Rechercher
Rechercher

Politique - La fin d’un mandat tourmenté / Éclairage

L’ombre du Hezbollah sur le président Aoun

Le mandat de Michel Aoun touche à sa fin. Le président de la République doit quitter Baabda dimanche après six années marquées par la pire crise économique et financière de l’histoire du Liban et par la double explosion au port de Beyrouth. Tout au long de la semaine, « L’Orient-Le Jour » vous propose une série d’articles sur cette période désormais révolue, pendant laquelle le « président fort » est devenu l’un des personnages les plus détestés de la République. Second épisode aujourd’hui sur l’influence du parti de Dieu sur le sexennat.

L’ombre du Hezbollah sur le président Aoun

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah et le chef du CPL Michel Aoun lors de la signature de l’accord de Mar Mikhaël en février 2006. Archives « L’OLJ »

« Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge. » Dans son pacte avec Méphistophélès, Faust s’engage à lui livrer son âme en échange d’une nouvelle jeunesse. En 2006, Michel Aoun scelle une...
« Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge. » Dans son pacte avec Méphistophélès, Faust s’engage à lui livrer son âme en échange d’une nouvelle jeunesse. En 2006, Michel Aoun scelle une...
commentaires (16)

A gauche Lucifer, à droite la marionette ...

Remy Martin

10 h 50, le 01 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • A gauche Lucifer, à droite la marionette ...

    Remy Martin

    10 h 50, le 01 novembre 2022

  • C,EST COMME L,OMBRE DE DRACULA SUR SA CREATION FRANKENSTEIN.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    14 h 16, le 28 octobre 2022

  • Le plus habile des caméléons n'a plus de couleurs à ajouter à son habit déjà multicolore ! Nous ne le regretterons pas et surtout qu'il n'oublie pas d'emporter avec lui son encombrant gendre. Bon débarras pour le Liban !

    Un Libanais

    19 h 58, le 27 octobre 2022

  • Cheres membres du gafc general aoun fan club, pourquoi n ettayez vous pas vos arguments? SH pourra sans douse vous aider

    Zampano

    17 h 07, le 27 octobre 2022

  • Rejouissez vous, il nous reste M Berry 30 ans de plus, et plus personne pour le contredire ou le critiquer. Messieurs de l'opposition, pourquoi vous l'epargnez , c'est la question que tout le monde se pose

    Nader

    14 h 52, le 27 octobre 2022

  • Ne généralisez pas svp. Il est vrai que Michel Aoun est détesté par une partie des Libanais mais adulé et respecté par une autre non moins importante en nombre .

    Hitti arlette

    12 h 44, le 27 octobre 2022

  • Cet article fait un résumé édifiant du parcours désastreux de ce président en quête de pouvoir et de richesse pour lui et sa famille et entourage jadis inconnus. Il est concis, précis et véridique n’en déplaise à certains irréductibles irrécupérables qui prétendent le contraire et sont à cours d’argumentations pour nous convaincre, puisque les faits parlent d’eux mêmes de la nature de ces traitres qui ont anéanti le pays en se regardant leur nombril. Ils ne vont pas nous dire que HN a obligé quiconque de piocher dans les caisses dans lesquelles il se servaient en premier avec son allié insatiable qui trône à la deuxième présidence, et de vanter ses mérites pour pouvoir bénéficier d’une impunité totale, cachés derrière ses armes en appuyant sa pseudo résistance pour assécher les caisses et ainsi détruire les institutions du pays. Car c’est de cela avant tout dont il s’agit. L’argent les a rendu sourds et aveugles aux manigances qui s’opérer contre eux pour les détruire. Ils n’ont eu que ce qu’ils méritent, l’humiliation, la honte et une haine viscérale de la majorité du peuple, exceptés quelques zoulous fidèles qui refusent de voir la vérité en face.

    Sissi zayyat

    11 h 09, le 27 octobre 2022

  • Lui et son gendre=> les plus détestés ? C’est trop trop peu dire. A ce jour, il utilisait la violence et la justice pour faire taire les avis et les critiques des citoyens manifestants, notamment, qui exprimaient leur détestation sous prétexte «  le respect du siège présidentiel »…. LE GAG. En fait c’est son propre super EGO qui ne supportait pas ces critiques… d’ailleurs le respect ne s’impose PAS. par la force…. Les gens respectent OU PAS naturellement selon la personnalité qui aspire respect ou non NATURELLEMENT. Ceci dit, une fois parti de BAABDA, les gens pourraient se lâcher et exprimer sans crainte leurs avis. Même l’OLJ sera moins frileux et censurera moins les critiques à l’encontre de ce personnage puisqu’il ne sera plus en position de faire taire les critiques en utilisant le prétexte du « siège de la présidence » ( comme si c’est ce siège est sacré !!!!) . Évidemment nous parlons des critiques liées à ses positions politiques.

    LE FRANCOPHONE

    09 h 17, le 27 octobre 2022

  • Dimanche sera synonyme de libération du joug de ce mandat synonyme de malheurs répétés. Personnellement je ferai la fête même si on n’a plus les moyens d’acheter du champagne…

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 12, le 27 octobre 2022

  • Tout est dit dans cette photo. Celui de gauche se dit je viens de le rouler dans la farine sans qu il le sache. Celui de droite est completement sous son emprise comme un petit garçon ( ou fille) A noter de nouveau le regard moqueur sournois du sayed

    Zampano

    08 h 36, le 27 octobre 2022

  • Un « phénomène israélien destructeur mû par ses intérêts personnels ». En fait, dans cette appréciation émise par Nasrallah, un seul mot est à supprimer: "israélien". Depuis son retour d'exil, et surtout depuis son accession à la présidence, Aoun a changé d'avis sur tout ... sauf sur ce qui lui a fait changer d'avis sur tout: devenir président!

    Yves Prevost

    07 h 50, le 27 octobre 2022

  • Excellente analyse: tout le parcours du Président développé et résumé clairement… Ce Monsieur se prenait carrément pour le sauveur à vocation presque divine du Liban et en particulier des chrétiens…Il avait surtout joué avec la fibre sensible de la populace et son instinct de survie en démonisant le sunnisme, abusé de populisme primaire et se pensait invincible: se rappeler qu’il voulait bombarder Damas et éborgner le Président Assad père…Sa débandade en pyjama ne l’avait pas découragé, au contraire…Et il en voulait à mort à l’accord de Taef, car il incarnait la perte des prérogatives du président chrétien en faveur du premier ministre sunnite et, indirectement aux saoudiens parrains de l’accord…il ne rêvait que de revanche dans son exil et préparait son retour de façon sournoise en pensant s’allier contre nature au Hezbollah qu’il prenait pour des boy-scouts mais qui lui ont permis d’accéder à sa présidence rêvée…On connaît la suite…Le hic dans cette tragédie, c’est le nombre de personnes bien pensantes qui furent obnubilées par le personnage et son message et qui l’avaient suivi aveuglément! Pour beaucoup le réveil fut dur mais tardif, sauf qu’il est dommage de trouver encore des irréductibles têtus qui trouvent moyen encore de le justifier et ce n’est pas pour rien que certains mêmes acceptent de recevoir les médailles du mérite du Cèdre Libanais comme récompense ultime pour avoir suivi ce triste individu jusqu’à la fin: pauvre Liban!

    Saliba Nouhad

    03 h 58, le 27 octobre 2022

  • "L'Orient Le Jour" dresse le bilan d'un sexennat et c'est parfaitement légitime de le faire à chaque fin de mandat. Cependant, l'on ne peut manquer d'être surpris par la partialité contenue dans le "chapeau" de présentation. À en croire la rédaction de L'OLJ, le président Michel Aoun serait devenu l'un des personnages les plus détestés de la République. Rien que ça ! Pareille assertion, totalement dénuée de fondement et de justifications, ferait sourire. Mais en pilonnant, en martelant jour après jour une contre-vérité, la rédaction de L'OLJ espère la faire passer pour vraie... Nous sommes là aux antipodes du journalisme documenté, raisonné, éclairé. Nous sommes dans un journalisme d'opinion, une presse qui, de fait, est politiquement engagée. Naguère, durant les années de plomb de l'occupation syrienne, L'OLJ était un des rares espaces de liberté. Puis il s'est aligné, plus tard, sur un haririsme-affairisme. Aujourd'hui, il prend officieusement parti dans la campagne présidentielle. J'ai mal à mon ORIENT LE JOUR...

    Zoulou

    03 h 49, le 27 octobre 2022

  • Orange peu mûr + citron = reflux acide et brûlures d'estomac... surtout avec des estomacs vides et des comptes en banque encore bien plus vide...

    Wlek Sanferlou

    02 h 13, le 27 octobre 2022

  • "… Prochain article demain : Que restera-il du CPL après le mandat Aoun ? …" - Après le mandat Aoun le CPL deviendra le Courant du Pygmée Loufoque…

    Gros Gnon

    01 h 34, le 27 octobre 2022

  • Tout est dit . Bien résumé.

    LE FRANCOPHONE

    00 h 52, le 27 octobre 2022

Retour en haut