Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Nasrallah à Netanyahu : Vos actions à Jérusalem au Liban et en Syrie risquent de mener la région vers une grande guerre

"Aucune infrastructure du Hezbollah ou du Hamas n’a été touchée" par les bombardements israéliens du 7 avril, affirme le chef du Hezbollah dans un long discours.

Nasrallah à Netanyahu : Vos actions à Jérusalem au Liban et en Syrie risquent de mener la région vers une grande guerre

Le discours du chef du Hezbollah retansmis le 14 avril 2023 dans la banlieue sud de Beyrouth, à l'occasion de la Journée mondiale d'al-Qods. Photo João Sousa

Une semaine après l'échange de tirs de roquettes entre le Liban-Sud et Israël, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a mis en garde vendredi contre "une grande guerre" dans la région, à cause des "actions irréfléchies" du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "à Jérusalem, en Cisjordanie, à Gaza, au Liban ou en Syrie".

Le leader chiite, qui a qualifié cet accès de tensions d'"événement important et de taille" depuis la guerre entre sa formation et l'Etat hébreu en 2006, a affirmé que "la politique du silence" concernant ces événements était "la meilleure". Le dirigeant chiite s'était abstenu le 7 avril de commenter cet embrasement soudain du front. Il a également accusé le Premier ministre israélien de "mensonges", démentant que "des infrastructures du Hezbollah ou du Hamas" aient été touchées par les frappes de l'armée israélienne au Liban-sud.

Le chef du Hezbollah a tenu ces propos dans un discours prononcé à l'occasion de la "Journée mondiale d'al-Qods" (Jérusalem), décrétée par l'ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique d'Iran et célébrée tous les ans le dernier vendredi du ramadan, en signe de solidarité avec les Palestiniens.

Des militants du Hezbollah en treillis, le 14 avril 2023 dans la banlieue sud de Beyrouth, lords d'une retransmission en direct d'un discours du chef du parti, Hassan Nasrallah. Photo João Sousa

Des dizaines de roquettes ont été tirées le 6 avril du Liban en direction du territoire israélien, en réponse à l'irruption violente de la police israélienne dans la mosquée al-Aqsa à Jérusalem pour en déloger des Palestiniens qui s'y étaient barricadés. Israël a riposté le 7 avril à l'aube en frappant à la fois le Liban-Sud et la bande de Gaza, après des tirs de roquettes lancées depuis cette région palestinienne sous blocus. 

L'incident à la frontière libanaise, non revendiqué jusque-là, a été imputé par Israël au mouvement islamiste palestinien Hamas, dont le chef du bureau politique Ismaïl Haniyé se trouvait alors à Beyrouth. Le 10 avril, Benjamin Netanyahu, en difficulté sur le plan politique, avait assuré qu'il ne "permettra pas au Hamas terroriste de s'établir au Liban", et promis de "restaurer la sécurité" dans son pays en agissant "sur tous les fronts". Plusieurs observateurs estiment que les tirs n'auraient pu avoir lieu sans l'aval du Hezbollah, omniprésent au Liban-Sud et qui a dernièrement prôné dans ses discours l'"unité des fronts".

Le 9 avril, le Hezbollah avait, en effet, publié un communiqué dans lequel il affirmait que le Hassan Nasrallah et Ismaïl Haniyé avaient discuté de "l'état de préparation de l'axe de la résistance" contre Israël. Cette "unité des fronts" a été critiquée par Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) et allié chrétien du Hezbollah, dans un discours le 13 avril.

Mises en garde contre une guerre

S'exprimant par écran interposé devant une foule de partisans et de militants rassemblé dans la banlieue sud de Beyrouth, le chef du Hezbollah a estimé dans son discours que "le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est trop peureux pour mener une guerre contre l’Iran". "Mais nous devons mettre en garde l’ennemi : certaines de vos actions irréfléchies à Jérusalem, en Cisjordanie, à Gaza, au Liban ou en Syrie risquent de mener la région vers une grande guerre", a-t-il mis en garde. Selon lui, "en ce moment, ni le Liban ni la Syrie ni Gaza ne veulent la guerre (...) mais les actes et les crimes de l'ennemi pourraient entraîner la région vers l'embrasement".

Les avertissements du chef Hezbollah ne se sont pas arrêtés là. "Aux Israéliens et aux Américains, nous disons : prenez garde, les éléments sacrés pour les musulmans et les chrétiens sont une ligne rouge, Hébron est une ligne rouge, la population palestinienne est une ligne rouge", a-t-il encore abondé. "Depuis Beyrouth et sa banlieue sud, nous disons que nous sommes engagés au côté du peuple Palestinien et nous ne laisserons pas tomber la Palestine", a promis Hassan Nasrallah.

Infrastructures intactes

Le dirigeant chiite a par ailleurs justifié une nouvelle fois son abstention de commenter les incidents à la frontière. "La politique du silence que le Hezbollah et la Résistance adoptent est la meilleure dans la guerre contre l’ennemi. Pas besoin donc d'entrer dans les détails. La politique du silence inquiète l’ennemi, mais peut-être aussi les amis. Mais l’inquiétude des amis peut être traitée", a-t-il dit. Pour lui, "il faut que l’ennemi reste inquiet et effrayé. Personne ne doit lui apporter des assurances, car c’est lui l’agresseur qui attaque le peuple palestinien tous les jours, bombarde quasi-quotidiennement la Syrie et menace les Libanais".

Hassan Nasrallah a accusé Benjamin Netanyahu d'avoir "proféré des mensonges" au sujet des frappes israéliennes au Liban-Sud. "Le plus grand mensonge c’est lorsqu’il a dit qu’Israël a bombardé des infrastructures du Hezbollah et du Hamas. Tous les médias se sont rendus sur les lieux des frappes, il s’est avéré qu’il s’agit de champs de banane et d’irrigation. Aucune infrastructure du Hezbollah ou du Hamas n’a été touchée", a martelé le leader chiite.

Eclairage

Une décennie de relations en dents de scie entre le Hezbollah et le Hamas

Le leader chiite a ensuite réagi aux menaces que le Premier ministre israélien a dernièrement formulées à son adresse. "On m’a dit que M. Netanyahu m’a menacé nommément, en promettant que 'nous allons voir ce que nous allons voir'. Nous aussi, en tant que Résistance au Liban, nous lui disons : 'Vous allez voir ce que vous allez voir'", a promis le chef du parti. "L'ennemi doit savoir que les menaces contre le Liban et la Résistance sont inutiles. Elles nous rendent plus forts et déterminés à protéger le Liban et tous ceux qui peuvent le viser", a-t-il renchéri. "Nous riposterons à toute action ciblant quelqu'un au Liban de manière et d’intensité adéquate, sans aucune hésitation", a prévenu le chef du Hezbollah.

Iran, Arabie, Syrie

Le numéro un du parti chiite a par ailleurs commenté certaines questions régionales, notamment le rétablissement des relations diplomatiques entre l'Arabie saoudite et l'Iran. "L’accord irano-saoudien a commencé à avoir des conséquences plus vite que ce que certains pensaient, et nous espérons que cela touchera le Liban", a-t-il affirmé, estimant que cela aura un impact "positif" et "ralentira la normalisation" avec Israël. "Ce qu’ils ont appelé 'l'axe sunnite' est tombé. Le pari sur une guerre menée par les pays du Golfe contre l’Iran est tombé", a-t-il encore souligné.

L'analyse d'Anthony SAMRANI

Israël-Liban : l’Iran et le Hezbollah veulent changer les règles du jeu

Hassan Nasrallah a en outre commenté les efforts de normalisation arabes avec le régime du président syrien Bachar el-Assad, au lendemain d'une rencontre entre les chefs de la diplomatie d'Arabie saoudite et de Syrie à cette fin. "L’important c’est le retour des relations politiques normales entre la Syrie et les pays arabes. C’est ce qui compte", a-t-il estimé. Le ministère libanais des Affaires étrangères a salué vendredi "les efforts arabes déployés pour trouver une solution arabe à la crise syrienne".

Riyad et Téhéran avaient rompu leurs relations diplomatiques en 2016 après l'attaque de missions diplomatiques saoudiennes par des manifestants en Iran, à la suite de l'exécution par le royaume wahhabite d'un dignitaire chiite. Mais les deux capitales ont signé, le 10 mars dernier, un accord de normalisation sous l'égide de la Chine, annonçant le rétablissement de leurs relations et la réouverture leurs ambassades respectives. Beaucoup attendent de cet accord des retombées positives sur le Proche et le Moyen-Orient, où l'Iran et l'Arabie saoudite se disputent l'influence. 

Le secrétaire général du Hezbollah n'a pas évoqué dans son discours des questions de politique locale, notamment la présidentielle, alors que le Liban est confronté à une double vacance à l'Exécutif depuis la fin du mandat de Michel Aoun en octobre 2022.

Une semaine après l'échange de tirs de roquettes entre le Liban-Sud et Israël, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a mis en garde vendredi contre "une grande guerre" dans la région, à cause des "actions irréfléchies" du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "à Jérusalem, en Cisjordanie, à Gaza, au Liban ou en Syrie". Le leader chiite, qui a qualifié cet...
commentaires (14)

Je ne lis meme pas les articles sur cet homme, le titre a lui seul est suffisant. Netanyahu a besoin de lui et il a besoin de Netanyahu. Ces deux forment une "mutually beneficial, if not admiring, society". Point a la ligne.

hrychsted

21 h 44, le 15 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Je ne lis meme pas les articles sur cet homme, le titre a lui seul est suffisant. Netanyahu a besoin de lui et il a besoin de Netanyahu. Ces deux forment une "mutually beneficial, if not admiring, society". Point a la ligne.

    hrychsted

    21 h 44, le 15 avril 2023

  • NOUS SAVONS TOUS QU'ISRAEL ATTAQUE LE HEZBALLAH ET FAIT BEAUCOUP DE DEGATS ET MEME DES MORTS PARMIS EUX MAIS SANS REACTION DE NASRALLAH CAR L'ACCORD ENTRE EUX EST UNIQUEMENT SUR LE SOL LIBANAIS DONC C'EST LES PALESTINIENS QUI LANCENT LES ROQUETTES ET C'EST ISRAEL QUI REPOND LOIN DES POSITIONS DE HEZBOLLAH LA VERITE: DES ACCORDS SECRETS MAIS MAINTENUS TRES BIEN PAR NASRALLAH ET ISRAEL QUI VEULENT A TOUT PRIX EVITER UNE AUTRE GUERRE COMME EN 2006 ET QUI FAIT L'AFFAIRE D'ISRAEL QUI A UNE PAIX ROYALE AU SUD DEPUIS LORS TOUT EN CONTINUANT A TUER LES MEMBRES ARMES DE HEZBOLLAH EN SYRIE SANS QUE NASRALLAH N'OUVRE LA BOUCHE A CE SUJET DISCOURS DISCOURS DISCOURS POUR SON PEUPLE UNIQUEMENT, LES AUTRES CONNAISSENT LA REALITE DE SA POSITION: PRENDRE LE LIBAN EN ENTIER GRACE A CORRUPTION QU'IL COUVRE A CERTAINS POUR ARRIVER A SES FIN

    LA VERITE

    19 h 46, le 15 avril 2023

  • Comme d'habitude une intervention du Sayyed normal depuis 2016. Wouf! Wouf! Wouf! Grrr Réponse de Natanyahu, Wof! Wof! Wof. GRRRR. Bref rien ne va se passer. Kello 7aké bala ta3mé

    Marwan Takchi

    16 h 24, le 15 avril 2023

  • Bof... ziad l'avait bien décrit... film amerki tawiiiiiil....

    Wlek Sanferlou

    14 h 46, le 15 avril 2023

  • Extrait du Vidal : "Les verrues sont dues à des virus de la famille des papillomavirus. Leur pénétration à travers des microfissures va provoquer la multiplication des cellules à un endroit donné. Il se forme alors une excroissance caractéristique. Ces virus sont contagieux, par contact direct avec une personne infectée ou par l’intermédiaire de squames. Il se passe quelques mois entre le moment de la contagion et l’apparition de la verrue. Les verrues se propagent aussi par auto-contagion d’une partie du corps à une autre. 65 % des verrues disparaissent de façon spontanée en 2 ans, mais certaines peuvent persister plus longtemps. L’éradication du virus est rarement possible et les récidives des verrues sont fréquentes" Ils omettent de mentionner qu'une verrue, ca peut vivre beaucoup plus longtemps, que ca s'enterre profond pour se protéger, et que ca ne supporte ni le froid ni la concurrence d'autres vérrues. Une vérrue rend évidemment la marche douloureuse. Pour éradiquer définitivement une vérrue, une méthode efficace consiste à la racler à la râpe pour en aplanir les protubérances. Dès qu'elle commence à montrer le bout de son nez (son doigt dans le cas qui nous préoccupe) pour reprendre son souffle, la badigeonner d'acide. Il suffit alors de la retirer délicatement. La lésion occasionnée cicatrise en quelques jours, laissant juste apparents les cratères qu'elle a creusés à son passage. La peau redevient saine et propre. Durée du traitement : 30 jours. Zéro rechute.

    Ca va mieux en le disant

    14 h 00, le 15 avril 2023

  • Plus il menace et plus il se met en situation de faiblesse et de peur. Il a parlé de son silence concernant la riposte des israéliens en disant que c’est pour mieux leur faire peur? Oh la bonne blague.! Des deux leaders, Netanyahu et HN, lequel n’ose pas sortir de sa tanière? Lequel a le plus peur des deux, puisque le premier se balade de pays en pays et parmi sa population sans même des garde du corps malgré l’hostilité qui s’est déclenché contre lui? Nous avons la réponse sans dessin. Alors il ferait mieux de s’occuper des champs de bananes des habitants du sud qui ont été détruits par sa faute et qui sont leur seul ressources pour vivre, plutôt que des territoires palestiniens occupés qui le sont toujours malgré toutes ses guerres menéespour les libérer. Les citoyens libanais ne l’ont jamais désigné comme leur porte paroles et encore moins comme leur défenseur. Ils ont leur armée qui veille sur leur sécurité et n’ont pas besoin d’une organisation de mercenaires vendus pour saccager leur pays sous prétexte de les protéger. Au nom de tous les jeunes libanais chiites, morts pour rien, on lui demande de demander pardon à leurs parents, familles et amis autrement qu’en compensation matérielle, puisque c’est connu, la vie humaine n’a pas de prix. Quant à ses hallucinations concernant l’accord en cours avec les saoudiens, il est mort-né puisque l’Iran ne veut partager sa domination dans la région avec aucun autre pays, et de surcroît sunnite. Ils essaient de gagner du temps.

    Sissi zayyat

    12 h 46, le 15 avril 2023

  • - D,INFRASTRUCTURES DU HAMAS, - AU LIBAN SUD, IL NOUS REVELE, - LE BARBU MEME, SANS FRACAS, - AVAIT SERVI DE MANIVELLE. = - LE PAYS EST UN DEPOTOIR. - QUI VEUT DES DETRITUS AMASSE. - POINT D,INSPECTION. POINT DE POUVOIR. - QUELLE ARMEE VERRAIT SANS ANGOISSE, = - DES TROUBLEURS SUR SON SOL PLANTES ? - ET QUI DECLENCHENT, SANS LICENCE, - DES CONFLITS ET HOSTILITES, - EPROUVANT NOTRE TOLERANCE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 42, le 15 avril 2023

  • Un besoin maladif de parler, menacer et re-affirmer toujours les mêmes choses...depuis des années. Nous, on est effarés de voir ces manifestations à grand spectacle, pendant qu'une partie de ses adeptes vit dans la misère, a faim, et ne peut se soigner ni payer la scolarité de ses enfants. Mais pour lui, l'orgueil démesuré et l'ambition priment sur tout...ce qui ne correspond en rien aux enseignements de DIEU, dont il usurpe sans hésiter le nom pour désigner son parti. - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 26, le 15 avril 2023

  • "Vos actions à Jérusalem au Liban et en Syrie risquent de mener la région vers une grande guerre". En ce qui concerne le Liban, ce sont plutôt ses actions à lui, Hassan Nasrallah (et ses complices palestiniens) qui risquent de déclencher une guerre. Dernièrement, Israël n'a fait que riposter, et très modérément, puisque les missiles n'ont visé que des zones inhabitées.

    Yves Prevost

    06 h 55, le 15 avril 2023

  • Il brasse de l’air, il ne sait plus quoi dire a ses esclaves pour les retenir C’est la grenouille qui se gonfle pour impressionner le buffle

    Jack Gardner

    01 h 04, le 15 avril 2023

  • Trop fort Hassouna.

    Achkar Carlos

    22 h 53, le 14 avril 2023

  • Et moi je dis à Hassan Nasrallah que personne ne vous a mandaté pour parler au nom des chrétiens et je lui dis que si il veut menacer pour faire peur à l’ennemi, qu’il ait au moins le courage de le faire de vive voix et non pas planqué à 40 mètres sous terre. Celui qui a peur c’est Hassan Nasrallah, les autres se promènent partout sans crainte.

    Lecteur excédé par la censure

    21 h 24, le 14 avril 2023

  • Que font c'est militaire dans la banlieue sud de Beyrouth ? Pourquoi ne son t'il pas en Palestine ? Aucune "des infrastructures du Hezbollah ou du Hamas" aient été touchées par les frappes de l'armée israélienne au Liban-sud." Nasrallah ne se préoccupe pas du Liban-sud juste de ces infrastructures à lui! Le Liban ne figure même pas parmi ces lignes rouges !

    Sarkis Dina

    20 h 49, le 14 avril 2023

  • J'ignore s'il existe une bonne traduction en arabe des Aventures du Baron de Münchhausen. Si c'est le cas, il faudrait en faire parvenir une copie à M. Nasrallah. Ça aurait le mérite de le distraire, lui qui vit sous la pression d'employeurs exigeants. D'ici là, nous attendons toujours les terrrriibbbbllles représailles promises après l'assassinat de Suleimani....

    IBN KHALDOUN

    20 h 23, le 14 avril 2023

Retour en haut