Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

À la BDL, Ghada Aoun revient à la charge... en vain

La descente de la procureure a suscité la colère des employés et une réplique acerbe de Nagib Mikati qui l’a qualifiée de « perquisition-spectacle »... mais Riad Salamé est resté introuvable.

À la BDL, Ghada Aoun revient à la charge... en vain

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, le 23 novembre 2021, lors d'une interview avec Reuters à Beyrouth. Photo Reuters/Mohamed Azakir

L’ambiance était chaotique mardi devant le siège de la Banque du Liban à Beyrouth. La procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, est revenue à la charge contre le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, qui refuse de se présenter devant la justice, dans le cadre d’enquêtes portant sur des soupçons de corruption qui le visent. Une descente ultramédiatisée, comme d’habitude, qui lui a valu une remarque acerbe du Premier ministre Nagib Mikati, la qualifiant de « perquisition-spectacle », et appelant à un « accord politique pour désigner un nouveau gouverneur ».

Les propos de M. Mikati confèrent une dimension politique à l’affaire, la juge étant réputée proche du Courant patriotique libre, qui demande régulièrement le remplacement de Salamé. Dans tous les cas, la descente de la juge Aoun, escortée par des agents de la Sécurité de l’État, institution elle-même chapeautée par un proche de Baabda, n’a pas abouti à la localisation de M. Salamé, mais a provoqué en revanche la colère des employés de l’institution, qui ont décrété une grève en signe de protestation.


Lire aussi

Salaires des juges réévalués : mesure financée par la magistrature ou « pots-de-vin » de la BDL ?

Dans la matinée, des agents de la Sécurité de l’État s’étaient d’abord rendus à la villa de M. Salamé à Rabié, dans le Metn, où le gouverneur était introuvable. Quand ils se sont déplacés au siège de la BDL à Hamra, ils ont été empêchés d’y entrer par le juge Raja Hammouche, avocat général près la cour d’appel de Beyrouth.

« Pas une descente-spectacle »

Contactée par L’Orient-Le Jour, la juge Aoun a expliqué qu’elle a mené cette perquisition en vertu d’un nouveau mandat de recherche qu’elle a délivré contre M. Salamé en juin pour soupçon de manipulation des écritures du budget de la Banque du Liban. Le mandat en question expire dans un délai d’un mois et ce crime est passible d’une peine de trois ans de prison. « C’est pour cela que j’ai effectué la perquisition aujourd’hui. Ce n’était pas une descente-spectacle. Comme je suis la procureure près la cour d’appel du Mont-Liban et que le siège de la BDL se trouve à Beyrouth, le parquet de cassation a été notifié afin que l’on obtienne son autorisation », souligne-t-elle. « Je suis entrée dans les locaux de la BDL car nous avions été informés que le gouverneur s’y trouvait. J’ai ensuite reçu un coup de fil du juge Hammouche pour me demander d’évacuer les lieux. »

Moins d’une heure après son arrivée, la juge Ghada Aoun est donc sortie du bâtiment, sans avoir pu localiser Riad Salamé.

Mikati appelle à un accord politique

Réagissant à la perquisition de la juge Aoun, le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, connu pour son opposition à un limogeage sec du gouverneur, a dénoncé « une perquisition-spectacle qui n’est pas la solution convenable pour traiter l’affaire Salamé ». Il a affirmé que ce genre de mesures « menace la stabilité du pays et peut avoir des conséquences insupportables ». « Il faut que cette affaire soit traitée après la conclusion d’un accord politique pour désigner un nouveau gouverneur de la BDL, afin que l’enquête judiciaire puisse se poursuivre », a-t-il ajouté.Riad Salamé, 71 ans et aux commandes de la BDL depuis 1993, est déjà visé par une assignation à comparaître en justice délivrée par la juge Aoun en février dernier. Il est également interdit de voyager et ses biens immobiliers ont été gelés, dans le cadre d’affaires sur des soupçons de fraude durant son mandat. Il faisait aussi l’objet d’un mandat de recherche lancé en avril dernier par Mme Aoun, dans le cadre d’une enquête sur des prêts subventionnés de la BDL avant la crise économique au Liban en 2019, à hauteur de huit milliards de dollars, mais il avait toujours refusé de comparaître devant la magistrate. De plus, ce n’est pas la première fois que ce genre de descente a lieu, une perquisition du domicile de M. Salamé à Rabieh ayant été menée le 22 juin dernier, toujours en présence de Mme Aoun.

Lire aussi

Pourquoi la position de Riad Salamé sur le secret bancaire interpelle

Trois jours de grève à la BDL

Quelques minutes après que la juge Aoun a quitté les lieux, le président du syndicat des employés de la banque centrale, Abbas Awada, a critiqué la descente de la procureure et annoncé une grève du personnel de la BDL. « Nous refusons que l’on traite avec nous avec des méthodes miliciennes et nous proclamons la grève », a-t-il lancé, la voix tremblante de colère, devant les médias. « Nous ne défendons pas Riad Salamé mais cette institution, et nous n’acceptons pas ces méthodes ». Il a ajouté que les employés ont arrêté le travail dès mardi et que le conseil d’administration du syndicat se réunira pour définir l’étendue de la grève, « en vue de demander aux juges d’agir en réponse aux agissements de Ghada Aoun ».

Dans un communiqué publié par le syndicat mardi après-midi, les employés de la BDL ont annoncé une grève de trois jours, à partir de mercredi, et menacé de « grève ouverte » si les autorités « ne mettent pas un terme aux agissements de la juge Ghada Aoun ».

Le patron de la BDL est considéré par une partie des Libanais comme l’un des responsables de la crise économique et financière dans laquelle s’enfonce le Liban depuis 2019. En outre, des enquêtes sur son patrimoine au Liban sont en cours. D’autres investigations le visant se poursuivent dans au moins cinq États européens (Allemagne, Belgique, France, Luxembourg et Monaco). 


L’ambiance était chaotique mardi devant le siège de la Banque du Liban à Beyrouth. La procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, est revenue à la charge contre le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, qui refuse de se présenter devant la justice, dans le cadre d’enquêtes portant sur des soupçons de corruption qui le visent. Une descente ultramédiatisée,...

commentaires (14)

La seule chose que le pourrait reprocher à Ghada Aoun c' est sa selectivite... Mais , il y a long a dire sur le dossier du sieur Salame et de son protecteur... Suivez mon regard..

LeRougeEtLeNoir

09 h 36, le 20 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • La seule chose que le pourrait reprocher à Ghada Aoun c' est sa selectivite... Mais , il y a long a dire sur le dossier du sieur Salame et de son protecteur... Suivez mon regard..

    LeRougeEtLeNoir

    09 h 36, le 20 juillet 2022

  • Les voleurs seront jugés plus tard....quand le Liban aura des tribunaux....pour le moment il faut regarder vers le futur...comment sauver le Liban ? ...

    Christian Zakhia

    08 h 42, le 20 juillet 2022

  • Nous avons le Festival de Baalbek, le Festival de Beit Eddine, et, nouveauté de cet été 2022, le Festival Itinérant Juridique organisé avec brio par la juge Ghada Aoun. - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 02, le 20 juillet 2022

  • Monsieur Riad Salame est un citoyen libanais comme les autres. Presque !!!. Sauf qu’il est protégé par ses semblables corrompus. Vraiment quelle blague !! Introuvable ??? Le Liban est un pays de ….

    Elias

    20 h 15, le 19 juillet 2022

  • D'où le nom: Syndicat du crime.

    Mansour Souheil

    20 h 08, le 19 juillet 2022

  • C'est quoi ce syndicat qui se croit au dessus des Lois ? Et qui DE PLUS se payent des salaires sur le dos des DÉPOSANTS, il faudrait poursivre ces employés INUTILES pour détournement de fonds, insubordination, MENACES contre le Peuple. Le long escroc continue à vouloir couvrir son trésorier, si il voulait vraiment le changer, QU'IL PROPOSE PUBLIQUEMENT DES NOMS.

    Eid Nasser

    18 h 27, le 19 juillet 2022

  • Une mascarade de plus pour amuser la galerie. Ils veulent nous faire croire qu’il est insaisissable comme si la justice officielle ne pouvait l’arrêter si elle le voulait vraiment. Personne ne veut l’avoir comme ennemi puisqu’il a des dossiers sur un tous, d’où tout ce cinéma ridicule et pathétique.

    Sissi zayyat

    18 h 03, le 19 juillet 2022

  • Hèhèhè... Ghada cherche Riyad mais trouve pas... le malin est caché derrière une pile de livres libanaises équivalente à 5 dollars...?

    Wlek Sanferlou

    17 h 57, le 19 juillet 2022

  • Bien sûr plusieurs le soutientnent car il a fait fuir leur argent à l’étranger !

    Amal E Sayegh

    17 h 56, le 19 juillet 2022

  • Pourquoi il a peur s’il est clean ?

    Eleni Caridopoulou

    17 h 33, le 19 juillet 2022

  • Comme d'habitude, le syndicat des voyous à l'oeuvre

    JPA

    16 h 46, le 19 juillet 2022

  • UN ADAGE DIT QUE LORSQUE LE BLOODHOUND EST LACHE SUR LA VOIE DE LA VICTIME IL NE S,ARRETE QU,A L,HALLALI...

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    16 h 29, le 19 juillet 2022

  • Drole de Justice pour un pays qui manque de serieux

    Antoine Sabbagha

    16 h 05, le 19 juillet 2022

  • Mikati est le prochain !

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 16, le 19 juillet 2022

Retour en haut