Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Poutine « bombe » le torse

Nous savons que les États-Unis ont aidé la guérilla anticommuniste moudjahidine en Afghanistan à repousser l’envahisseur soviétique dans les années 1980. Il aurait été impensable que durant cette décennie, les présidents soviétiques successifs menacent leurs homologues états-uniens de recourir à la bombe atomique pour cette raison.

C’est pourtant ce qu’a fait Vladimir Poutine à l’encontre des pays qui soutiennent l’Ukraine dans la guerre contre sa Russie. Ce qui montre la petitesse et la dangerosité de ce président autocrate. En cela, il fait penser au Nord-Noréen Kim Jong-un, qui vient encore une fois de menacer les pays qui lui sont hostiles d’un recours « préventif » à l’arme nucléaire.

Staline a loué en son temps l’appétit des tsars pour de nouveaux territoires et Poutine a réhabilité le « petit père des peuples ». Le nouveau maître du Kremlin pense comme un tsar quand il affirme que la nation ukrainienne est faite de bric et de broc. Il sait pourtant que la Russie a reconnu l’indépendance de l’Ukraine en signant le mémorandum de Budapest en 1994, par lequel elle s’est engagée à respecter son intégrité territoriale et sa sécurité en échange de sa ratification du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Il sait aussi que les États-Unis et la Russie ont confirmé la validité dudit mémorandum en 2009.

Les pays occidentaux ne sont pas intervenus dans le conflit opposant la Russie à la Tchétchénie parce que celle-ci fait partie intégrante de celle-là, mais il en va autrement pour l’Ukraine. Les peuples qui chérissent l’indépendance des pays (en particulier les peuples qui vivent en périphérie de la Russie, allez savoir pourquoi) ne peuvent faire autrement que d’aider l’Ukraine dans sa juste guerre. La menace du recours à la bombe n’y changera rien.

Montréal, Québec

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Nous savons que les États-Unis ont aidé la guérilla anticommuniste moudjahidine en Afghanistan à repousser l’envahisseur soviétique dans les années 1980. Il aurait été impensable que durant cette décennie, les présidents soviétiques successifs menacent leurs homologues états-uniens de recourir à la bombe atomique pour cette raison.C’est pourtant ce qu’a fait Vladimir Poutine...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut