Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

« La mer est devant vous » : Le ministre Charafeddine soutient l'appel de Nasrallah à laisser les migrants partir

Une source haut placée de l'armée libanaise, le ministre des Affaires sociales et le HCR refusent de donner des commentaires.

« La mer est devant vous » : Le ministre Charafeddine soutient l'appel de Nasrallah à laisser les migrants partir

Des migrants syriens devant des bus prêts pour prendre le départ dans la région de Tripoli (Liban-Nord), le 26 octobre 2022. Photo d'archives Michel Hallak

Le ministre sortant des Déplacés, Issam Charafeddine, a exprimé mardi son soutien à la suggestion du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, d'autoriser les migrants syriens à quitter le Liban par voie de mer.

Des centaines de réfugiés et migrants syriens et palestiniens, ainsi que des ressortissants libanais, tentent régulièrement de quitter illégalement le Liban par des traversées maritimes dangereuses. Des centaines de personnes sont mortes au cours de ces tentatives.

Pour mémoire

Migrants syriens : Nasrallah pour un plan national rassembleur

« La mer est devant vous et la Syrie derrière vous », a déclaré à L'Orient Today M. Charafeddine, proche de l'ex-député Talal Arslane, allié du Hezbollah. « Je suis d'accord avec les déclarations de Nasrallah concernant les déplacés [syriens]. Nous devrions ouvrir la mer à la migration vers l'Europe par bateau, et il devrait y avoir une résolution du dossier des déplacés syriens à la source », a-t-il dit.

M. Charefeddine a également affirmé que les sanctions américaines imposées à la Syrie par la loi César devraient être abolies. « Il faut une stratégie ou un plan général pour résoudre le problème », a déclaré le ministre. Promulguée en 2020, cette loi américaine sanctionne toute personne, entreprise ou institution engagée dans le commerce avec le régime de Bachar el-Assad, ou contribuant à la reconstruction du pays.

Pression sur l'Europe

M. Charafeddine a également appelé à traquer « les mafias de passeurs », en référence aux réseaux qui transportent illégalement des personnes de la Syrie vers le Liban. « Pourquoi empêchez-vous le migrants de se rendre en Europe ? Le fait qu'ils y aillent peut servir de pression sur l'Union européenne pour qu'elle nous revienne avec des propositions de solutions », a-t-il encore dit.

Reportage

Bienvenue à Wadi Khaled, là où la contrebande « se transmet de père en fils »

Contactés par L'Orient Today, le ministre des Affaires sociales Hector Hajjar, le HCR (Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU) et une source haut placée de l'armée libanaise ont tous refusé de commenter cette question. Une source de la Sûreté générale n'était pas immédiatement disponible pour un commentaire.

Le président du Centre libanais pour les droits de l'homme, Wadih el-Asmar, a quant à lui déclaré à L'Orient Today que le principal obstacle à toute solution de la crise migratoire était le régime syrien. « Hassan Nasrallah, qui est l'un des principaux alliés du régime syrien, au lieu de faire la leçon aux Libanais et aux Syriens, devrait exercer des pressions sur le régime de Damas pour qu'il donne les garanties nécessaires afin que les réfugiés se sentent à l'aise pour retourner en Syrie sans être torturés, détenus ou tués », a affirmé M. Asmar.

Lire aussi

Réfugiés syriens au Liban : les mythes et les chiffres

« Le régime syrien mène une campagne directe pour utiliser la question des déplacés, sujet brûlant au Liban, comme outil de négociation avec les pays européens et la communauté internationale, a-t-il poursuivi. « La conscience [de Nasrallah] pourrait-elle supporter le nombre de personnes perdues en mer ? » a-t-il demandé. Pour lui, le discours du chef du parti chiite « révèle le niveau d'embarras du Hezbollah, allié du régime syrien, parce que ce dernier refuse de trouver une solution à la crise des réfugiés au Liban ».

La plupart des partis politiques libanais s'accordent sur la nécessité de rapatrier les réfugiés syriens. Toutefois, nombre d'organisations de défense des droits de l'homme et l'ONU mettent en garde contre les risques sécuritaires en cas de retour. Plusieurs estimations indiquent que le Liban accueille plus de 1,5 million de migrants syriens qui ont fui depuis 2011, ce qui en fait le pays qui en compte le plus grand nombre par habitant dans le monde.

Le ministre sortant des Déplacés, Issam Charafeddine, a exprimé mardi son soutien à la suggestion du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, d'autoriser les migrants syriens à quitter le Liban par voie de mer.Des centaines de réfugiés et migrants syriens et palestiniens, ainsi que des ressortissants libanais, tentent régulièrement de quitter illégalement le Liban par des...
commentaires (11)

Une fois n'est pas coutume. me voilà d'accord avec le Hezbollah. Pourquoi empêche-t-on ceux qui sont entrés illégalement au Liban, de quitter le pays? Cela n'a pas de sens. La même règle devrait d'ailleurs s'appliquer à tous les pays du monde, y compris en Europe. Les lois sont faites pour être respectées. Tous les immigrants illégaux doivent être expulsés. C'est logique.

Yves Prevost

07 h 00, le 05 octobre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Une fois n'est pas coutume. me voilà d'accord avec le Hezbollah. Pourquoi empêche-t-on ceux qui sont entrés illégalement au Liban, de quitter le pays? Cela n'a pas de sens. La même règle devrait d'ailleurs s'appliquer à tous les pays du monde, y compris en Europe. Les lois sont faites pour être respectées. Tous les immigrants illégaux doivent être expulsés. C'est logique.

    Yves Prevost

    07 h 00, le 05 octobre 2023

  • Ce n'est pas idiot ce qu'il dit. Cependant, la solution serait qu'ils retournent de là ou ils viennent.

    Aboumatta

    15 h 02, le 04 octobre 2023

  • - L,AFFLUX DE JEUNES SYRIENS, - LEVE EN L,ESPRIT PLUS D,UN DOUTE. - NOTAMMENT CHEZ LES CHRETIENS. - EN GENERAL ON REDOUTE, - QUE LA BRUSQUE PARUTION, - D,ILLEGAUX EN AFFLUENCE, - NE SOIT UNE MANIGANCE, - DE SINISTE PREVISION

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    14 h 54, le 04 octobre 2023

  • Tout à fait d'accord. D'ailleurs il faut regarder de prés la carte. La distance entre les cotes libanaises et chypre et pratiquement pareille que la distance des cotes syriennes à chypre (meme à la partie grecque). La question à se poser est pourquoi ces gens transitent par le Liban. Ils peuvent embarquer des cotes syriennes.

    Moi

    14 h 44, le 04 octobre 2023

  • On devrait abonder dans ce sens et même offrir une prime pour les candidats au départ, ce qui nous reviendrait probablement moins cher sur la durée, il faudrait que l'Europe ressente cette pression migratoire( un ministre Chypriote avait déja soulevé ce problème) après tout 760 millions de personnes pourraient absorber 2 millions de migrants... et cela satisferait le HCR...

    C…

    14 h 42, le 04 octobre 2023

  • Tout à fait d'accord avec ce style d'encouragement pour qu'ils partent. D'ailleurs Erdogan fait pareil avec les européens. Ces derniers accourent et lui paient des dizaines de millions et des aides diverses pour qu'il les garde chez lui. A chaque fois, il ressort "cette menace" et l'Europe se plie à ses désirs. Le liban devrait faire pareil mais sans pour autant accepter le "fric" même si le Liban en a besoin. Simplement parce que cet argent atterira dans certaines poches et donc dans les caisses de l'état et puis le problème des syriens restera le même. Donc OUI : La mer est devant eux. Et Bon voyage 1 Way.

    LE FRANCOPHONE

    14 h 18, le 04 octobre 2023

  • Il est très cohérent leur discours qui consiste à aller faire guerre a un peuple qui se bat pour sa liberté et sa souveraineté et de venir ensuite suggérer de le jeter dans la mer puisque son boucher ne veut plus de lui. Pourquoi n’évoque-il pas le retour forcé de ces gens-là dans leur pays sans l’aval de celui qui les a chassé croyant être le propriétaire du pays, comme sa famille d’ailleurs depuis presque un siècle. De toute façon qui s’en fout de ce que pensent ces mercenaires qui vont prêter main forte à tous les assassins de leur peuple.

    Sissi zayyat

    13 h 41, le 04 octobre 2023

  • « M. Charefeddine a également affirmé que les sanctions américaines imposées à la Syrie par la loi César devraient être abolies » Magnifique, il va nous expliquer que le boucher est un gentil garçon !

    TrucMuche

    13 h 23, le 04 octobre 2023

  • Mais nous devons nous en prendre au boucher et à ses sbires et non à ces déplacés qui quittent leur pays pour raison économique, certes, mais aussi, et surtout, pour ne pas finir torturés et tués par un dictateur. Nos politiciens de tout bord nous ressemblent et c’est assez triste.

    TrucMuche

    13 h 18, le 04 octobre 2023

  • Par mer, par air ou par terre…peu importe! L’essentiel est qu’ils s’en aillent là où ils veulent et qu’ils nous foutent le camp. Que les pays occidentaux donneurs de leçons et si généreux, les accueillent sur leurs immenses territoires plutôt que de nous les imposer sur nos malheureux 10452 km2

    Lecteur excédé par la censure

    12 h 48, le 04 octobre 2023

  • Declaration certes completement irresponsable d'un responsable libanais, mais quand le pays croule sous le poids des refugies, et l'ONU et l'Europe les encouragent a rester chez nous, il n'y a plus d'autre possibilite que de les pousser a aller tenter leur chance la-bas

    Le Phenicien

    12 h 40, le 04 octobre 2023

Retour en haut