Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Semaine de la mode

De jeunes marques ouvrent les défilés pour homme à Paris

Les défilés de jeunes marques ont ouvert hier mardi en soirée la Fashion Week (Semaine de la mode) homme de Paris, qui revient à la normale après plus de deux ans de contraintes liées à la crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus.

Pour cette semaine parisienne du prêt-à-porter masculin, seules huit maisons sur 84 organisent des présentations exclusivement virtuelles, les autres ayant opté pour des événements physiques qui sont dans de nombreux cas retransmis en ligne. « Les présentations physiques ont une importance essentielle pour ce métier, pour la mode et la création. Mais il y a tout ce champ de l’innovation du digital qui reste là », contribuant à la « démocratisation de l’accès » des défilés au grand public, a commenté Pascal Morand, président exécutif de la Fédération de la haute couture et de la mode. Tel était le cas de quatre marques qui ont défilé hier à partir de 16h00 en France (à 17h00 au Liban).

Bluemarble, griffe française créée à Paris en 2017 par Anthony Alvarez, qui propose des vêtements colorés entre sportswear et costumes bien coupés, a ouvert le bal. Sur le podium également, la griffe française Egonlab de Florentin Glémarec et Kévin Nompeix qui, à moins de 30 ans, ont intégré en janvier dernier la Fashion Week avec leur style urbain-tech pour créer « des passerelles » entre les générations. A défilé également la marque japonaise TAAK, mélange d’humour et d’élégance, créée en 2013 par Takuya Morikawa, un ancien d’Issey Miyake. Études, un collectif à la croisée de la mode et de l’art, fondé en 2012, a clôturé cette première journée du prêt-à-porter masculin.

Première Semaine de la mode affranchie du Covid-19, cette édition est marquée par le retour au calendrier de Celine par Hedi Slimane, l’un des créateurs de collections homme les plus influents des dernières décennies. Son défilé, dimanche à 21h30 à Paris (à 22h30 à Beyrouth), va clôturer la Fashion Week. La levée des restrictions dues à la pandémie de coronavirus marque également le retour à Paris et aux défilés physiques de l’Américain Thom Browne, connu pour ses shows créatifs et humoristiques, de la star montante britannique Craig Green, qui avait fait débarquer des extraterrestres lors de son premier défilé à Paris en janvier 2020, ou de la maison japonaise Issey Miyake, qui avait présenté ses collections dans des vidéos ou des installations à Paris pendant la crise sanitaire. Le Belge Dries Van Noten renoue aussi avec le défilé, le choix fait depuis plusieurs saisons par des poids lourds comme Dior, Louis Vuitton ou Hermès.

Source : AFP


Les défilés de jeunes marques ont ouvert hier mardi en soirée la Fashion Week (Semaine de la mode) homme de Paris, qui revient à la normale après plus de deux ans de contraintes liées à la crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus.Pour cette semaine parisienne du prêt-à-porter masculin, seules huit maisons sur 84 organisent des présentations exclusivement virtuelles, les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut