Rechercher
Rechercher

Société - Disparition

Nagi Zeidan, « l’ami des juifs »

Celui qui s’était fait connaître en tant que spécialiste de la communauté juive du Liban est mort dans la nuit du 12 au 13 novembre à Beyrouth.

Nagi Zeidan, « l’ami des juifs »

Nagi Zeidan lors de la rénovation du cimetière juif de Saïda, en 2018. Photo DR

« Mes chers amis… » Les messages de Nagi Zeidan commençaient tous de la même manière. Graves et cérémonieux. Avant d’adopter un ton plus familier, parfois intime, regrettant « la dégradation de son état de santé », faisant part de ses déboires avec la justice, ou signant d’un laconique « A+ ».

L’ancien coiffeur, coloriste pour dames, reconverti en chercheur spécialisé sur la communauté juive libanaise, pratiquait le mélange des genres. Au détour d’un e-mail ou d’un post Facebook, il partageait l’actualité de ses travaux. Ici, une synagogue sortie des décombres. Là, un cimetière rénové. À qui voulait l’entendre, il racontait sa passion pour l’histoire juive, livrait son analyse sur la psychologie d’une communauté, partageait son combat pour la réhabilitation des lieux. De ce flux de paroles, il ressortait une passion sans limite pour son objet d’étude. C’est en amoureux fasciné que Nagi Gergi Zeidan poursuivait depuis 1995 ses travaux sur « l’une des plus anciennes communautés du pays ».

Lire aussi

Les derniers juifs du Liban, une vie dans le culte du secret

Mais l’homme aux cheveux gris et à la voix hésitante n’enverra plus de messages. Celui qui s’était fait connaître au cours des dernières années en tant que spécialiste de la communauté juive du Liban est mort à Beyrouth dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 novembre, des suites d’une chute, après avoir passé un mois dans le coma. Résidant à Bruxelles, il était retourné dans sa ville natale fin juillet afin de voir ses proches et de poursuivre des recherches sur la généalogie de familles juives libanaises. « Dans la nuit du 17 au 18 octobre dernier, il s’est levé dans son appartement et a fait une chute sur la tête. Son fils et son frère l’ont emmené en urgence à l’hôpital al-Hayat, où il a été hospitalisé, avant d’attraper une infection pulmonaire et de décéder », explique depuis Bruxelles Françoise Farhi, compagne du défunt depuis plusieurs années. Il a été enterré lundi dans son village de Wadi Chahrour.

Rouleaux de la Torah

Depuis près de trois décennies, « Nagi » s’était attribué une mission : être le gardien de la mémoire juive libanaise. Celui qui était issu d’une famille grecque-orthodoxe proche du Parti syrien national social (PSNS, connu pour ses positions antisémites) aimait raconter son parcours et sa contribution à la préservation d’un patrimoine national. Ses dernières découvertes portaient sur la ville de Tripoli, où « la présence de juifs remonte à 1241, à l’époque de Moawiya ben Abi Soufyan qui invita les premiers juifs chassés de la région du Hejaz à venir s’y installer en faisant construire un quartier ainsi qu’une synagogue et un cimetière », expliquait-il dans un e-mail daté du 13 février 2022, accompagné de photographies de l’ancienne synagogue.

À travers ses recherches, c’était aussi une certaine conception du pluralisme à la libanaise qu’il mettait en avant. Le sexagénaire était fier de la volte-face qu’il avait opérée à travers les décennies. Remettant en question son milieu d’origine et son éducation – propalestinienne et antisioniste –, il était devenu l’un des principaux interlocuteurs pour quiconque s’intéresse de près ou de loin à la communauté juive du Liban. Dans sa jeunesse, il avait méprisé cette communauté, honnie par nombre de Libanais pour ses liens, le plus souvent fantasmés, avec l’État hébreu. Mais en se penchant sur son histoire et en rencontrant ses familles, il dit avoir découvert une autre réalité, aux antipodes des clichés qui circulent au sein de la société libanaise. Au fil des ans, Nagi Zeidan était devenu, de son propre aveu, « l’ami des juifs ».

Beaucoup de ceux qui l’ont côtoyé contestent pourtant cette expertise et ces liens. On ne lui connaissait pas de diplômes en lien avec son activité de chercheur et il était très loin de faire l’unanimité au sein de la « communauté ». Nombre d'observateurs soulignent les imprécisions et erreurs factuelles de son livre Juifs du Liban – d’Abraham à nos jours, histoire d’une communauté disparue (VA Éditions, 2020). Entre autres polémiques, des poursuites judiciaires avaient été engagées contre lui en début d'année à la suite d’une plainte déposée par le vice-président de la communauté juive qui l’accusait d’avoir volé des rouleaux de la Torah à la synagogue de Saïda. Selon ses proches, il a depuis été innocenté par la justice.

Nagi Zeidan continuait malgré tout d’être sollicité pour ses connaissances, notamment par les médias et certains universitaires. En présence d’une communauté juive libanaise souvent réticente à l’idée de s’exprimer publiquement, et en l’absence d’un véritable travail historiographique, il demeurait l’un des rares à accepter de fournir des informations sur cette communauté aujourd’hui réduite à quelques dizaines d’âmes.

« Mes chers amis… » Les messages de Nagi Zeidan commençaient tous de la même manière. Graves et cérémonieux. Avant d’adopter un ton plus familier, parfois intime, regrettant « la dégradation de son état de santé », faisant part de ses déboires avec la justice, ou signant d’un laconique « A+ ». L’ancien coiffeur, coloriste pour dames, reconverti...
commentaires (9)

"Pour certains, son livre Juifs du Liban – d’Abraham à nos jours, histoire d’une communauté disparue (VA Éditions, 2020) comporte un certain nombre d’imprécisions et d’erreurs factuelles." Et comment! Comme par exemple ceci: "Ses dernières découvertes portaient sur la ville de Tripoli, où « la présence de juifs remonte à 1241, à l’époque de Moawiya ben Abi Soufyan qui invita les premiers juifs chassés etc." Ledit Moawiya a vécu au septième siècle!!! Bon, cela dit, il suffit qu'il soit passé de l'obscuatantisme d'Antoun Saadé à cette ouverture salutaire sur la communauté juive Libanaise pour mériter une certaine admiration post mortem. RIP.

Georges MELKI

11 h 27, le 21 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • "Pour certains, son livre Juifs du Liban – d’Abraham à nos jours, histoire d’une communauté disparue (VA Éditions, 2020) comporte un certain nombre d’imprécisions et d’erreurs factuelles." Et comment! Comme par exemple ceci: "Ses dernières découvertes portaient sur la ville de Tripoli, où « la présence de juifs remonte à 1241, à l’époque de Moawiya ben Abi Soufyan qui invita les premiers juifs chassés etc." Ledit Moawiya a vécu au septième siècle!!! Bon, cela dit, il suffit qu'il soit passé de l'obscuatantisme d'Antoun Saadé à cette ouverture salutaire sur la communauté juive Libanaise pour mériter une certaine admiration post mortem. RIP.

    Georges MELKI

    11 h 27, le 21 novembre 2022

  • Il y a toujours eu des Juifs au Liban. Il faudrait bien connaître leur histoire vrai et compulse.

    Marie Assi

    07 h 56, le 20 novembre 2022

  • Paix a son ame Les juifs Libanais ou ayant reside au Liban et meme ceux qui y resident encore savent que ce monsieur a ete sincere dans sa recherche de l'histoire des juifs du liban , communaute excessivement proche du Liban encore dans la pensee et le coeur mais qui face a la realite actuelle ne peut pas prononcer tout haut son amour pour ce beau pays de son enfance

    LA VERITE

    02 h 40, le 20 novembre 2022

  • Qu'il repose en Paix. Mes sincères condoléances à sa famille et proche.

    LE FRANCOPHONE

    19 h 01, le 19 novembre 2022

  • Matthieu 8:22 "Et Jesus lui dit: suis moi et laisse les morts ensevelir leurs morts"... Ce monsieur Zeidan (RIP) est aussi suspect en tant qu'antisemite pro-palestinen PNSS, qu'en tant qu'admirateur de la presence juive au Liban...

    Mago1

    17 h 29, le 19 novembre 2022

  • Que Dieu est son âme

    Eleni Caridopoulou

    16 h 50, le 19 novembre 2022

  • Moawiya en 1241? Il se trompe de 600 ans...

    Karim El-Dahdah

    16 h 41, le 19 novembre 2022

  • UN HOMME. CELA DIT TOUT. ALLAH YIRHAMOU. QU,IL REPOSE EN PAIX. IL FUT UN HOMME DE PAIX.

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 20, le 19 novembre 2022

  • Jesus Christ etait juif La sainte vierge est juive St Joseph etait juif A bon entendeur salut!

    Robert Moumdjian

    04 h 47, le 19 novembre 2022

Retour en haut