Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Portugais... et autres fadaises

Il paraît qu’il y a maintenant un Portugais qui serait impliqué dans la « double explosion » au port de Beyrouth ! Mais c’est vraiment incroyable ! Est-ce que vous croyez sincèrement que le nitrate d’ammonium qui se trouvait au hangar 12 y était à cause de ce Portugais ? Et que le juge Bitar avancerait beaucoup dans son enquête en interrogeant ce type ? La cargaison de nitrate d’ammonium qui se trouvait à bord du Rhosus n’aurait jamais dû être touchée par les autorités du port de Beyrouth après que le colonel Skaff eut envoyé la lettre dont je détiens une copie ! Pas même un seul sac !

Et qui a ordonné le déchargement ? N’est-ce pas le juge Jad Maalouf ? Et ce dernier n’est-il pas au courant des procédures d’importation des matières explosives, en vertu du décret-loi 137 du 12/6/1959 ? S’il n’est pas au courant, c’est une calamité, et s’il l’est, la calamité est plus grande !

Par ailleurs, où est l’armée ? N’est-elle pas la première en charge de toutes les matières explosives qui entrent au Liban en vertu du décret-loi mentionné ? Pourtant la lettre du colonel Skaff date du 24 février 2014, soit plus de six ans avant l’explosion ! Et personne des services de renseignements de l’armée n’était au courant ? C’est une honte !

Et au risque de me répéter cent fois, voici un exemple comment le nitrate d’ammonium est importé, et j’ai les documents pour le prouver :

1) La société importatrice, en l’occurrence Majid Chammas, soumet une demande au ministère de l’Intérieur (dans ce cas, le 7/10/2015)

2) Le ministre de l’Intérieur, en l’occurrence Nouhad Machnouk, soumet à son tour une demande d’importation au secrétariat général du Conseil des ministres (dans ce cas, datée du 15 février 2017)

3) Le Conseil se réunit le 15 octobre 2017, et décide, après discussion de la demande du ministre de l’Intérieur, de donner le permis d’importation à condition que le transport du nitrate d’ammonium du port jusqu’aux magasins de la société (dûment clôturés et soumis à une surveillance 24/7) se fasse sous la supervision de l’armée.

Dans ce cas, il s’agit de 450 tonnes, à raison de 150 tonnes par mois.

Et voilà que les 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium du Rhosus sont déchargées sans aucun permis, sans aucun contrôle de la part de l’armée, sans supervision, et à l’intérieur d’un port commercial situé dans une région surpeuplée !

Et vous avez le culot de me parler d’un Portugais qui avait acheté le nitrate d’ammonium en Géorgie pour le vendre au Mozambique comme étant responsable de l’explosion ?


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Il paraît qu’il y a maintenant un Portugais qui serait impliqué dans la « double explosion » au port de Beyrouth ! Mais c’est vraiment incroyable ! Est-ce que vous croyez sincèrement que le nitrate d’ammonium qui se trouvait au hangar 12 y était à cause de ce Portugais ? Et que le juge Bitar avancerait beaucoup dans son enquête en interrogeant ce type ? La cargaison de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut