violence et de la négligence

Protéger les enfants du Liban de la violence et de la négligence

Photo d'illustration Josep Lago/AFP

Ces derniers mois, de graves abus commis sur des enfants ont suscité l'indignation de l'opinion publique libanaise. Ces révélations pénibles et poignantes ne sont que la manifestation visible d'une crise plus profonde, qui menace le tissu même de notre société. Alors que le Liban est en proie à une profonde crise socio-économique, la vulnérabilité de nos enfants n'a jamais été aussi évidente.

Mauvais traitements infligés à des nourrissons dans une garderie, abus sexuels commis sur des enfants dans des institutions chargées de leur bien-être, abandons déchirants de nouveau-nés dans des poubelles… ou encore l'histoire tragique d'une fillette de 6 ans qui a subi des viols répétés et qui a finalement perdu la vie dans la maison de son grand-père. La liste d'horreurs continue de s'allonger, et il est fort probable qu’elle s’allongera encore si nous ne réagissons pas immédiatement.

Pendant ces quatre années de crise économique dévastatrice, les cas de violence à l’égard des enfants ont augmenté de façon exponentielle. Il s’agit parfois de discipline excessive, de violence fondée sur le genre, d’abandons d'enfants. Les systèmes en place censés protéger ces enfants vulnérables sont en train de s’effondrer et les difficultés économiques ne font qu'aggraver le problème en poussant certaines familles à recourir à des pratiques néfastes comme le fait d’envoyer leurs jeunes enfants au travail, ou de consentir au mariage de leurs filles à un âge précoce.

Ces violations des droits de l'enfant ne sont pas des défis insurmontables, mais plus nous tardons à nous y attaquer, plus elles s'enracinent et deviennent préjudiciables.

Même si nous ne voyons pas la fin de cette crise socio-économique catastrophique, il est en notre pouvoir, en tant que dirigeants, parents et communautés, de faire des choix qui donnent la priorité au bien-être de nos enfants.

Le Liban a besoin de toute urgence de systèmes complets de protection de l'enfance et de protection sociale. Nous avons besoin de services fonctionnels de protection de l'enfance et de la famille, étayés par un cadre juridique solide qui permette de garantir la protection de tous les enfants de notre pays. Les ministères doivent améliorer leurs mécanismes de signalement et d'orientation afin de s'assurer qu'aucun enfant ne passe entre les mailles du filet. Il est également essentiel que le personnel reçoive une formation adéquate en matière d'identification précise, de procédures d'orientation et de soutien psychosocial.

En même temps, nous devons nous attaquer aux pratiques culturelles et aux normes sociales qui mettent nos enfants en danger, telles que le travail des enfants, le mariage des enfants et les châtiments corporels. L’une des interventions-clés pour y parvenir consiste à mettre place et à généraliser le programme novateur « Qudwa », ou « rôle modèle », qui promeut la prévention de la violence et donne la priorité à l'intervention précoce.

En tant que société, nous devons nous rassembler et agir dès aujourd'hui, en veillant à ce que chaque enfant au Liban jouisse du droit fondamental à recevoir des soins appropriés, que ce soit à la maison, à l'école ou au sein de nos communautés. Nos enfants sont notre avenir et il est de notre devoir collectif de veiller à leur bien-être.

Par Édouard Beigbeder, représentant de l'Unicef au Liban

Ces derniers mois, de graves abus commis sur des enfants ont suscité l'indignation de l'opinion publique libanaise. Ces révélations pénibles et poignantes ne sont que la manifestation visible d'une crise plus profonde, qui menace le tissu même de notre société. Alors que le Liban est en proie à une profonde crise socio-économique, la vulnérabilité de nos enfants n'a jamais été aussi...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut