Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Questions légitimes

Il nous a toujours été répété durant des décennies (on frôlait à la limite le lavage de cerveau) que les armes du Hezbollah sont la seule garantie de notre pays face aux agressions israéliennes contre le Liban ; que ces mêmes armes sont la marque d’honneur, le titre de gloire et le critère de force du Liban, rien d’autre qu’une question de fierté et de prestige pour nous peuple libanais ; que l’armée libanaise ne faisait pas le poids à elle seule devant la puissance de feu des attaques de Tsahal ; que la vigueur militaire du Hezb et sa fermeté sont une nécessité incontournable pour contrer et déjouer l es mauvaises intentions de l’entité sioniste usurpatrice, entité qui se trouve, malheureusement pour nous, à nos côtés, limitrophe de nos frontières sud ; qu’Israël ne comprenait que le langage des armes et les rapports de force et que si le Hezbollah devait remettre ses armes, le Liban allait perdre sur tous les plans face aux affronts répétés de l’État d’Israël, surtout avec le penchant connu de nos voisins du sud à s’étaler et leurs dispositions à toujours gagner du terrain, et leurs visées hégémoniques ne serait-ce qu’au niveau politique et économique.

À tel point que celui qui osait ne pas être du même avis était considéré déloyal et infidèle envers la patrie.

Admettons que ces arguments soient exacts, dans ce cas de figure, trois petites questions ponctuelles et d’actualité se posent et s’imposent :

1- En quoi le vigoureux arsenal de la « résistance » a pu nous être un élément de force, lorsque concernant la question de la délimitation des frontières maritimes avec Israël, le Liban officiel (allié du Hezb) a accepté les pourparlers sur base de la ligne 23, ligne qui représente en soi le minimum auquel le Liban pouvait aspirer comme conditions de négociation ?

2- Ce même Liban officiel, n’a-t-il pas intentionnellement négligé, pour des raisons inconnues mais sans doute suspectes, le facteur armes de la « résistance », armes supposées être, une carte de force, une carte incontestable de dissuasion en main du pouvoir lors des dernières tractations avec Hochstein (carte de force en main selon les dires maintes fois répétés durant des années d’une grande majorité d’officiels libanais) surtout que selon les spécialistes en la matière, sur le plan légal et juridique, toutes les données sont en faveur de notre pays et du tracé 29 ?

3- Le Liban n’est-il pas actuellement en situation de capitulation, ou en voie de l’être, face à l’ennemi israélien concernant cette question de délimitation de ses frontières maritimes sud ?

Les gens ont le droit d’avoir des réponses à ces questions pertinentes, c’est un droit, surtout qu’on parle, en devises et en chiffres, de milliards enfouis sous mer. Oui des milliards, en période de grave récession économique pour ne pas parler de faillite et de déconfiture notoire. Surtout que cette fortune est par principe supposée être, de par la Constitution et les lois locales et internationales, la propriété exclusive du Liban et de son peuple. Il faut ici préciser que le manque de transparence n’est pas en faveur du pouvoir en place qui tient en mains propres ce dossier (en espérant vivement que ces mains soient propres). Et plus les données ne sont pas claires ni accessibles aux gens, plus ces derniers sont en droit de penser que ça sent le louche et les combines et qu’il y a anguille sous roche. Surtout que le passé de nos officiels n’est pas encourageant à ce niveau-là.

Dans tous les cas, si les réponses à ces questions ne sont pas disponibles et à portée de main, elles méritent au moins attention et sûrement profonde réflexion et cela dans l’intérêt suprême de la nation au niveau surtout de son indépendance, de sa souveraineté, de l’intégrité de son territoire, de sa sécurité, des moyens de défense accessibles et de la sauvegarde de sa population.

Michel Antoine AZAR

Avocat à la Cour

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Il nous a toujours été répété durant des décennies (on frôlait à la limite le lavage de cerveau) que les armes du Hezbollah sont la seule garantie de notre pays face aux agressions israéliennes contre le Liban ; que ces mêmes armes sont la marque d’honneur, le titre de gloire et le critère de force du Liban, rien d’autre qu’une question de fierté et de prestige pour nous peuple...

commentaires (1)

Si on ne touche pas Israël les israéliens respecteront le Liban , “ punto e basta “

Eleni Caridopoulou

01 h 24, le 22 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Si on ne touche pas Israël les israéliens respecteront le Liban , “ punto e basta “

    Eleni Caridopoulou

    01 h 24, le 22 juin 2022

Retour en haut