Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Nasrallah : Le Hezbollah n'a rien à voir avec l'arrestation de l'archevêque Moussa el-Hage

"Si le forage de gaz et de pétrole dans le champ de Karish débute en septembre avant que le Liban n'ait obtenu ses droits, nous nous dirigeons vers un problème", met en garde le leader chiite.

Nasrallah : Le Hezbollah n'a rien à voir avec l'arrestation de l'archevêque Moussa el-Hage

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une interview avec la chaîne Al-Mayadeen. Capture d'écran/AFP/Archives

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé lundi soir que son parti "n'a rien à voir" avec la brève arrestation de l'archevêque maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage, sur ordre du commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Fadi Akiki, réputé proche du chef du Parlement, Nabih Berry, allié du parti chiite. Il s'agit de la première réaction du chef du Hezbollah à cette affaire qui fait polémique sur la scène locale.

Revenant en outre sur le tracé de la frontière maritime entre le Liban et Israël, le leader chiite, qui avait dernièrement brandi des menaces de guerre, a tempéré une nouvelle fois ses propos, mettant toutefois en garde contre "un problème si le forage dans le champ de Karish débute en septembre avant que le Liban n'ait obtenu ses droits".  Ce champ, au large duquel est arrivé une plateforme d'extraction gazière il y a plus d'un mois, pourrait se trouver dans une zone contestée par le Liban s'il officialise ses revendications maximalistes, à savoir la ligne 29. Sauf que les autorités officielles se contentent jusque-là de réclamer la ligne 23, en exigeant une déviation de cette courbe pour inclure la totalité du champ de Cana, alors que le tracé originel prévoit une partie de cette zone à Israël. Il n'est toujours pas clair si le champ de Cana renferme du gaz offshore. Quant au Hezbollah, il évite de se prononcer sur les tracés de ligne.

Affaire Mousa el-Hage
"Je dis au peuple libanais, notamment les chrétiens, que le Hezbollah n'a rien à voir avec l'affaire de l'archevêque Moussa el-Hage dans laquelle nous n'interviendrons pas", a assuré le leader chiite dans une première réaction à cette affaire, lors d'une entrevue accordée à la chaîne al-Mayadeen et diffusée lundi soir. "Les présomptions de certains qui pensent que les organes de sécurité libanais travaillent au profit du Hezbollah sont mensongères, calomnieuses et injustes à l'égard de ces services et du Hezbollah", a-t-il ajouté, prenant implicitement la défense du juge Akiki. Lundi, le chef des Forces libanaises Samir Geagea avait qualifié le magistrat de "traître" qui a enfreint la loi.

Interview

Moussa el-Hage à « L’OLJ » : Mon arrestation vise à envoyer un message musclé au patriarche

"Ce qui s'est passé au cours des deux derniers jours à la suite de cette affaire met en danger l'existence de l'État, des institutions et du pouvoir judiciaire", a-t-il prévenu, pointant du doigt une "voie dangereuse". Le leader chiite a également souligné que "transférer de l'argent depuis la Palestine occupée vers le Liban enfreint la loi, quelles qu'en soient les causes".

Mgr Hage avait été interrogé pendant 13 heures par les autorités libanaises lors de son passage il y a huit jours au point de Ras Naqoura, alors qu'il rentrait au Liban en provenance d'Israël en possession d'aides en espèces de quelque 460.000 dollars et en médicaments fournis par des personnes privées de diverses confessions à leurs proches dans un pays en plein effondrement. Dans une interview accordée à L'Orient-Le Jour, l'archevêque a estimé que sa détention visait à envoyer "un message musclé au patriarche" maronite, Béchara Raï, qui entretient des relations houleuses avec le Hezbollah.

Lundi, le directeur de la Sûreté générale Abbas Ibrahim a affirmé avoir appliqué la loi en ordonnant l'arrestation de Moussa el-Hage.

Frontière maritime et "missiles de précision"
Hassan Nasrallah est par ailleurs revenu sur le tracé de la frontière maritime avec Israël. "Si le forage de gaz et de pétrole dans le champ de Karish débute en septembre avant que le Liban n'ait obtenu ses droits, nous nous dirigeons vers un problème", a-t-il mis en garde. "Nous avons fixé un objectif et œuvrons pour y parvenir sans hésitation", a-t-il poursuivi, assurant "avoir recours à tout ce qui permettra de le réaliser". Selon lui, "l'État est incapable de prendre la décision convenable qui protège le Liban et ses richesses". "La résistance se retrouve alors obligée à prendre cette décision", a-t-il estimé.  "Nous sommes à même de dissuader l'ennemi et frapper des cibles dans n'importe quel endroit au large d'Israël", a-t-il assuré. Il a également affirmé qu'il "n'existe aucune cible israélienne en mer ou sur terre que les missiles de précision de la résistance ne peuvent atteindre".

Lire aussi

Après la frontière maritime, le retour de la 1559 ?

"Si nous nous dirigeons vers une guerre, les Libanais doivent avoir confiance dans la résistance qui pourra imposer la volonté du Liban sur l'ennemi", a ajouté le chef chiite. Et de poursuivre : "Si la guerre éclate entre le Liban et Israël, on ne sait pas si le conflit restera bilatéral. Il est possible et très probable que d'autres forces interviennent", a prévenu Hassan Nasrallah.

Mardi, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a estimé que le chef du Hezbollah "entrave l'obtention d'une solution" dans ce litige, assurant toutefois espérer que "la situation ne dégénérera pas en guerre". Plusieurs responsables libanais ont, dans ce contexte, annoncé que l'émissaire américain chargé des négociations indirectes entre le Liban et Israël au sujet du tracé de leur frontière maritime, Amos Hochstein, est attendu à Beyrouth dans les prochains jours, même si Washington n'a toujours pas confirmé ce déplacement.

Présidentielle et fuel iranien

S'exprimant au sujet de la présidentielle à deux mois de la fin du mandat de son allié chrétien, le président Michel Aoun, le chef du Hezbollah a assuré que son parti "n'a pas encore commencé à discuter des noms des candidats". "Nous sommes concernés par un dialogue avec le Courant patriotique libre (CPL) et le Courant des Marada, puis avec nos amis, avant d'effectuer un dialogue interne", a-t-il indiqué. Commentant le mandat de M. Aoun, le leader chiite a estimé que ce dernier était "un homme fort qui n'a pas faibli", alors que le mandat de ce dernier est qualifié de catastrophique par ses détracteurs.

Lire aussi

À quel prix Bassil appuierait-il la candidature de Frangié ?

Le chef du Hezbollah a par ailleurs assuré être prêt à acheminer du "fuel iranien vers les centrales électriques au Liban gratuitement, si le gouvernement donne son feu vert", déplorant toutefois "l'absence d'audace politique" pour approuver une telle mesure, par crainte de sanctions américaines. Le parti pro-iranien avait déjà importé du fuel iranien fin 2021, alors que la crise et les pénuries de carburants avaient atteint leur summum dans un pays en plein effondrement depuis 2019.


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé lundi soir que son parti "n'a rien à voir" avec la brève arrestation de l'archevêque maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage, sur ordre du commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Fadi Akiki, réputé proche du chef du Parlement, Nabih Berry, allié du parti chiite. Il s'agit de la première...

commentaires (20)

Ya haram! Il n'a rien à voir avec l'arrestation de l'archevêque! Nous le croyons aveuglément. Quelle couleuvre.

Georges S.

00 h 03, le 28 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Ya haram! Il n'a rien à voir avec l'arrestation de l'archevêque! Nous le croyons aveuglément. Quelle couleuvre.

    Georges S.

    00 h 03, le 28 juillet 2022

  • Tel le Serpent constricteur, le Hezbollah étouffe sa proie : le Liban

    Jacques Dupé

    19 h 12, le 27 juillet 2022

  • noblesse oblige ! qui oserait accuser nasroullah d'intervenir ou que ce soit dans les "affaires" de l'etat hein dites ? mais aussi, n'est pas sympa de nous prevenir qu'une guerre avec israel serait CATASTROPHIQUE ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 30, le 27 juillet 2022

  • Peu importe tout ce qu’il raconte comme bobards. Tous les libanais libres de leurs décisions ne veulent plus de lui et de ses armes qui ne sont là que pour semer la terreur. C’est clair, net et précis. Ou bien le Hezbollah devient un parti libanais ou bien on l’exportera vers Téhéran comme d’autres ont été exportés jadis vers Tunis

    Liberté de penser et d’écrire

    07 h 49, le 27 juillet 2022

  • Le maître illusionniste has spoken min jdid... car, bien sûr, il y en a qui croient à ce qu'il raadote... tous des adeptes du hashish bekaaiote, et nous suffoquons de leur fumée

    Wlek Sanferlou

    21 h 21, le 26 juillet 2022

  • Mais quel marionnette celui-là. « Denial mode » avec un peu beaucoup d’hypocrisie on finira les champions de monde de ….

    Rami Zok

    21 h 05, le 26 juillet 2022

  • LES CHIENS NE FONT PAS DES CHATS . POURTANT, COMME TOUJOURS DANS NOTRE BEAU LIBAN, EX-SUISSE , NOS REQUINS VEULENT TUER LEUR FILS PARCE QU’ILS SONT DES POISSONS ROUGES…

    aliosha

    20 h 28, le 26 juillet 2022

  • Son nez a déjà fait le tour de la terre combien de milliers de fois ????

    Remy Martin

    20 h 13, le 26 juillet 2022

  • Bens voyons ...et Le Hezbollah PROTÈGE le peuple Libanais...il le protège tellement qu'il nous asphyxie lentement mais sûrement

    Emile G

    18 h 29, le 26 juillet 2022

  • Mais c'est évident, depuis son existence, le Hezbollah, ses chefs, membres et associés divers ne mentent jamais, n'ont qu'un but: le bien-être du peuple libanais ! Ils sont donc tous des candidats gagnants pour le paradis réservé aux bienfaiteurs patentés divinement comme eux ! - Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 13, le 26 juillet 2022

  • Un jour "prouvez-nous qu'il y a un état, et nous rendrons les armes". Maintenant, son discours est : " Cet incident met en danger l'existence de l'État". Nasnoussy, va falloir, vous branchez, ou il y a un état ou il n'y en a pas. Si l'état n'est pas capable de prendre les "bonnes" décisions, c'est à la résistance 0.5 ohm de le faire... Je vous dis cet homme est bipolaire ou bien, il a tellement dit de mensonges que même ses plus proches collaborateurs ne savent plus quoi lui conseiller pour répondre... Cet homme est Pathétique !

    Marwan Takchi

    16 h 31, le 26 juillet 2022

  • De tout temps de son existence le hezb et son patron font des bêtises et projettent et accusent autrui de ce que eux même font .. comme si le hezb a tous les droits mais les autres n’ont aucun droit

    Bery tus

    15 h 35, le 26 juillet 2022

  • « Transférer de l’argent depuis la Palestine occupée vers le Liban enfreint la loi »…C’est sidérant d’absurdité et d’hypocrisie de la part de cet individu qui a enfreint toutes les lois et la constitution libanaise depuis belle lurette…encore pire: « ce qui s’est passé à la suite de cette affaire met en danger l’existence de l’état, des institutions et du pouvoir judiciaire »,non mais, qui parle! ce monsieur a un bagout monstrueux et il prend les gens pour des imbéciles…mais le hic dans l’histoire c’est qu’il est convaincu d’avoir la vérité absolue, d’inspiration divine en surplus et il serait carrément inutile de raisonner avec lui, de négocier ou de trouver un terrain commun: Monseigneur Rai en sait quelque chose! Malheureusement, ça finira très mal pour le pays s’il n’y a aucun moyen pour le contrecarrer et de contrer son pouvoir de nuisance.

    Saliba Nouhad

    15 h 13, le 26 juillet 2022

  • Hassan Nasrallah a encore raison sur toute la ligne : la réussite du mandat de Michel Aoun, son engagement pour qu'un de ses alliés soit président (de la république, du syndic de tous les immeubles et puis des fédérations sportives si possible), sa prudence à l'égard des manœuvres israéliennes et puis sa neutralité dans l'histoire de l'évêque. C'est un homme est un génie qui confronte sur les plateaux ses adversaires et qui s'intéresse à tous les sujets qui ont un véritable intérêt au quotidien pour tous les Libanais. J'espère qu'il pourra trouver l'autonomie nécessaire pour continuer à redresser le pays, à combattre la corruption et à planter son drapeau symbole de paix aux couleurs du Liban dans toutes les régions qui se veulent libres

    Georges Olivier

    14 h 45, le 26 juillet 2022

  • le Liban recoit chaque annee $30million de Palestine, qu'on ferme ce robinet alors

    Elementaire

    14 h 34, le 26 juillet 2022

  • Il existera encore des imbéciles pour croire et gober toutes les couleuvres que ce traître essaye de nous vendre. La seul chose a laquelle nous pouvons lui lui faire confiance, les yeux fermés et les doigt dans le nez, c'est de bien enfoncer le Liban dans la mouise. Il excelle dans cette matière. L’humanité lui doit plusieurs prix Nobel puisqu'il a réussi a transformer la livre Libanaise en merde et le pays de "Suisse de l'Orient" a l'enfer d'aujourd'hui.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    14 h 03, le 26 juillet 2022

  • Il ment comme il respire. Je pense à ces pauvres gens qui continuent à croire qu’il est leur sauveur. Attendons voir s’il va pouvoir leur rendre les milliards que les banques ont volé aux chiites d’Afrique. Berry et lui les tiennent de cette façon. Mais jusqu’à quand?

    Achkar Carlos

    13 h 46, le 26 juillet 2022

  • Et le Hezbollah n' a rien a voir avec l' assassinat de Hariri...

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 21, le 26 juillet 2022

  • On sent que leur champs de nuisance se rétrécit.

    Christine KHALIL

    12 h 53, le 26 juillet 2022

  • Mensonges et double langage caracterisent le Hezb. Pour faire passer ses exigences, il se cache derriere ses divers suppletifs, Amal, CPL, Marada, Mikati et autres... Ca ne trompe plus persone !

    Michel Trad

    11 h 45, le 26 juillet 2022

Retour en haut