Rechercher
Rechercher

Politique - Portrait

Halimé Kaakour, l’élue féministe de Baassir qui bouscule les codes

Parmi les priorités de la députée sunnite du Chouf, le droit de la Libanaise à accorder sa nationalité et la couverture de santé universelle.

Halimé Kaakour, l’élue féministe de Baassir qui bouscule les codes

Halimé Kaakour a le projet de rassembler la population autour de la couverture universelle de santé. REUTERS/Emilie Madi

Il y a un an, elle publiait une enquête révélant les obstacles à la candidature des Libanaises aux législatives. Des obstacles qui avaient d’ailleurs retenu cette féministe engagée, professeure en droit et sciences politiques à l’Université libanaise de Saïda, de présenter sa candidature au scrutin de 2018. Portée à l’hémicycle le 15 mai par les adeptes du changement avec 6 684 voix, Halimé Kaakour, 46 ans, est la première femme de l’Iqlim el-Kharroub, et qui plus est, du village sunnite de Baassir, à se frayer une place au Parlement libanais. Pour ce faire, la candidate a brisé des tabous. Comme celui d’oser prétendre à la députation « traditionnellement réservée aux candidats des plus grosses localités de l’Iqlim, Chehim et Barja ». Comme aussi celui « de faire campagne dans le Haut-Chouf, traditionnellement réservé aux candidats de confession druze ». Ou enfin celui « de braver les règles patriarcales qui privilégient les candidats mâles ». « C’est la première fois que le Parlement libanais a une femme de cette trempe, indépendante et transparente, douce et diplomate, excellente négociatrice et à la fois forte de ses convictions », résume Joëlle Abi Farhat, cofondatrice de Fiftyfifty, engagée pour la participation politique de la Libanaise.

Lire aussi

Marc Daou, l’infatigable activiste qui a bousculé le paysage politique à Aley

Dans la maison familiale qui ne désemplit pas, la « députée de la nation » tente de reprendre son souffle après le tourbillon dans lequel l’a propulsée sa victoire au sein de la liste Unis pour le changement. Un téléphone qui n’arrête pas de sonner. Des messages qui affluent sans arrêt. Une armée de bénévoles toujours mobilisés. « Je n’y crois toujours pas », avoue-t-elle.

Les pressions des religieux sunnites

Mais déjà, l’euphorie de la victoire est rattrapée par les critiques virulentes de la part de clercs de la plus haute instance sunnite, Dar el-Fatwa, contre de nouveaux élus de la communauté, Halimé Kaakour y compris, sous prétexte qu’ils se prononcent pour le mariage civil. « J’ai subi de fortes pressions durant ma campagne pour mes positions en faveur de la laïcité de l’État et du mariage civil facultatif », reconnaît-elle.

Lire aussi

Firas Hamdan, une balle et la politique au cœur

Parmi les rumeurs propagées selon elle pour la discréditer, des accusations d’antithéisme. La députée se dit pourtant croyante et « pratique le jeûne du ramadan ». « Dans les mosquées, des prêches ont été prononcés contre moi et d’autres candidats du changement (issus du soulèvement du 17 octobre 2019) », regrette-t-elle. Des accusations qui ont « touché » sa famille, unie pour la soutenir, mais qui n’ont pas démonté cette femme de caractère, sportive, au calme olympien en toutes circonstances. « Je milite pour tous les droits humains, ceux de la femme en tête, martèle-t-elle. Ma priorité, dans ce cadre, réside toutefois dans la transmission par la Libanaise de sa nationalité. » Quant aux appels à une laïcisation du statut personnel (régi par des lois communautaires discriminatoires envers les femmes), elle craint qu’il ne soit « prématuré de les voir aboutir ».

Un solide bagage académique

La politique, Halimé Kaakour l’a dans le sang. « C’est mon identité », précise-t-elle. Une identité qui s’est forgée dans le temps grâce à un solide bagage académique et un travail acharné. Après une licence universitaire en sciences politiques assortie d’un diplôme de relations internationales et diplomatiques, elle poursuit en France un master sur l’universalité des droits de l’homme et les spécificités culturelles. Une spécialisation qu’elle couronne d’un doctorat en droit public. C’est en 2015, lors de la crise des déchets, que Halimé Kaakour fait son entrée dans la vie politique. « Je fais partie de ces contestataires adeptes du Kellon yaané kellon (Tous, cela veut dire tous). Un slogan qui pour moi vise à défaire le système politique confessionnel et lutter contre la politique des axes », explique-t-elle. Au fil du temps et des crises, elle noue des liens solides avec les forces du changement, au point d’en devenir une figure incontournable, écoutée et respectée. « Opiniâtre, farouche défenseuse des droits de l’homme, elle sait convaincre grâce à des idées claires et une pensée structurée. Cela fait d’elle un modèle pour les jeunes », commente Nada Anid, fondatrice de l’ONG Madanyat, qui milite pour la participation politique des femmes.

Lire aussi

Ibrahim Mneimné, hors des carcans du sunnisme politique

Membre en 2018 du bureau politique du regroupement Tahalof Watani, la nouvelle élue participe activement en 2019 au soulèvement populaire qui hurle sa colère contre un pouvoir accusé d’être responsable de la crise économico-financière. Elle est alors membre de l’alliance politique baptisée Li Haqqi qui ne se résout pas à devenir un parti politique. Parce que « aucun travail politique ne peut se faire en dehors des partis politiques », elle fonde en 2021 avec une dizaine de militants le parti politique social-démocrate Lana (@LNALebanon). « Un parti non communiste, avec pour ambition d’accorder à tous les libertés individuelles et les droits sociopolitiques essentiels pour lutter contre les inégalités structurelles et la pauvreté, enclencher le développement durable et protéger l’environnement. » Assurément, « cela passe par une couverture universelle de santé et par la gratuité de l’éducation », promet Mme Kaakour. C’est alors, estime-t-elle, que « le peuple rassemblé autour de projets de société vitaux n’aura plus besoin de suivre le Hezbollah (et son armement illégal) ou les Forces libanaises (qui se positionnent comme un rempart à cet armement) ».

Halimé Kaakour, nouvelle élue du Chouf, dans la maison familiale à Baassir. Photo A-M.H.

Niet à la reconduction de Berry

Également au menu de ses engagements, l’indépendance de la justice, la lutte contre les monopoles économiques, l’instauration d’un système d’imposition progressif... « C’est un tout indivisible auquel il faut ajouter l’amendement des lois électorales, législative et municipale », souligne-t-elle.

Le discours de la militante séduit. « Grâce à elle, le parti Lana attire un nombre important de jeunes remontés contre le confessionnalisme politique. Non seulement cette professeure universitaire est particulièrement appréciée de ses étudiants, mais elle a tissé d’excellentes relations avec la jeunesse », raconte d’elle Zeina Hélou, amie de longue date et cofondatrice du parti Lana.

Lire aussi

Élias Jaradé, un médecin au chevet du Liban

À quelques jours de la première séance parlementaire, Halimé Kaakour prépare sa copie avec les nouvelles forces du changement. Une chose est sûre, elle entend « s’affranchir de toute politique du compromis et du partage du gâteau ». « Je ne voterai pas pour Nabih Berry à la présidence du Parlement », soutient-elle. Pas plus qu’elle ne se porte candidate à la fonction de Premier ministre. « Je suis députée et contre le cumul des fonctions législative et exécutive. »


Il y a un an, elle publiait une enquête révélant les obstacles à la candidature des Libanaises aux législatives. Des obstacles qui avaient d’ailleurs retenu cette féministe engagée, professeure en droit et sciences politiques à l’Université libanaise de Saïda, de présenter sa candidature au scrutin de 2018. Portée à l’hémicycle le 15 mai par les adeptes du changement avec...

commentaires (9)

On vous supplie de ne pas décevoir ce peuple tellement tourmenté, appauvri, exploité depuis des années. Ne nous décevez pas, vous ainsi que tous ces nouveaux venus, nos héros. Réunissez vos voix au moins pour les 3 épreuves à venir. Vous êtes notre seul espoir pour au moins déstabiliser cette entreprise qui va dans sa grande majorité réunir leurs voix malgré toutes les apparences. Car ils vous craignent. Ne vous laissez pas tenter par les spécimens comme Kaa le python de la jungle qui va essayer d’étouffer ou de séduire les nouveaux venus. J’ai bien apprécié le refus de l’offre un peu déplacée de la chaîne MTV que je privilège normalement pour ses bons interviewers et le choix bien varié des invités contrairement à quelques autres stations qui se limitent à des porte-paroles du même clan et des interviewers plus cancaniers qu’informatifs niveau Kindergarten. N’acceptez de personne des aides, des bureaux. Oui on devient bien méfiant même quand les intentions sont bonnes. Ne dépendez de personne. Un peuple tout entier vous sera reconnaissant pour votre action innovatrice. David contre Goliath oui, mais le chemin de mille miles commence par un pas et une grande majorité soutient David si minuscule soit-il alors que Goliath est entrain de se disséquer lui-même avec des incertitudes des révélations, des trahisons. Courage, on compte sur vous ainsi que tous vos pareils nos nouveaux élus, nos héros.

Khazzaka May

23 h 25, le 28 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • On vous supplie de ne pas décevoir ce peuple tellement tourmenté, appauvri, exploité depuis des années. Ne nous décevez pas, vous ainsi que tous ces nouveaux venus, nos héros. Réunissez vos voix au moins pour les 3 épreuves à venir. Vous êtes notre seul espoir pour au moins déstabiliser cette entreprise qui va dans sa grande majorité réunir leurs voix malgré toutes les apparences. Car ils vous craignent. Ne vous laissez pas tenter par les spécimens comme Kaa le python de la jungle qui va essayer d’étouffer ou de séduire les nouveaux venus. J’ai bien apprécié le refus de l’offre un peu déplacée de la chaîne MTV que je privilège normalement pour ses bons interviewers et le choix bien varié des invités contrairement à quelques autres stations qui se limitent à des porte-paroles du même clan et des interviewers plus cancaniers qu’informatifs niveau Kindergarten. N’acceptez de personne des aides, des bureaux. Oui on devient bien méfiant même quand les intentions sont bonnes. Ne dépendez de personne. Un peuple tout entier vous sera reconnaissant pour votre action innovatrice. David contre Goliath oui, mais le chemin de mille miles commence par un pas et une grande majorité soutient David si minuscule soit-il alors que Goliath est entrain de se disséquer lui-même avec des incertitudes des révélations, des trahisons. Courage, on compte sur vous ainsi que tous vos pareils nos nouveaux élus, nos héros.

    Khazzaka May

    23 h 25, le 28 mai 2022

  • pourquoi Bery tus lui dites vous d'aller se cacher?

    Nicole Hamouche

    16 h 53, le 26 mai 2022

  • Allez vous cacher c’est mieux !!

    Bery tus

    06 h 33, le 25 mai 2022

  • Le Liban n'a besoin que de heros et heroine comme vous. Je souhaite un jour que vous soyez présidente de la republique libanaise. Et pourquoi pas en 2022. Je vous souhaite du fond du cœur du courage. Et de hautes protections car vous ,vous pensez à construire en même temps qu'il y a des partis cachés qui ne pensent qu'à détruire Les héros et les héroïnes. Et détruire les rêves des vrais Libanais. Mille millions d'encouragements à vous Mme Kaakour et à Mr Daou et à tous ceux qui veulent changer le système actuel.

    Jean bader

    22 h 28, le 24 mai 2022

  • Bravo Halime! Nous somme fiers de vous. En avant, et ne craignez rien. On a besoin de plus de personnes comme vous!

    Sabri

    16 h 45, le 24 mai 2022

  • Mme Kaakour a tout compris, il faut commencer par assurer un droit universel à l’éducation et à la santé pour qu’aucun citoyen n’aille trouver refuge auprès de ces mafieux qui leur vole leur argent pour le leur retourner au compte-gouttes en leur faisant croire à leur charité pour mieux les les dominer et les exploiter. Félicitations et bon vent, nous avons besoin de quelques dizaines de femmes et d’hommes comme vous et le Liban sera sauvé.

    Sissi zayyat

    16 h 44, le 24 mai 2022

  • Pourvu qu'elle campe sur ses positions et ne se plie ni aux menaces ni aux intimidations. Et dans tout ça, n'oublions pas tout l'argent que se font les religieux grâce à l'institution du mariage, et tout comme nos politiciens, ils ne veulent avant tout et surtout en aucun cas perdre cette source de revenus. Alors, ils peuvent bien traiter les gens d'athées ou de kouffar, la croyance est dans le coeur de chaque citoyen, et le peuple devrait s'en foutre royalement d'être accusé d'être non croyant ou athée. Nous ne leur devons pas cette liberté. Chrétienne croyante et adepte du mariage religieux, je méprise le clergé qui en dépit de la pauvreté de gens baigne dans le luxe, mais je ne nie point le droit du citoyen à vouloir se marier religieusement ou civilement. Et je me fiche royalement d'être traitée de non croyante. ça ne concerne que moi comment je crois et vis ma chrétienneté, et c'est bien loin de leur façon de vivre à eux. Nous sommes avec nos maigres moyens de meilleurs individus et de meilleurs exemples dans nos sociétes qu'ils ne le sont eux! Je refue même d'assister à la messe car leurs discours me foutent la nausée. Alors oui pour la liberté de chacun de choisir comment il veut se marier. Qu'ils n'en fassent pas un fanfaron. D'autres sujets pressent plus. Mais ils refusent de donner cette liberté au peuple.

    Tous Dehors

    12 h 34, le 24 mai 2022

  • Il faut y aller progressivement pour ne pas braquer les institutions religieuses C’est le seul moyen pour y arriver

    Lina Daher

    09 h 08, le 24 mai 2022

  • Il faut refuser le mariage civil facultatif et exiger le mariage civil obligatoire. Le facultatif devant etre reserve au mariage religieux en sus....

    Michel Trad

    00 h 14, le 24 mai 2022

Retour en haut