Rechercher
Rechercher

Culture - Succession

Académie française : Amin Maalouf et Jean-Christophe Rufin vont s'affronter lors de l'élection jeudi

Le scrutin pour désigner le successeur d'Hélène Carrère d'Encausse, décédée en août, a lieu le 28 septembre. 

L'écrivain franco-libanais Amin Maalouf et l'ex-diplomate romancier Jean-Christophe Rufin. Photos AFP

Deux candidats, l'écrivain franco-libanais Amin Maalouf et l'ex-diplomate romancier Jean-Christophe Rufin, vont s'affronter lors de l'élection jeudi d'un nouveau secrétaire perpétuel de l'Académie française, a-t-on appris auprès de l'institution gardienne des règles de la langue française.

Le scrutin pour désigner le successeur d'Hélène Carrère d'Encausse, décédée en août, est prévu jeudi après-midi, selon des modalités simples : seuls les votes se portant sur l'un de ces deux hommes seront comptabilisés.

Amin Maalouf, écrivain franco-libanais de 74 ans et prix Goncourt 1993 pour Le rocher de Tanios, est candidat déclaré depuis un certain temps. Figure du roman historique d'inspiration orientale, qui a consacré son œuvre au rapprochement des civilisations, il est vu comme le favori.

Ancien journaliste installé en France depuis 1976, il développe les thèmes de l'exil, du nomadisme, du métissage culturel et de l'identité dans ses livres érudits, écrits en français : Léon l'Africain (1986), Samarcande (1988), Le périple de Baldassare (2000) ou Nos frères inattendus (2020).

Face à lui, Jean-Christophe Rufin, 71 ans, qui appartient à la tradition littéraire française des écrivains-diplomates, dans la lignée de Saint-John Perse et Romain Gary, avait obtenu le prix Goncourt 2001 avec son roman Rouge Brésil. Il vient de publier Sept histoires qui reviennent de loin, des nouvelles émouvantes et hautes en couleur qui se déroulent dans sept lieux du monde.

Celui qui fut médecin engagé dans l'action humanitaire, vice-président de Médecins sans frontières, mais aussi ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie entre 2007 et 2010, a d'abord hésité, avant de finalement se lancer.

« D'abord tenté de renoncer, je suis parvenu à la conclusion que notre grande cause mérite bien quelques sacrifices », écrit Jean-Christophe Rufin dans sa lettre de candidature, citée par le quotidien Le Monde.

Fondée en 1635 par Richelieu, l'Académie française rédige un dictionnaire et se prononce sur des règles orthographiques. Elle compte 40 sièges, mais seuls 35 sont aujourd'hui occupés, dont 28 par des hommes et sept par des femmes.

Première femme à diriger l'Académie, élue en 1999, Hélène Carrère d'Encausse tenait à ce qu'on l'appelle Madame  « le » secrétaire perpétuel. 

Seules 32 personnes ont occupé ce poste depuis 1634.



Deux candidats, l'écrivain franco-libanais Amin Maalouf et l'ex-diplomate romancier Jean-Christophe Rufin, vont s'affronter lors de l'élection jeudi d'un nouveau secrétaire perpétuel de l'Académie française, a-t-on appris auprès de l'institution gardienne des règles de la langue française.

Le scrutin pour désigner le successeur d'Hélène...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut