Rechercher
Rechercher

Culture - Événement

Lebanese Movie Awards 2023 : au-delà de la compétition

Après 3 ans de dormance, la célèbre compétition qui récompense le cinéma au Liban est de retour pour une huitième édition le 6 juillet avec une sélection très pointue. Pour son fondateur et directeur, Emilio Eid, les Lebanese Movie Awards sont, plus qu’un concours, un moyen de souder les acteurs de l’industrie du cinéma libanais.

Lebanese Movie Awards 2023 : au-delà de la compétition

Emilio Eid, fondateur et directeur des Lebanese Movie Awards. Photo Michel Sayegh

« C’est très difficile pour moi de parler de mes films favoris cette année, ils sont tous excellents. Même les membres du jury se plaignent qu’ils vont avoir du mal à faire un choix ! » plaisante Emilio Eid. Et pour cause, après trois ans sans compétition, les Lebanese Movie Awards (LMA) fêteront leur 8e édition au Casino du Liban, le 6 juillet prochain, avec plusieurs années de 7e art à rattraper. Les nominations concernent des films sortis entre septembre 2020 et septembre 2022. Les neufs longs métrages sélectionnés se valent tous pour le fondateur du premier concours du genre au Liban. Il s’agit de Memory box, Costa Brava, Lebanon ou encore All this victory.

Les retrouvailles des acteurs du cinéma libanais sur la scène des Lebanese Movie Awards. Photo DR

Les quinze membres du jury ont finalisé leur vote le 15 juin. Le grand favori ? Broken keys (Le dernier piano en français) du réalisateur libanais Jimmy Keyrouz, qui rafle douze nominations, une dans chaque catégorie. Il faisait déjà partie de la prestigieuse sélection cannoise en 2020. « La singularité de cette compétition au Liban, c’est qu’on a voulu récompenser toute l’équipe d’un film, et surtout les techniciens », explique Emilio Eid. Maquillage, décors, costumes, sons et musique, personne n’est oublié dans les LMA. « C’est une façon d’être soudés et de se soutenir entre acteurs de l’industrie du cinéma libanais, et aussi un endroit pour se construire un réseau professionnel », poursuit-il.

Lire aussi

Maï Masri : Tout disparaîtra un jour, seule l’image demeurera

La célébration et la fraternité sont les deux mots-clés de la cérémonie qui attend près de 600 visiteurs, tous des professionnels du secteur.

Nés d’une passion

« Quand j’avais 16 ans, je regardais les Oscars et je me demandais pourquoi il n’existait pas une aussi belle fête pour le cinéma libanais. Alors je l’ai créée », raconte l’ancien étudiant en cinéma. Ce désormais célèbre gala part d’une carence couplée à une passion pour le septième art. C’est aussi ce qui explique la grande inclusivité des LMA pour les films indépendants. Ils sont 3 sur les neufs films sélectionnés dans la catégorie long métrage : Death of a virgin and the sin of not living de George Peter Barbari, A state of agitation d’Elie Khalifé et Beirut Hold’em de Michel Kammoun, sans compter ceux nommés dans les catégorie « court métrage » et « documentaire ». L’édition prochaine, une nouvelle catégorie récompensera les films universitaires, « un moyen d’encourager le travail amateur » pour Emilio Eid.

L’actrice française Julie Gayet sur le tapis rouge des Lebanese Movie Awards, en 2019. Photo DR

La production de films de réalisateurs libanais augmente. Mais une difficulté persisterait quant à la distribution de ces films au Liban, accrue pour les films indépendants selon lui. Le directeur des Lebanese Movie Awards assure que cet événement « rapporte peu d’argent. Ce qui me pousse à continuer, c’est la passion du cinéma et la volonté de faire quelque chose de beau pour ce pays », conclut-il.

À signaler que la cérémonie des Lebanese Movie Awards sera diffusée en direct le 6 juillet, à 19h, sur la chaîne YouTube @Lbmovieawards

La liste des œuvres en lice

Meilleur film libanais

1982 de Oualid Mouaness ; A state of agitation d’Elie Khalifé ; All this victory d’Ahmad Ghossein ; Beirut Hold’em de Michel Kammoun ; Broken keys de Jimmy Keyrouz ; Costa Brava, Lebanon, de Mounia Akl ; Death of a virgin and the sin of not living de George Peter Barbari ; Memory box de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige ; et The sea ahead de Roger Azar.

Meilleur acteur

Adel Chahine – All this victory

Tarek Yaacoub – Broken keys

Saleh Bakri – Costa Brava, Lebanon

Roger Azar – The sea ahead

Meilleure actrice

Sahar Minkara – All this victory

Rola Beksmati – Broken keys

Nadine Labaki – Costa Brava, Lebanon

Manal Issa – The sea ahead

Meilleur réalisation

Oualid Mouannes – 1982

Ahmad Ghossein – All this victory

Jimmy Keyrouz – Broken keys

Georges Peter Barbari – Death of a virgin and the sin of not living

Joana Hadjithomas, Khalil Joreige – Memory box

Meilleur scénario

Elie Khalife – A state of agitation

Ahmad Ghossein, Abla Khoury, Syllas Twoumerkas – All this victory

Jimmy Keyrouz – Broken keys

Georges Peter Barbari – Death of a virgin and the sin of not living

Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, Gaelle Macé – Memory box

Meilleure cinématographie

Shadi Shaaban – All this victory

Céline Bozon – Beirut Hold’em

Joe Saadeh – Broken keys

Joe Saadeh – Costa Brava, Lebanon

Karim Ghorayeb – Death of a virgin and the sin of not living

Josée Deshaies – Memory box

Meilleur montage

Sandra Fatte – A state of agitation

Giannis Halkiadakis – All this victory

Yves Beloniak, Maria Malek – Broken keys

Cyril Aris, Calros Marques-Marcet – Costa Brava, Lebanon

Tina Baz – Memory box

Meilleure musique de film

Khyam Allami – All this victory

Cynthia Zaven – Beirut hold’em

Gabriel Yared – Broken keys

Fadi Tabbal – Death of a virgin and the sin of not living

Charbel Haber, Radwan Moumeh – Memory box

Meilleur montage de son

Rana Eid – 1982

Rana Eid – All this victory

Chadi Roukoz, Vincent Hazard – Broken keys

Cedric Kayem – Death of a virgin and the sin of not living

Rana Eid – Memory box

Meilleur costume

Wael Boutros – 1982

Lara Mae Khamis – Broken keys

Beatrice Harb – Costa Brava, Lebanon

Lara Mae Khamis – Memory box

Meilleur maquillage et coiffure

Nader Sidani, Roula Zahar, Claudine Choueiri – 1982

Roula Zahar, Nader Sidani – Broken keys

Roula Zahar, Nader Sidani – Memory box

Meilleur décor

César el-Hayeck – 1982

Issa Kandil – Broken keys

Issa Kandil, Thomas Bremer – Costa Brava, Lebanon

Maia el-Khoury – Memory box

Meilleur court métrage

Layal Jomaa – Disconnected

Rakan Mayasi – Trumpets in the sky

Dania Bdeir – Warsha

Meilleur documentaire

Selim Mourad – Agate Mousse

Zeina Daccache – The blue inmates

Wissam Tanios – We are from there


Les membres du jury du LMA 2023

Pierre Sarraf, Emile Chahine, Lara Saba, Béchara Atallah, Diala Kachmar, Christopher Aoun, Brahim Samaha, Nadia Tabbara, Elias Chahine, Darine Hamzé, Chantal Fischer, Nada Bou Farhat, Diamand Bou Abboud, Cynthia Choucair et Hady Zaccak.

« C’est très difficile pour moi de parler de mes films favoris cette année, ils sont tous excellents. Même les membres du jury se plaignent qu’ils vont avoir du mal à faire un choix ! » plaisante Emilio Eid. Et pour cause, après trois ans sans compétition, les Lebanese Movie Awards (LMA) fêteront leur 8e édition au Casino du Liban, le 6 juillet prochain, avec plusieurs...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut