Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Le preneur d'otages de la Federal Bank libéré sous caution

Dans la matinée, des manifestants et des proches de Bassam S.H. ont tenu un sit-in devant le palais de justice.

Le preneur d'otages de la Federal Bank libéré sous caution

Des soldats déployés près de la branche de la Federal Bank de Hamra, à Beyrouth, le 11 août 2022. Photo Richard Salamé

Le preneur d'otages de la Federal Bank à Hamra a été libéré mardi, sous caution d'élection de domicile, suite à un ordre du procureur général près la Cour de cassation, le juge Ghassan Oueidate, après que la banque a retiré sa plainte contre Bassam S.H., qui avait retenu jeudi dernier, sous la menace d'une arme, des employés et des clients pour récupérer son épargne. Selon l'avocat de Bassam S.H., Rami Olleik, contacté par L'Orient Today, le frère du preneur d'otage a bien touché 35.000 dollars de la banque, dans le cadre d'un accord autour de l'épargne dont le montant total s'élève à 210.000 dollars. Le dossier a été déféré à un juge d'instruction de Beyrouth, rapporte l'Agence nationale d'information, sans donner plus de détails. 

Plus tôt dans la matinée, des dizaines de militants et des proches du preneur d'otages ont tenu un sit-in devant le Palais de justice de Beyrouth pour réclamer sa libération, après un appel à manifester lancé par l'Association des déposants. Les protestataires avaient brièvement bloqué la circulation au niveau de l'avenue Sami el-Solh, ce qui a provoqué des embouteillages dans le secteur.

Le système judiciaire en procès
"La mission du pouvoir judiciaire est désormais d'anéantir le peuple pour servir les intérêts des personnes influentes"; "Le système judiciaire ne vaut que le faible montant de 1.500 livres", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants, en référence au taux de change officiel de la livre libanaise qui demeure fixé à 1.507,5 LL, alors que la monnaie nationale s'échange à plus de 32.000 LL contre un billet vert sur le marché parallèle.


Bassam S.H., qui était armé lors de la prise d'otage, avait été arrêté jeudi dernier par la police après des heures de négociations. Celles-ci avaient abouti à la libération de tous les otages sans qu’il n’y ait de victimes. L'homme affirmait vouloir payer les frais d'hospitalisation de son père. Un accord avait été obtenu entre Bassam S.H. et les autorités afin que celui-ci obtienne un 35.000 dollars du total de son épargne qui se chiffrait à 210.000 dollars. Il semblait aussi que l’accord incluait sa libération après son interrogatoire. Mais il était resté emprisonné dans la caserne des Forces de sécurité intérieure, à Achrafieh, jusqu'à mardi. Il avait annoncé une grève de la faim dès son arrestation. Plusieurs sit-in avaient eu lieu pour protester contre sa détention. 

Lire aussi

Braquage de la Federal Bank : les déposants ont-ils intérêt à se faire justice eux-mêmes ?

Depuis le début de l'effondrement économique et financier au Liban il y a plus de trois ans, les banques ont imposé à leurs clients des restrictions drastiques sur les retraits en devises et empêché les transferts à l'étranger. Ces mesures ont limité l'accès aux comptes, notamment en dollars, et les accrochages entre des clients en colère voulant retirer leurs économies et des employés qui adhèrent aux instructions de leurs administrations sont devenus plus fréquents. En janvier dernier, un client avait pris en otage des dizaines d’employés et de personnes dans une banque de la Békaa qui refusait de lui verser son argent. L’homme, qui avait finalement obtenu gain de cause, puis s’était rendu aux forces de l’ordre, sans qu’aucune victime ne soit signalée.


Le preneur d'otages de la Federal Bank à Hamra a été libéré mardi, sous caution d'élection de domicile, suite à un ordre du procureur général près la Cour de cassation, le juge Ghassan Oueidate, après que la banque a retiré sa plainte contre Bassam S.H., qui avait retenu jeudi dernier, sous la menace d'une arme, des employés et des clients pour récupérer son épargne. Selon...

commentaires (5)

il faut blâmer le peuple pourris Libanais! ce sont eux qui ont votés et qui votent toujours pour les même voyou! du plus grand sayyed au Plus petit, tous devront payer et les premiers sont le peuple d'ignorants!

Assouad Fady

19 h 01, le 16 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • il faut blâmer le peuple pourris Libanais! ce sont eux qui ont votés et qui votent toujours pour les même voyou! du plus grand sayyed au Plus petit, tous devront payer et les premiers sont le peuple d'ignorants!

    Assouad Fady

    19 h 01, le 16 août 2022

  • Un super bon exemple et surtout encourageant pour obtenir son Droit dans un Etat ou la loi de la jungle triomphe .

    Antoine Sabbagha

    18 h 40, le 16 août 2022

  • Il a été arrêté parce qu'il est tout seul. Je suggère que tous les déposants fondent un parti, qui pourrait s'appeler le "hezblollard" par exemple, accumulent des armes et des missiles, et reprennent leurs droits par la force. (Toute ressemblance avec un parti connu ou existant ne serait que coïncidence fortuite).

    Gros Gnon

    14 h 48, le 16 août 2022

  • LES VOLEURS CRIMINELS CONTINUENT DE VOLER IMPUNIS CE QUI RESTE DES ECONOMIES DES GENS. DANS UN PAYS OU LA JUSTICE N,A PAS BOUGE LE DOIGT CONTRE LES ACCAPAREURS DES ECONOMIES DES GENS... AGRESSES LES GENS ONT LE DROIT DE SE DEFENDRE DE LA MANIERE DONT LEUR DESESPOIR LES POUSSE. LA PRISON EST FAITE POUR LES AGRESSEURS, VOLEURS ET MAFIEUX QUI ONT DEVALISE LES GENS. TOUS CEUX QUI PENSENT AUTREMENT NE SONT PAS DES VICTIMES.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    13 h 59, le 16 août 2022

  • Ramassez les tous et Hop à la case prison!

    Assouad Fady

    13 h 09, le 16 août 2022

Retour en haut