Rechercher
Rechercher

Campus - SOUTIEN ÉCONOMIQUE

CMA CGM propose des bourses d’études pour les Libanais admis à polytechnique

Le Groupe CMA CGM et la Fondation de l’École polytechnique ont signé hier une convention de mécénat portant sur le plus important programme d’accompagnement jamais engagé à l’international au profit des futurs élèves libanais de l’X. 

CMA CGM propose des bourses d’études pour les Libanais admis à polytechnique

De gauche à droite : Dominique Rossin, directeur de l’enseignement et de la recherche à l’X, Rodolphe Saadé, PDG du Groupe CMA CGM, et Frédéric Oudéa, président de la Fondation de l’École polytechnique. Photo DR

Étalé sur dix ans, l’accord conclu entre la compagnie maritime de fret CMA CGM et la Fondation de l’École polytechnique représente une lueur d’espoir dans le tableau bien souvent sombre qu’affrontent les étudiants libanais lourdement impactés par la crise. Il constitue surtout une opportunité pour les quelque 15 à 20 aspirants ingénieurs libanais qui intègrent annuellement l’École polytechnique dont la renommée n’est plus à faire, de bénéficier de bourses de solidarité pour poursuivre sereinement leur formation loin des soucis financiers.

L’accord permet en effet d’accompagner et de soutenir 10 jeunes élèves et étudiants libanais par an, admis au sein des différentes formations de l’École polytechnique, à savoir le bachelor of science, le cycle ingénieur polytechnicien ou les masters of science and technology. Dispensées sur base de l’excellence et de la situation socio-économique du candidat postulant, ces nouvelles bourses de solidarité couvriront non seulement une partie des frais de scolarité, mais aussi les frais de vie des bénéficiaires.

L’initiative s’inscrit dans la lignée du programme « CMA CGM Excellence Fund for Lebanon » développé et mis en place en décembre 2021 par le leader mondial des solutions maritimes, terrestres, aériennes et logistiques avec HEC. Traduisant l’engagement du groupe vis-à-vis de la jeunesse libanaise, ce dernier a pour objectif d’aider les Libanais à construire leur avenir, en favorisant la formation des cadres de demain. Enrichis de l’expérience internationale acquise lors de leur séjour à l’étranger, ces derniers sont appelés à retourner au bercail et à contribuer à leur tour au développement et à la modernisation de leur pays d’origine.

Lire aussi

Rodolphe Saadé à « L’OLJ » : Je ne fais pas un pari sur le Liban, je suis libanais

Avec cet accord, l’X, cet établissement public d’enseignement et de recherche rattaché au ministère français de la Défense, devient la cinquième institution à rejoindre le programme après l’AUB, l’USJ et l’ESA. Au total, ce sont donc 125 étudiants libanais par an qui, grâce à ce fonds, pourront suivre leurs études dans des universités prestigieuses en France et au Liban. À Beyrouth pour la signature de l’accord, Frédéric Oudéa, président de la Fondation de l’École polytechnique, a tout d’abord tenu à saluer l’attachement du Groupe CMA CGM au Liban ainsi que son engagement envers la jeunesse libanaise. « Cet accord nous permettra de mettre en œuvre un programme de bourses de solidarité ambitieux s’inscrivant dans la durée et de renforcer encore davantage les liens séculaires qui unissent la France et le Liban », a-t-il indiqué. « Il illustre également le rôle-clé que jouent nos mécènes dans la formation des jeunes talents de l’X », a-t-il encore ajouté.

Une action qui s’inscrit dans la durée

Nommé en décembre 2021 à la tête de la fondation, M. Oudéa, lui-même un ancien de l’X, rappelle qu’un premier élan de solidarité spontané, ponctuel et quelque peu artisanal, s’est déclenché au sein de la communauté polytechnicienne pour venir en aide à près de 80 élèves et étudiants libanais confrontés à d’importantes difficultés financières au lendemain de l’éclatement de la crise au Liban, aggravée peu de temps après par la double explosion du port de Beyrouth. Depuis 2021, la mobilisation des alumni de l’X a permis de collecter des fonds à hauteur de près de 200 000 euros pour soutenir et appuyer plus de 40 étudiants, tous cursus confondus.

Mais comme la crise perdure, cet effort de solidarité devait être accompagné par une action qui s’inscrit dans la durée et permet de garantir davantage d’ampleur et de visibilité. C’est ainsi qu’un premier contact avec Rodolphe Saadé, PDG du Groupe CMA CGM, a été établi au mois de mars dernier pour discuter d’abord des pistes de coopération, nous confie-t-il, suivi par un accord vers la mi-juillet couronné par la signature hier. Figurant au top 10 mondial des universités préférées des recruteurs, l’École fondée en 1794 séduit de plus en plus les jeunes Libanais. Cet engouement s’est traduit par une hausse de candidats remarquée depuis 2016, date de l’établissement d’un centre d’examen à Beyrouth, à l’USJ avec qui l’école partage un partenariat de longue date et échange les étudiants.

Cet intérêt renouvelé s’est accompagné d’une réelle appétence pour les énergies renouvelables, comme le précise Dominique Rossin, directeur de l’enseignement et de la recherche à l’X, présent lui aussi dans la capitale libanaise. Réputés « brillants », les étudiants libanais, dit-il, réussissent par ailleurs tous les parcours de Polytechnique, que ce soit pour les programmes d’ingénieurs ou pour les autres programmes, tels le bachelor ou le master. Cependant, l’accord signé ne se limite pas au seul aspect des bourses. Selon M. Oudéa, d’autres pistes sont à évoquer avec le groupe CMA CGM en matière, entre autres, de recherche avec des thèmes nouveaux autour de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, de transition écologique, de Tangram, l’université interne du groupe basée à Marseille, ou encore d’exploitation des technologies.

 

Étalé sur dix ans, l’accord conclu entre la compagnie maritime de fret CMA CGM et la Fondation de l’École polytechnique représente une lueur d’espoir dans le tableau bien souvent sombre qu’affrontent les étudiants libanais lourdement impactés par la crise. Il constitue surtout une opportunité pour les quelque 15 à 20 aspirants ingénieurs libanais qui intègrent annuellement...
commentaires (2)

Et pour l’Ecole Polytechnique de Lausanne? Rien?

Gros Gnon

20 h 07, le 21 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Et pour l’Ecole Polytechnique de Lausanne? Rien?

    Gros Gnon

    20 h 07, le 21 septembre 2023

  • Sans les connaitre personnellement, j ‘ai toujours admire les proprietaires de CMA CGM ( bien sur RS en tete) , non seulement pour leur franc succes sur la scene commerciale mondiale, mais surtout pour leur attachement desinteresse et profond au Liban. Si on aime notre pays et sa jeunesse, faisons comme eux.

    Ghassan Darwich

    06 h 46, le 21 septembre 2023

Retour en haut