Rechercher
Rechercher

Environnement - Environnement

Nouveaux incendies à Roumieh et à travers tout le Liban

Treize collectifs appellent le gouvernement à "agir immédiatement" pour éteindre l'incendie au port de Beyrouth.

Nouveaux incendies à Roumieh et à travers tout le Liban

Un membre de la Défense civile luttant contre un incendie à Damour, au sud de Beyrouth, le 12 juillet 2022. Photo @CivilDefenseLB

De Tyr à Roumieh en passant par Damour et les forêts de Aley : la matinée de mardi a été marquée par plusieurs incendies dans différentes régions du Liban, alors que les autorités avaient mis en garde dès vendredi dernier contre les risques accrus d'incendie en pleine saison sèche.

Ces feux de forêt ont pris, ou repris comme à Roumieh, dans le Metn, tandis qu'un incendie était encore observé lundi soir sur le lieu de la double explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Les silos de ce lieu hautement symbolique ont pris feu à plusieurs reprises depuis la semaine dernière, suscitant la colère de familles de victimes qui appellent le gouvernement à stopper ces incendies.

À Roumieh, dans le Metn, plusieurs feux se sont déclarés mardi matin près de l'autoroute, dans des zones forestières difficiles d'accès. La Défense civile libanaise a indiqué que les incendies ont démarré "dans des endroits différents, distincts du feu éteint la veille" ; lundi, un incendie dont l'origine est probablement criminelle avait effectivement touché cette zone, nécessitant de longues heures de mobilisation de la Défense civile et de plusieurs hélicoptères de l'armée.


Ce mardi matin, des renforts ont été envoyés par sept centres différents de la Défense civile afin de contenir les flammes dans la zone forestière qui longe l'autoroute dite "rapide" du Metn, en raison de la difficulté du terrain.

Dans le sud du pays, à Tyr, ce sont des herbes sauvages qui ont pris feu, et les effectifs de la Défense civile ont maîtrisé ce feu dans la matinée, vers 9h30. Dans le Chouf, un incendie a ravagé un champ dans la localité de Damour, avant d'être maîtrisé. À Aley, ce sont des arbres et des zones forestières qui ont été touchés.

"Les responsables ne font rien"

Il n'y a pas que dans les espaces verts que le feu a frappé : lundi soir, pour la deuxième fois en moins d'une semaine, un incendie s'est déclaré au port de Beyrouth, théâtre de l'effroyable explosion du 4 août 2020 qui a fauché plus de 220 vies et blessé plus de 6.500 personnes, où les silos à blé déjà gravement endommagés par la déflagration ont pris feu, alors qu'une fumée jaunâtre s'en dégageait depuis quelques jours.

Pour mémoire

Si les silos de Beyrouth pouvaient parler...

"Les responsables ne font absolument rien et ne prennent aucune mesure pour éteindre ce feu et enquêter sur ses causes", ont dénoncé treize organisations réclamant la protection des silos dans une déclaration commune. Ce rassemblement, qui se nomme "Le témoin silencieux", une référence aux silos, considérés comme lieu de mémoire de l'explosion, comporte notamment des organisations de proches de victimes du drame, des familles des pompiers morts lors de leur intervention le 4 août 2020, ou encore des organisations syndicales.

Rappelant que de tels incendies peuvent nuire à la santé des riverains, le collectif "impute au gouvernement d'expédition des affaires courantes la responsabilité de ce feu continuel et de ses dégâts", et appelle les responsables à "agir immédiatement pour l'éteindre". Les autorités souhaitent démolir les silos, affirmant que selon plusieurs études, la structure menace de s’effondrer à tout moment. Toutefois, les proches des plus de 220 morts s’opposent à une telle destruction, estimant que les autorités cherchent à détruire des preuves, alors que l’enquête est bloquée depuis des mois en raison d’ingérences politiques de tous bords.


De Tyr à Roumieh en passant par Damour et les forêts de Aley : la matinée de mardi a été marquée par plusieurs incendies dans différentes régions du Liban, alors que les autorités avaient mis en garde dès vendredi dernier contre les risques accrus d'incendie en pleine saison sèche. Ces feux de forêt ont pris, ou repris comme à Roumieh, dans le Metn, tandis qu'un incendie était...

commentaires (5)

Les incendiaires n'en ont cure. A peine l'incendie criminel de Roumieh est-il eteint qu'ils le rallument. Leur impudence ne peut etre que le fruit de leur impunite. Allez plutot chercher du cote de leurs protecteurs a qui le crime profite !

Michel Trad

21 h 47, le 12 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Les incendiaires n'en ont cure. A peine l'incendie criminel de Roumieh est-il eteint qu'ils le rallument. Leur impudence ne peut etre que le fruit de leur impunite. Allez plutot chercher du cote de leurs protecteurs a qui le crime profite !

    Michel Trad

    21 h 47, le 12 juillet 2022

  • On ne peut pas faire appel à des pyromanes pour éteindre des incendies qui les font kiffer et jubiler. N’oublions pas que nos gouvernants sont là pour nous étouffer de toutes les façons possibles avec ou sans fumé.

    Sissi zayyat

    17 h 09, le 12 juillet 2022

  • Agir immédiatement...ils n'ont rien foutu pendant 3ans alors que le peuple et le pays crevaient...ils vont agir maintenant ???

    Emile G

    16 h 59, le 12 juillet 2022

  • Si le feu continue, il est possible que la chaleur hâte la chute de ce qui reste de la structure affaiblie des silos. Sans compter la toxicité de la fumée qui se dégage de la combustion des résidus.

    Esber

    16 h 17, le 12 juillet 2022

  • "...les responsables ne font rien..." Comment ose-t-on affirmer un tel mensonge ? Ces "responsables" sont occupés jour et nuit pour nous fournir l'électricité, l'eau, à poursuivre les assassins, les voleurs qui n'hésitent pas à s'enrichir sur notre dos de toutes les façons imaginables. Alors pour eux, pas le temps de s'inquiéter de deux ou trois petits incendies insignifiants par ci, par là...n'est-ce pas ?!?!? - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 08, le 12 juillet 2022

Retour en haut