Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Frangié dénonce une "cinquième colonne" derrière l'arrestation du vicaire patriarcal Mgr Hage

"Je ne me suis jamais porté candidat à la présidence, mais mon nom est sur la table", affirme le leader maronite, qui nie toute rencontre avec Gebran Bassil.

Frangié dénonce une

Le chef des Marada Sleiman Frangié (g) s'entretenant avec le patriarche maronite Béchara Raï à Dimane, le 21 juillet 2022. Photo Twitter/@sleimanfrangieh

"Une cinquième colonne est derrière l'arrestation de l'archevêque" Moussa el-Hage, a accusé jeudi le chef des Marada, Sleiman Frangié, au sujet de l'affaire du vicaire patriarcal maronite, archevêque de Haïfa et Jérusalem, qui a été arrêté et détenu pendant huit heures au point frontalier de Ras Naqoura, réservé aux religieux et au corps diplomatique, entre le Liban et Israël, avant d'être convoqué par le tribunal militaire à Beyrouth.

Le leader maronite de Zghorta a tenu ces propos à Dimane, siège estival du patriarcat maronite libanais, où il a rencontré le patriarche Béchara Raï. La veille, le patriarcat avait exprimé son indignation suite à cet incident inédit, dénonçant les circonstances "urgentes et graves" de celui-ci et sommant l’État libanais de mettre fin "à la farce sécuritaire, judiciaire et politique". Le Conseil restreint permanent de l’Église maronite a également réclamé le limogeage du commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire, Fadi Akiki, qui est à l'origine du mandat d'arrêt sur la base duquel le véhicule transportant l'archevêque a été intercepté.

Le tandem chiite pointé du doigt
Dans son commentaire, Sleiman Frangié ne s'est pas contenté d'évoquer une cinquième colonne, mais il a également affirmé que "les juges sont politisés alors qu'ils devraient rester honnêtes et se tenir à distance du reste du monde". "Les magistrats doivent faire preuve de sagesse dans leur traitement des affaires, et c'est selon moi le tandem chiite qui est le plus affecté par le dossier concernant Fadi Akiki", a-t-il estimé, alors que, d'une part, le juge Akiki a épousé une nièce du chef du mouvement chiite Amal, Nabih Berry, et accréditant ainsi, d'autre part, l'hypothèse selon laquelle l'arrestation de Mgr Hage serait un message adressé par le Hezbollah au chef de l'Église maronite Béchara Raï, qui multiplie les critiques contre le parti chiite pro-iranien.

Lire aussi

Bkerké somme l’État de mettre fin à « la farce sécuritaire, judiciaire et politique »

"Je suis pour la neutralisation des armes" du Hezbollah, a en outre affirmé le chef des Marada. "Nous devons être objectifs, et le sujet des armes de la Résistance (nom que se donne le Hezbollah, ndlr) est régional, international et local, et toutes les surenchères à ce sujet mènent à la haine", a-t-il poursuivi, semblant ainsi vouloir ménager le parti de Hassan Nasrallah. Sans solution internationale, régionale et locale, "ce problème ne sera pas réglé", a-t-il insisté au sujet de l'arsenal du parti chiite.

"Mon nom est sur la table"

"Je ne me suis jamais porté candidat à la présidence, mais mon nom est proposé", a par ailleurs affirmé M. Frangié. "Je suis ouvert, mais je garde ma position politique. Qui pense que celui qui ne complote pas contre ses alliés prend ses ordres de chez eux ?", a-t-il ajouté dans une allusion à ses relations avec le Hezbollah, dont il critique l'arsenal illégal mais qu'il tente de ménager politiquement, puisque les députés de la formation chiite pourraient potentiellement contribuer à son accession à la magistrature suprême.

"Depuis l'élection du patriarche Raï, nous n'avons eu aucun désaccord et n'en aurons jamais aucun. Notre relation a toujours été excellente et le restera", a également affirmé le chef des Marada suite à son entretien avec le chef de l'Église maronite. Ce dernier brosse régulièrement le portrait du président idéal à ses yeux, invoquant le principe de "neutralité" du Liban.

'Je n'ai pas rencontré Gebran Bassil et n'ai aucun lien direct avec lui, mais je n'ai pas non plus de problème avec lui", a également déclaré le leader zghortiote. "Je savais que le député Khazen (proche des Marada, ndlr) l'a rencontré, mais ce n'était pas à ma demande, et nous soutenons l'idée de former un gouvernement au plus vite", a-t-il poursuivi.

MM. Frangié et Bassil sont deux candidats présumés à la présidentielle. Ordinairement opposés sur la scène politique, et a fortiori depuis l'accession de Michel Aoun, fondateur du Courant patriotique libre que dirige Gebran Bassil, à Baabda face à Sleiman Frangié, les deux hommes semblent toutefois opérer un rapprochement depuis les législatives de mai. En avril dernier, le chef du Hezbollah les avait invités à un iftar.

Le mandat de M. Aoun prend fin en octobre prochain, et le délai constitutionnel pour l'élection de son successeur débute le 1er septembre. Les tractations vont donc bon train entre les différentes formations politiques pour préparer cette échéance.

Lire aussi

À quel prix Bassil appuierait-il la candidature de Frangié ?

De son côté, le leader druze du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a commenté l'affaire de Mgr Hage, estimant dans un tweet que "quelles que soient les circonstances derrière l'arrestation de l'évêque, une résolution calme est préférable à ce vacarme. Le respect des institutions dans cette situation difficile doit passer au-dessus de toute autre considération", a-t-il écrit jeudi. "D'un autre côté, nous refusons l'exploitation israélienne des hommes du clergé, afin de faire rentrer illégalement de l'argent à des fins politiques", a-t-il ajouté, alors que cette question a suscité un tollé d'un côté, et que, d'un autre côté, certaines voix estiment que l'archevêque Hage fait preuve de "félonie" en transférant des fonds au Liban à partir d'Israël, même s'il s'agit d'une aide humanitaire de personnes privées à leurs proches dans un pays en plein effondrement.


"Une cinquième colonne est derrière l'arrestation de l'archevêque" Moussa el-Hage, a accusé jeudi le chef des Marada, Sleiman Frangié, au sujet de l'affaire du vicaire patriarcal maronite, archevêque de Haïfa et Jérusalem, qui a été arrêté et détenu pendant huit heures au point frontalier de Ras Naqoura, réservé aux religieux et au corps diplomatique, entre le Liban et...

commentaires (18)

Si je comprend bien, M.Franjieh accuse le patron de la SG, le juge Akiki et son parent et protecteur Nabih Berry ainsi que la justice militaire, de faire partie de la cinquieme colonne ????? Clairvoyant le gars !

Michel Trad

21 h 30, le 22 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Si je comprend bien, M.Franjieh accuse le patron de la SG, le juge Akiki et son parent et protecteur Nabih Berry ainsi que la justice militaire, de faire partie de la cinquieme colonne ????? Clairvoyant le gars !

    Michel Trad

    21 h 30, le 22 juillet 2022

  • La cinquième colonne jaune et iranienne qui a mis la main sur le pays, facilitée par une opposition éclatée et rongée par les luttes de clans et d’égo de chefs de partis boutiquiers qui ont oublié la cause nationale.

    Salamé Bassam

    13 h 05, le 22 juillet 2022

  • Pour gouverner au Liban il faut etre nul et incompétent. Notre candidat national a brillemment réussi le test. Presque aussi bon que l’incollable gendre. A quand le grand coup de balai ,?!

    Goraieb Nada

    09 h 30, le 22 juillet 2022

  • La cinquième colonne pur produit folklorique du Liban ...

    Zeidan

    09 h 00, le 22 juillet 2022

  • Nous n'allons pas disputer le fait qu'il veuille ou pas devenir Président, je n'ai pas rencontrer encore un seul Maronite qui fait de la politique qui n'y aspire pas. Il crève pour le devenir d'ou la reconnaissance officielle, de sa part, que son allié, le Hezbollah, est la cinquième colonne qui mine le paysage politique du pays, pour paraître soucieux des intérêts du pays, alors qu'il l'a trahi depuis belle lurette avec les Syriens et par après les Iraniens. Il essaye de caresser la bête dans le sens du poil. Chez les membres du 8 Mars, trahison et déception sont monnaie courante.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    08 h 59, le 22 juillet 2022

  • « Pour la neutralisation des armes du Hezbollah mais le problème dépasse le Liban donc le Liban ne peut rien faire tout seul là dessus. » Frangié rejoint tout à fait la langue de bois Aoun-Hariri pour justifier leur inaction. Le problème est que cette langue de bois est devenue une opinion dominante dans la société. On s’y habitue en entendant à longueur de journée des hommes politiques qui critiquent le Hezbollah mais en voyant que personne ne fait rien contre lui, et donc on en conclue que si personne ne fait rien c’est parce-que personne ne peut rien y faire. Alors qu’il aurait suffit dès juin 2005 que Hariri et Joumblatt qui avaient la majorité au parlement rejoignent la position des Forces Libanaises et des autres vrais patriotes et forment un gouvernement sans le Hezbollah du moins tant qu’il conserve ses armes au-dessus de l’autorité de l’état, et le sujet aurait été enterré depuis longtemps. Que Frangié commence à parler comme Aoun et Hariri (Miqati maintenant), c’est bien un signe supplémentaire qu’il s’apprête à rejoindre le pouvoir de façade aux côtés de ces marionnettes.

    Citoyen libanais

    08 h 28, le 22 juillet 2022

  • Si tout ça n'est pas un discours électoral, c'est bien imité!

    Yves Prevost

    06 h 42, le 22 juillet 2022

  • The statement of Mr. Frangieh is proof that he doesn’t deserve to become the next President. If the political elite class had implemented universal healthcare and didn’t confiscate and dilapidate people’s deposits, they would not need their families in the occupied Palestinian territories to send them money and medicines. The behavior of judge Akiki is callous, tone deaf, and unacceptable.

    Mireille Kang

    06 h 17, le 22 juillet 2022

  • Cinquième colonne on a l’impression de revenir aux années 74/75!a l’époque du grand père de ce monsieur !

    Bersuder Jean-Louis

    00 h 46, le 22 juillet 2022

  • Quelles sont les compétences de Monsieur Frangieh pour accéder à la présidence de la république ? Nous aurait il caché son diplôme de Sciences Po ou ses cours à l’ENA ou son Brevet Libanais avec mention passable ???

    Liberté de penser et d’écrire

    20 h 56, le 21 juillet 2022

  • Ca me lui servira à rien de brosser le poil à Bkerké ! On sait comment il a traité feu le Patriarche Sfeir…

    LeRougeEtLeNoir

    20 h 48, le 21 juillet 2022

  • Ce qui me fascine chez ce type c’est sa propension à dire une chose et son contraire dans la même phrase, de façon systématique et quasi continue. Wow! Ça c’est de la politique de haut niveau. Plus haut que le "on ne m’a pas laissé faire" de son rival en tout cas…

    Gros Gnon

    20 h 35, le 21 juillet 2022

  • Frangié a sans doute eu des explications concernant l'affaire de l'évêque, pour cela, il fait allusion à une dénonciation qui aurait devancé l'évêque avant son arrivée à Naqoura, révélant les sommes qu'il acheminait avec lui. A suivre.

    Esber

    20 h 09, le 21 juillet 2022

  • Indignation et dégoût envers cette racaille qui gouverne notre pays depuis plus de 20 ans. Un tel incident ne doit jamais arriver à un religieux, quelle que soit sa confession, dans un pays comme le nôtre, où tout repose sur l'appartenance religieuse depuis plus de 200 ans.

    Honneur et Patrie

    19 h 43, le 21 juillet 2022

  • Une cinquième roue de carrosse oui, elle est représentée par ce Akiki qui n’a plus besoin d’être présenté, étant le mari de la nièce de la deuxième roue et l’autre barbu qui représente la troisième quand à la première ça n’est autre que le président fantoche, fort de sa complicité pour céder a tous les caprices de ces vendus pour obtenir leur grâce quant à la candidature de son faux fils. Voilà tout. Il manquait une quatrième qui n’est autre que celui qui lance l’idée du complot et la présence d’une cinquième colonne pour ne pas fâcher les vendus avant les élections. Nous voilà comblés avec ces traitres qui vont jusqu’à dénigrer leur communauté et ses représentants en acceptant qu’ils soient humiliés, uniquement pour un foutu fauteuil qu’ils n’occuperont que par hologramme puisque soumis et asservis.

    Sissi zayyat

    18 h 46, le 21 juillet 2022

  • ""MM. Frangié et Bassil sont deux candidats présumés à la présidentielle". Et qui entretient cette présomption, car à lire les commentaires d’une certaine presse, on dirait qu’il est presque élu le candidat "naturel", le zaïm zghortiote. Plus clair que ça : ""Je ne me suis jamais porté candidat à la présidence, mais mon nom est proposé"", c’est qu’il s’est rangé du côté de son cher Patriarche ? Abandonnant l’option de soutien du Hezb. Il est temps de tourner la page de tous ces candidats et vivement "place aux jeunes", à la génération d’après-guerre.

    Nabil

    18 h 39, le 21 juillet 2022

  • Joumblat, comme d'habitude, parle pour ne rien dire. La moitié de l'argent en possession de l'évêque, est destinée à des druzes, avec des noms et des sommes. Le juge Akiki, s'est rétracté, et nie avoir convoqué... Qui croire, lui ou le directeur Ibrahim ?

    Esber

    18 h 17, le 21 juillet 2022

  • Joumblat, comme d'habitude, parle pour ne

    Esber

    18 h 10, le 21 juillet 2022

Retour en haut