Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Devant des députés sunnites, le mufti plaide pour un président rassembleur

Le cheikh Abdellatif Deriane se dit "optimiste" quant à la formation d'un nouveau gouvernement "dans les prochains jours". 

Devant des députés sunnites, le mufti plaide pour un président rassembleur

Des députés sunnites réunis sous l'égide du mufti de la République Abdellatif Deriane à Dar el-Fatwa, le 24 septembre 2022. Photo ANI

Devant la majorité des députés sunnites au Liban, le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a plaidé samedi pour l'élection d'un président "rassembleur" avant une échéance électorale, lors d'une réunion à Dar el-Fatwa qui ne fait pas l'unanimité sur la scène locale et qui intervient à près d'un mois de la fin du sexennat du chef de l’État Michel Aoun.

Le dignitaire sunnite s'est parallèlement dit "optimiste" quant à la formation d'un nouveau gouvernement "dans les prochains jours", rejoignant ainsi la position d'autres partis politiques libanais, notamment le Hezbollah, alors que le cabinet sortant du Premier ministre désigné Nagib Mikati gère les affaires courantes depuis le 22 mai. Ce retard est dû à un bras-de-fer politique entre M. Mikati et le président Aoun, mais qui semble avoir été assoupli ces derniers jours.

Le profil du nouveau président

Dans son discours samedi à Dar el-Fatwa, Abdellatif Deriane a dressé le portrait du prochain président de la République, évoquant quatre caractéristiques auxquelles le chef de l’État qui sera élu devrait répondre. "Le nouveau président doit préserver les constantes de Taëf et de la Constitution, le vivre-ensemble et les lois libanaises, arabes et internationales. Ces constantes ne peuvent pas être violées, indépendamment des divergences des opinions politiques, car elles sont les garantes du système et de la stabilité de l'entité nationale", a-t-il dit.

"Le nouveau président doit aussi mettre un terme aux fausses discordes et querelles confessionnelles concernant les prérogatives (du chef de l’État maronite et du Premier ministre sunnite) et prôner une séparation des pouvoirs conformément à la Constitution", a-t-il renchéri.

Décryptage

La réunion de Dar el-Fatwa, une initiative qui ne fait pas l’unanimité

Le mufti a précisé que le président de la République qui sera élu doit "disposer des caractéristiques d'une personnalité de la sphère publique et politique qui soit responsable et qui ait une conscience". Enfin, il a estimé que ce président doit avoir "de la sagesse, le sens des responsabilités nationales et de l'honnêteté. Il doit être capable de rassembler les Libanais et œuvrer pleinement avec les pouvoirs constitutionnels et les institutions pour sortir le pays de ses crises et éviter son effondrement total". Abdellatif Deriane a aussi appelé à l'élection d'un chef de l’État "qui ne soit ni la cause du problème ni qu'il en fasse partie". "Nous voulons un président à qui nous pouvons faire confiance", a-t-il insisté.

Il a dans ce cadre exhorté les députés à "contribuer au changement et à œuvrer pour que la République retrouve son rôle". "Vous êtes responsables de l'élection d'un président ou de son absence, quelles qu'en soient les raisons", a-t-il mis en garde.

Un gouvernement "dans les prochains jours"

Abdellatif Deriane a par ailleurs souligné l'urgence de former une nouvelle équipe ministérielle, tout en mettant en garde contre "toute atteinte aux prérogatives du Premier ministre", dans une critique à peine voilée au président de la République Michel Aoun. "Nous plaidons pour que l'on ne touche pas aux prérogatives de la présidence du Conseil et à faire tout notre possible pour aider le Premier ministre désigné dans sa mission", a dit le mufti. Il a aussi affirmé qu'il est "optimiste" quand à la formation rapide d'un nouveau gouvernement dans les prochains jours", estimant que "le Liban a besoin d'un cabinet de plein pouvoirs et non d'un cabinet d'expédition des affaires courantes".

Lire aussi

Dar el-Fatwa s’active en faveur de « l’unité sunnite »

Le discours du mufti Deriane a été suivi d'une réunion à huis-clos avec les députés conviés. A l'issue de celle-ci, les députés se sont engagés à élire, "dans les délais légaux, avec le reste du Parlement un nouveau président, qui respecte la Constitution et le serment constitutionnel par fidélité au peuple libanais et ses intérêts".

La réunion à laquelle le mufti a convié tous les parlementaires sunnites est destinée à souder les rangs éparpillés de cette communauté depuis le départ du chef du Courant du Futur Saad Hariri aux Émirats arabes unis et la suspension de ses activités politiques. Elle a été suivie d’un dîner au siège de l’ambassade d’Arabie saoudite à Yarzé. Plusieurs députés ont boycotté cette réunion, notamment les deux élus issus de la contestation populaire, Ibrahim Mneimné et Halimé Kaakour, ainsi que le député indépendant Oussama Saad. D’autres comme Mohammad Yehia (groupe aouniste), Yanal Solh et Melhem Hojeiri (élus sur la liste commune du Hezbollah et d'Amal à Baalbeck-Hermel) avaient laissé entendre qu’ils n’ont pas été conviés.

Le risque d'une double vacance présidentielle et gouvernementale plane sur le Liban, le mandat Aoun arrivant à terme le 31 octobre, sans qu'un nouveau gouvernement n'ait été encore formé. Plusieurs observateurs craignent que M. Aoun ne veuille s'accrocher à son poste sous prétexte qu'un cabinet sortant ne peut exercer les prérogatives du président. Ces derniers jours cependant, plusieurs partis politiques, notamment le Hezbollah, par la voix de son chef Hassan Nasrallah, ont dit s'attendre à la formation prochaine d'un nouveau gouvernement, tandis qu'une vacance à la présidence semble apparemment inévitable. Dans ce contexte, l’Arabie saoudite, la France et les États-Unis dressent déjà le profil du successeur de M. Aoun et exercent un "forcing" pour que la présidentielle ait lieu dans les délais.


Devant la majorité des députés sunnites au Liban, le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a plaidé samedi pour l'élection d'un président "rassembleur" avant une échéance électorale, lors d'une réunion à Dar el-Fatwa qui ne fait pas l'unanimité sur la scène locale et qui intervient à près d'un mois de la fin du sexennat du chef de l’État Michel Aoun. Le...

commentaires (4)

Pourquoi les députés de l’opposition s’opposent au changement en s’accrochant à des principes futiles alors qu’en se rassemblant ils auraient plus de poids que de rester seuls dans leur coin en attendant que les fossoyeurs gagnent la bataille à tous les coups comme pour les précédentes échéances où ils ont brillé par leur abstention? On n’arrive plus à suivre leur raisonnement d’immobilisme pour faire gagner les vendus. Il faut participer à la à taille pour la gagner la guerre c’est connu.

Sissi zayyat

12 h 50, le 25 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Pourquoi les députés de l’opposition s’opposent au changement en s’accrochant à des principes futiles alors qu’en se rassemblant ils auraient plus de poids que de rester seuls dans leur coin en attendant que les fossoyeurs gagnent la bataille à tous les coups comme pour les précédentes échéances où ils ont brillé par leur abstention? On n’arrive plus à suivre leur raisonnement d’immobilisme pour faire gagner les vendus. Il faut participer à la à taille pour la gagner la guerre c’est connu.

    Sissi zayyat

    12 h 50, le 25 septembre 2022

  • Les députés de la contestation, au lieu de jouer le jeu confessionnel en refusant de participer à la réunion, aurait dû y aller tous ensemble (les 13). Le message aurait été exactement le même avec de plus l’avantage d’une inertie positive pour un changement réel. Je crois que les gens en ont marre de ces jeux cruels de négation ou d’affirmation du confessionalisme. Renversons les valeurs et les tables et marchons vers un progrès durable et tangible. Karim Yazbek.

    Karim Yazbek

    22 h 02, le 24 septembre 2022

  • Il serait tellement plus souhaitable que le mufti, tout comme ses confrères religieux d’autres communautés s’occupe un peu plus de spiritualité et d’éthique et un peu moins de politique. Il est absurde de réunir les députés sur base de religion et plaider en même temps pour cesser les querelles confessionnelles. Un homme non élu par sa communauté ne devrait pas s’arroger le droit de représenter cette communauté. Et bravo aux députés du Taghyeer qui ont eu le courage de ne pas participer à ces meetings de crispations confessionnelles.

    Alexandre Choueiri

    19 h 00, le 24 septembre 2022

  • MUFTI DERIANE, PAS LES LOIS ARABES CAR CELLES DE PLUSIEURS DE CES PAYS SONT BASEES SUR LES LOIS CORANIQUES ET SONT INACCEPTABLES PAR LA PLUPART DES LIBANAIS.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    18 h 18, le 24 septembre 2022

Retour en haut