Rechercher
Rechercher

Politique - En toute liberté

Liban, poste avancé du vivre-ensemble

Liban, poste avancé du vivre-ensemble

Le pape François au Vatican, le 16 novembre 2022. Remo Casilli/Reuters

C’est un véritable enjeu de civilisation qui se joue actuellement au Liban, par-delà le côté bouffon que revêt par moments la crise politique. L’histoire nous met au défi de rester fidèles à nous-mêmes et au « message » que nous sommes. Malgré l’annulation de sa visite, le Liban est resté étonnamment présent dans l’esprit du pape François. À Bahreïn, le mois dernier, il a eu des mots touchants pour notre pays « bien-aimé, si fatigué et si éprouvé », et a repris la formule désormais incontournable de Jean-Paul II. Le Liban « est une douleur pour moi », a-t-il confié aux journalistes dans l’avion qui le ramenait à Rome. « Car le Liban n’est pas seulement un pays, un pape l’a dit avant moi, “c’est un message”. »

Si Jean-Paul II a dit du Liban qu’il était un « message », c’est qu’il le pensait sincèrement. Mais quel est ce message ? Ce n’est certainement pas celui du savoir-vivre. Le vivre-ensemble au Liban, ce ne sont pas des règles de bienséance, mais la marque distinctive d’une société plurielle où les religions des uns et des autres fraternisent plutôt qu’elles ne rivalisent et se font la guerre. C’est cet équilibre rare, et pour le moment singulier dans un monde arabe qui place la charia à la source de toutes ses Constitutions, que Jean-Paul II a considéré comme étant un « message » pour l’Orient, oui, mais aussi pour un Occident aux racines chrétiennes, bien que largement déchristianisé, mis en présence d’une immigration musulmane qui le charge d’une spiritualité nouvelle (et potentiellement conflictuelle) au moment même où il se croyait libéré de toute référence à une transcendance.

Lire aussi

La richesse invisible du vivre-ensemble

Le vivre-ensemble, ce sont les premiers pas d’une sortie de la lettre de la religion vers son esprit, une sortie vers la citoyenneté et l’égalité de tous en droits et en devoirs, où le religieux est maîtrisé par le civil, filtré par la raison.

C’est cet équilibre interne, ce modèle de modération et de modernité, qui semble aujourd’hui malmené, et qu’il nous est demandé de protéger, dans l’esprit d’un pacte national noué une fois pour toutes dans les années quarante, loin d’une pratique politique égoïste et irréfléchie, loin d’une géopolitique perverse qui nous transforme en marionnettes, loin de réflexes grégaires qui poussent chaque communauté à vouloir « sa » part de gouvernance et le respect de « ses » droits.

Depuis 2019 et sa visite à Abou Dhabi, où il a signé avec l’imam d’al-Azhar, Ahmad Tayyeb, le Document sur la fraternité humaine, préfiguration de son encyclique Fratelli tutti (« Tous frères »), le pape François parcourt le monde arabe pour promouvoir ce que le théologien Hans Kung nomme « la paix des religions ». Une paix qui ne serait pas un nivellement par le bas, un plus petit dénominateur commun, mais un effort d’intériorisation et de spiritualisation de la lettre des religions, un effort pour discerner ce qui, en elles, relève de la contingence – qu’elle soit sociale, culturelle ou même morale –, et ce qui en constitue l’essence, la fraternité humaine et l’amour de Dieu, l’objectif étant d’empêcher l’instrumentalisation des religions à des fins politiques, et surtout à des fins violentes. Le terrorisme d’inspiration religieuse n’a épargné aucune époque et aucun pays.

L’enjeu est de taille et n’est jamais acquis d’avance. Il nous faut donc tout faire, mais alors vraiment tout, pour que le Liban reste, sur ce plan, la porte spirituelle de l’Orient, d’abord en raison des équilibres démographiques qui le caractérisent, ensuite parce qu’il fait partie intrinsèque de la Terre sainte foulée par le Christ, et enfin – last but not least – parce qu’il est le lieu de contact (et de collision) par excellence entre les religions et la modernité, un laboratoire et un poste avancé du « vivre-ensemble », du pluralisme et des libertés.

C’est un véritable enjeu de civilisation qui se joue actuellement au Liban, par-delà le côté bouffon que revêt par moments la crise politique. L’histoire nous met au défi de rester fidèles à nous-mêmes et au « message » que nous sommes. Malgré l’annulation de sa visite, le Liban est resté étonnamment présent dans l’esprit du pape François. À Bahreïn, le mois...
commentaires (8)

Je dirais plutôt un poste avancé du mourir ensemble.

Sissi zayyat

11 h 00, le 21 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Je dirais plutôt un poste avancé du mourir ensemble.

    Sissi zayyat

    11 h 00, le 21 novembre 2022

  • Mission impossible = vivre ensemble Basta

    Robert Moumdjian

    05 h 44, le 21 novembre 2022

  • Ce pape est très étrangement laïque !

    Wow

    23 h 25, le 19 novembre 2022

  • Honte au pape qui nous a lâchés en annulant sa visite au Liban

    Hitti arlette

    12 h 38, le 19 novembre 2022

  • Liban, poste avancé du vivre-ensemble. Votre sainteté cela n’est qu’une apparence trompeuse. Vous devriez vous pencher sur l’histoire de ce pays et surtout sur la guerre des années 70 pour savoir que les libanais ont toujours été divisés et sectaires et cela n’est pas prêt de s’arranger. Nous n’avons jamais connu dans ce pays le vivre ensemble comme tous les pays étrangers se plaisent à répéter. Nous nous sommes étripés à chaque fois que l’intérêt de ce pays était en jeu, préférant défendre une religion contre une autre. Alors arrêtez tous de vous raconter des histoires qui n’ont jamais existé

    Sissi zayyat

    11 h 32, le 19 novembre 2022

  • C'est juste. Mais aussi ca prouve que la coexistence ne marche pas. Assez d'illusions.

    Ma Realite

    09 h 51, le 19 novembre 2022

  • DU VIVRE ENSEMBLE ? OUI ! MAIS TOUT EN SE HAISSANT MUTUELLEMENT... MEME DANS UNE MEME COMMUNAUTE. UN MODELE FICHU.

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 34, le 19 novembre 2022

  • In message oui ... In message sure ce qu'il ne faut PAS faire . Le vivre ensemble a toujours été,est et sera toujours une mauvaise idée. Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées

    Emile G

    06 h 42, le 19 novembre 2022

Retour en haut