Rechercher
Rechercher

Société - Reportage

Au Liban, il existe encore un moyen de se soigner quasi gratuitement

Aubaine pour les uns, embarras pour les autres, des institutions accueillent de plus en plus de Libanais incapables de payer leurs traitements au prix du marché.

Au Liban, il existe encore un moyen de se soigner quasi gratuitement

Aïcha, qui souffre de multiples maladies chroniques, réceptionne son traitement mensuel au centre de soins primaires des Makassed à Mousseitbé. Photo Marie Jo Sader

Dans un pays où l’on est autant attaché à la marque de son médicament qu’à celle de sa voiture, se procurer des génériques auprès d’un centre de soins primaires (relevant de l’État) a rarement été une option. Avec la crise économique sans précédent que traverse le Liban, les mentalités semblent toutefois doucement évoluer.

À deux pas du palais Saëb Salam dans le quartier de Mousseitbé à Beyrouth, le centre des Makassed accueille de plus en plus de Libanais qui s’interdisent de franchir la porte des pharmacies où leur traitement est dorénavant vendu à des prix exorbitants suite à la levée partielle des subventions sur les produits médicaux.

Accompagnée de son mari, Aïcha, la cinquantaine passée, attend derrière le comptoir situé à l’entrée que l’infirmière lui apporte son traitement mensuel. « Ça, ce sont des médicaments pour le cœur, le cholestérol, la thyroïde, il y a aussi plusieurs anticoagulants », dit-elle en montrant chacune des boîtes que lui a remises la jeune dame. « J’ai payé 8 000 LL. Auparavant, ils m’ont fait un examen complet : électrocardiogramme, test de sang et d’urine, radio des poumons et des reins, le tout pour 3 000 LL », affirme la femme avec une certaine reconnaissance. « Ce n’est rien, c’est une somme symbolique », s’empresse d’ajouter son époux, un peu gêné. Il y a encore trois mois, Aïcha, qui souffre de nombreux problèmes de santé, avait envisagé d’interrompre son traitement faute de pouvoir continuer à le payer. Ce sont des connaissances de son mari, lui-même sans emploi depuis quelque temps, qui vont lui signaler cette solution.

Lire aussi

Du confort aux sacrifices : une famille de la classe moyenne face à la crise

Le centre des Makassed ne vend pas à proprement parler de médicaments. Il n’est pas permis de s’y présenter inopinément comme dans une pharmacie pour avoir ses pilules à un prix modique. Comme les 246 autres centres de santé primaire répartis un peu partout dans le pays, il fournit des soins divers (médecine générale, gynécologie, dentiste, santé mentale…) avec un coût de la consultation inférieur à 20 000 LL, et est autorisé à délivrer un traitement mensuel aux personnes qui se sont préalablement enregistrées pour en bénéficier. La procédure est simple. Après avoir pris rendez-vous, le patient, peu importe sa nationalité ou ses revenus, se présente auprès du centre de soins le plus proche de son lieu de résidence avec une ordonnance attestant qu’il nécessite un traitement. Il est de nouveau examiné par un médecin de l’institution qui lui ouvre un dossier le rendant éligible à ce programme soutenu conjointement par le ministère de la Santé et la YMCA (Young Men’s Christian Association). L’association chrétienne est le principal pourvoyeur de ces centres en médicaments génériques pour maladies chroniques, conformément à une liste établie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et régulièrement mise à jour. Alors qu’il était majoritairement financé par le ministère de la Santé au départ, ce programme est dorénavant soutenu par des organismes internationaux à l’instar de l’OMS, l’Union européenne ou encore d’autres agences des Nations unies.

« Ils croyaient que c’était pour les pauvres »

Devant un comité restreint de journalistes dont faisait partie L’Orient-Le Jour, le ministre de la Santé Firas Abiad a récemment regretté le fait que les Libanais ne se tournent pas assez vers les centres de soins primaires dédiés. « Seulement 350 000 personnes les fréquentent, dont beaucoup d’étrangers. Où est le reste des Libanais en difficulté ? » avait-il déclaré. Les campagnes d’incitation, débutées sous l’ancien gouvernement, commencent à porter leurs fruits. Au centre des Makassed, ils sont maintenant 500, dont seulement 13 Syriens, à être inscrits sur la liste des bénéficiaires de médicaments chroniques alors qu’ils étaient 130 au mois de juin. En incluant toutes les autres consultations, un total de 4 430 Libanais a été traité par l’établissement depuis le début de l’année contre 1 200 en 2020.

Au comptoir principal, Walid, résident de Aïn el-Remmané, prend rendez-vous pour une première consultation. Si certains centres restent scrupuleux dans le tri des patients, celui des Makassed à Mousseitbé a choisi, depuis la crise, de ne plus tenir compte des zones géographiques et d’accepter tout le monde sans distinction. « C’est un ami qui m’a conseillé de venir ici. Je savais que ces centres existaient, mais je me rendais chez un médecin privé. À présent, le tarif de la moindre consultation a explosé et je ne peux plus me le permettre. Je suis soulagé de pouvoir venir ici dorénavant », affirme ce jeune père de famille qui apprendra, sur le moment, que les traitements lui seront également fournis à un prix très réduit.

Lire aussi

« Je n’avais jamais vu d’enfants malnutris au Liban. Cette fois, j’en ai vu ! »

« On ne recevait pas autant de gens avant. Ils n’avaient pas besoin de nous, ils croyaient que nous étions là pour les pauvres », affirme, débordée, la pédiatre Hiba Alaf, tandis que la file d’attente pour la vaccination d’enfants, syriens notamment, ne s’est pas réduite depuis le matin. « Le public fréquente ces centres pour le coût de la consultation qui est à 3 000 LL, puis pour la vaccination gratuite, et plus récemment pour les médicaments », ajoute la pédiatre, le souffle court. Sa charge de travail a triplé depuis le début de la crise. À côté de son cabinet privé, elle exerce deux fois par semaine dans ce centre géré par l’Association islamique philanthropique, et tous les jours dans celui de Dar el-Fatwa, où la demande pour les médicaments a bondi dernièrement, selon elle. « Après tout, on dispose de toutes les spécialisations et de tous les traitements ici. Mes consœurs en France me rapportent que plus personne ne prescrit d’Augmentin (un antibiotique) là-bas, mais seulement son générique », ajoute-t-elle, en référence aux réticences des Libanais à utiliser un substitut générique à la marque initialement prescrite par leur médecin.

« Ne dites pas que je viens chez vous »

Les blocages culturels subsistent en effet à plusieurs niveaux. Les fausses croyances concernant les génériques, qui sont pourtant identiques ou équivalents à une marque, sont parfois difficiles à déconstruire. « Je suis attristée qu’on nous ait mis dans cette situation désastreuse et que je sois obligée de trouver un substitut à mon médicament de base. Mon médecin m’a prescrit une marque précise, je ne devais pas prendre autre chose. En plus, je ressens les effets secondaires du générique, il fait monter ma tension artérielle… Mais je dois l’accepter, que voulez-vous ! » s’exclame Aïcha, la patiente rencontrée sur place, avec désolation.

L’attachement à la médecine privée reste très fort au pays du Cèdre et les centres de soins primaires sont souvent associés aux marginaux. « L’autre jour, une femme m’a appelé et m’a dit “Nous n’arrivons pas à trouver de médicaments en pharmacie, mais nous ne sommes pas habitués à fréquenter des dispensaires”. Je lui ai répondu que, d’une part, nous ne sommes pas des dispensaires mais des centres de soins, et que, d’autre part, si elle vivait au Canada par exemple, elle serait obligée de passer par nous pour obtenir son traitement peu importe qui elle est ! Elle a été convaincue, et son mari fait dorénavant partie des bénéficiaires », témoigne Salam Hawwari, infirmière diplômée au sein du centre Makassed.

« Beaucoup de gens sont dans le besoin, mais ils continuent d’être un peu honteux. “Surtout ne dites pas à untel que je viens chez vous”, m’a dit récemment une femme soucieuse de son image. Je lui ai répondu qu’on a un devoir de confidentialité et qu’il n’y avait pas de quoi avoir honte », raconte-t-elle.

Pour le personnel de ces institutions, gérées pour la plupart par des associations ou par des municipalités, les anecdotes ne manquent pas. Il faut aussi parfois pouvoir supporter les commentaires teintés d’arrogance. Au centre municipal de Chiyah pour les soins primaires où le nombre de bénéficiaires de médicaments pour maladies chroniques est récemment passé de 200 à 400, Marie-Thérèse Nehmé peine à cacher son agacement.

Le centre municipal de Chiyah pour les soins de santé primaires crée en 2014 et géré par la municipalité. Photo Marie Jo Sader

« Parfois, les patients me disent presque avec reproche “Si on pouvait on ne viendrait pas ici”. Ils n’ont qu’à ne pas venir si ça leur déplaît autant ! rouspète l’infirmière. D’autres se croient dans une pharmacie commerciale. Ils tendent leur ordonnance et réclament des médicaments sur-le-champ. Quand je leur rappelle qu’il faut d’abord se créer un dossier, ils me remercient et tournent les talons. »

Thérèse, de son côté, est plus que contente de pouvoir obtenir son traitement dans un centre. « Si j’ai honte ? Pas du tout ! J’économise des millions, vous entendez, des millions ! Comment je ferais sinon ? Le médicament pour protection gastrique coûte à lui seul 300 000 LL en pharmacie. Et puis je vais vous dire, j’en vois depuis des années qui viennent ici, certaines parées de leurs bijoux, juste pour économiser quelques livres. Ce sont ces personnes qui prennent la place des autres », affirme avec véhémence cette septuagénaire de Ain el-Remmané, qui fréquente le centre depuis cinq ans.

Marie-Thérèse Nehmé, infirmière responsable de la pharmacie au centre de Chiyah. Crédit: Marie Jo Sader

« Les soutenir financièrement et les promouvoir »

Étant donné l’ampleur de la crise actuelle – plus de 80 % des ménages au Liban sont désormais en situation de pauvreté multidimensionnelle, selon l’Escwa –, le nombre de résidents ayant recours à ces centres de soins primaires pourrait encore se multiplier. Ces derniers sont-ils en mesure d’absorber une telle demande ? L’approvisionnement en médicaments de chaque centre se fait sur base des besoins de sa liste d’inscrits. Aux pharmacies respectives de ces derniers d’envoyer tous les mois au ministère de la Santé, à la YMCA ou encore au International Medical Corps (IMC) (également pourvoyeur des centres Makassed) les commandes nécessaires pour le traitement de leurs patients. « Chaque mois, nous inscrivons les traitements qui nous manquent. Et bien sûr, plus on a de monde, plus on commande. Jusqu’à présent, nous n’avons jamais été à court, assure l’infirmière Hyam Anoti qui s’occupe de la pharmacie de Makassed à Mousseitbé. Par ailleurs, pour éviter tout abus, un système informatique partagé permet d’identifier si un patient est inscrit dans deux centres différents. La YMCA m’envoie systématiquement un rapport si elle détecte qu’une personne prend déjà des médicaments ailleurs. Dans ce cas, on informe le patient que s’il souhaite continuer à venir chez nous, il faut qu’il obtienne une lettre de radiation de l’autre centre. On demande systématiquement aux patients s’ils ne sont pas enregistrés ailleurs, mais rares sont ceux qui l’avouent », affirme Marie-Thérèse du centre de Chiyah.

Reste que les centres de soins primaires du territoire ne disposent pas de tous les médicaments nécessaires pour couvrir tout type de maladies. Seuls les traitements pour les maladies courantes et chroniques y sont disponibles tandis que ceux pour les maladies rares ou pour le cancer y sont introuvables. Une partie des patients est toujours forcée de chercher un ou plusieurs médicaments en pharmacie quand ceux-ci sont disponibles, voire de les commander de l’étranger en raison des pénuries fréquentes.

« Certes, les centres de soins primaires ne peuvent pas fournir tous les traitements. Mais ils en ont quand même 60 pour les maladies chroniques et 60 pour les autres affections. Ceux-ci constituent l’essentiel des médicaments, selon les critères de l’OMS. Au Liban, il existe entre 4 000 et 5 000 marques de médicaments sur le marché, c’est totalement anormal, on ne voit ça nulle part ailleurs. Par exemple, il y a une dizaine de genres d’Augmentin, toute cette variété ne sert à rien », affirme le Dr Ali el-Zein, qui dirige le Centre de la famille et de l’orientation médicale de Tayouné. Sans aucun doute, les mentalités doivent changer dans ce pays qui consacrait jusque-là 8 % de son PIB aux dépenses de santé, rivalisant presque avec le taux des Émirats arabes unis. « Les centres de soins primaires peuvent jouer un rôle très important en ces temps de crise pour assurer les soins aux Libanais. Mais pour cela, il faut leur fournir plus de médicaments, les soutenir financièrement, en ouvrir un nombre supplémentaire (beaucoup étant saturés) et travailler à les promouvoir », ajoute le Dr Zein.

Si la fréquentation de ces établissements est en constante augmentation, il n’en demeure pas moins qu’une partie de la population ignore encore pouvoir bénéficier de traitements aussi accessibles à travers eux. À trente mètres du centre des Makassed de Mousseitbé, Tarek* l’épicier, qui n’a pas vu un client depuis le matin, n’en avait aucune idée. C’est avec une consternation empreinte de joie qu’il l’apprend, lui qui a dû économiser son médicament contre la tension en le prenant un jour sur deux, contrairement à la prescription de son médecin. Son voisin le boucher, dont le local est plongé dans la pénombre, est en train de se rincer les doigts. Karim*, lui, est beaucoup plus difficile à convaincre. « Je t’en prie, laisse-moi tranquille. Tout ça ce ne sont que des paroles », dit-il, désabusé, sans prendre la peine de lever les yeux.

*Nom d’emprunt.

Voici la liste des centres

Beyrouth

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital de la Quarantaine (la Quarantaine) 01/442105

– Centre de développement de Beyrouth pour les soins de santé primaires (La Quarantaine) 01/574157

– Centre Saint-Antoine pour les soins de santé primaires (Achrafieh) 01/442937

– Centre al-Horj des Makassed pour les soins de santé primaires (al-Horj) 01/633762

– Centre al-Bachoura des Makassed pour les soins de santé primaires (Bachoura) 01/664368 ; 01/636763

– Centre médical al-Zarif pour les soins de santé primaires (Zarif et Zidaniyé) 01/736088

– Centre des soins pour la mère et l’enfant (Tallet el-Khayat) 01/795589

– Centre sanitaire de Dar el-Fatwa (rue Ibn Reched) 01/797400

– Centre Nouairi pour les soins de santé primaires (Nouairi) 01/663631

– Centre médical Makhzoumi pour les soins de santé primaires (Mazraa) 01/660894 ; 01/660890

– Centre de médecine de famille à l’AUB (Ras Beyrouth) 01/350000 ext. 3025

– Centre sanitaire al-Zahra’ pour les soins de santé primaires (Zokak el-Blatt) 01/366856

– Centre médicosocial des Makassed à Moussaitbeh (Moussaitgbeh) 01/316920

– Centre de soins de santé primaires de l’hôpital universitaire Saint-Georges (Achrafieh) 01/582560

– Centre des sœurs maronites de la Sainte famille (Achrafieh) 01/566955

Baabda

– Centre municipal de Ghobeiri pour les soins de santé primaires (Ghobeiri) 01/270034

– Centre de Haret Hreik pour les soins de santé primaires (Haret Hreik) 01/276181

– Centre médical de Ras el-Metn (Ras el-Metn) 05/380352

– Centre sanitaire Amel pour les soins de santé primaires (quartier Baajour) 01/273426

– Centre de l’association libanaise pour la santé Bent el-Hoda (Sabra, quartier Farhat) 01/838284

– Centre médicosocial de Aïn el-Remmané (Chiyah, rue Saint-Georges) 01/559986

– Centre de la Croix-Rouge libanaise (Chiyah) 01/558803

– Centre municipal de Chiyah pour les soins de santé primaires (Chiyah) 01/390051

– Centre des services de développement de Chiyah pour les soins de santé primaires 01/274614

– Centre médical al-Kayan (Chiyah) 01/454006

– Centre Dar el-Haoura’ (Bir Abed) 01/544889

– Centre municipal de Borj Brajné (Borj Brajné) 01/472933

– Centre médicosocial de Borj Brajné (Borj Brajné) 01/469115

– Centre universitaire sanitaire de l’Université libanaise (Hadath) 05/470983

– Centre de l’association Yaduna (Baabda) 05/923209

– Centre sanitaire de l’association al-Hoda (Abbadiyé) 05/553357

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital Rafic Hariri (Bir Hassan) 01/832900, 01/832902, 01/832909

– Centre du département de la santé de Tarik Jdidé – association Rafic Hariri (Tarik Jdidé) 01/855595

– Centre de soins familiaux (Mreijé) 01/476523

– Centre municipal de Hazmieh pour les soins de santé primaires (Hazmieh) 05/454153

– Centre médicosocial de Ghobeiri 01/273953, 01/273908

– Centre de la famille et de l’orientation médicale (Tayouné) 01/395393

Metn

– Centre Saint-Antoine (Beit Méry) 04/872063

– Centre médicosocial Boulghourjian (Bourj Hammoud) 01/253793 ext. 6, 01/253796

– Centre Karagheusian pour les soins des enfants (Bourj Hammoud) 01/263030

– Centre Saint-Antoine (Jdeidé) 01/900996

– Centre médicosocial de Fanar (Zaaitriyé) 01/684362

– Centre municipal de Jdeidé (Sed el-Bauchrieh) 01/873369

– Centre sanitaire Wadih Hajj (Baskinta) 04/288660

– Centre Mar Sassine pour les soins de santé primaires (Baskinta) 04/288655

– Centre de soins de santé primaires de Dhour Choueir (Dhour Choueir) 04/390262

Chouf

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Chehim (Chehim) 07/241784

– Centre al-Iqlim pour les soins de santé primaires (Chehim) 07/242797

– Centre médicosocial de Barja (Barja) 07/623129

– Centre sanitaire de Katermaya pour les soins de santé primaires (Katermaya) 07/971984

– Centre de Kfarhim pour les soins de santé primaires (Kfarhim) 05/720561

– Centre sanitaire de Beiteddine (Beiteddine) 05/509001 ext. 2002

– Centre sanitaire de Barouk (Barouk) 05/241018

– Centre sanitaire de Beit Baaakline (Baakline) 05/304081 ; 05/300827

– Centre Khreibet el-Chouf pour les soins de santé primaires (Khreibé) 05/310394

– Centre de soins de l’enfant libanais (Niha) 05/330253

– Centre Jbaa pour les soins de santé primaires (Jbaa) 05/330949

Aley

– Centre de Choueifate pour les soins de santé primaires (Choueifate) 05/431551

– Centre sanitaire de l’imam Sadek (Choueifate) 76/803142

– Centre médicosocial de Sofar (Sofar) 05/292330

– Centre sanitaire de l’imam al-Rida (Hay el-Sellom-Aley) 05/488070

– Centre des services de développement (Hay el-Sellom - Aley) 05/480334

– Centre médicosocial de Kfarmatta (Kfarmatta) 05/210750

– Centre médicosocial de Abey (Abey) 05/210485

– Centre sanitaire de Aramoun (Aramoun) 76/836248

– Centre sanitaire de Majdlaya (Majdlaya) 05/571720

– Centre al-Wafa’ pour les soins de santé primaires (Dohat Aramoun) 71/558884

– Centre de Aley pour les soins médicaux (Aley) 05/553025

– Centre Raya pour les soins de santé primaires (Khaldé) 05/806106

– Centre médicosocial Aley (Aley, rue Hadadine) 05/557918

Kesrouan

– Centre médicosocial de Ghadir (Ghadir) 09/901700

– Centre médicosocial de Ballouné (Ballouné) 09/230377

– Centre médical al-Arz (Zouk Mikaël) 09/225490, 09/218343, 09/226851

– Centre médicosocial de Zouk Mikaël (Zouk Mikaël) 09/211655

– Centre de Hrajel pour les soins de santé primaires (Hrajel) 09/322460

Jbeil

– Centre caritatif de Mechmech pour les soins de santé primaires (Mechmech) 09/760930

– Centre du département médical de Jbeil pour les soins de santé primaires (Jbeil) 09/540218

Tripoli

– Centre médical al-Zahra’ (Jabal Mohsen) 06/380344

– Centre al-Iman (Mina) 06/211770

– Centre médicosocial Ibn Sina (Tell) 06/431120

– Centre caritatif al-Khairi pour les soins de santé primaires (place Nour) 06/430089

– Centre al-Makarem (place Nour) 06/426322

– Centre Azm et Saada pour les soins de santé primaires (Hadaddine) 06/432100

– Centre médical al-Rahma pour les soins de santé primaires (Tebbané) 06/380283

– Centre al-Ikhlass pour les soins de santé primaire (Bab el-Tebbané) 06/394610

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Tripoli (Kobbé) 06/385371

– Centre Kalamoun pour les soins de santé primaires (Kalamoun) 06/401500

– Centre caritatif al-Rahma (Kalamoun) 06/401810

– Centre al-Zahiriya pour les soins de santé primaires (al-Zahiriya) 06/432100

– Centre médical al-Bachaër pour les soins de santé primaires (Abou Samra) 06/428037

– Centre du secours médical pour les soins de santé primaires (Abi Samra, rue Chirah) 06/440520

Zghorta

– Centre Jihane Frangié pour les services de développement (Zghorta) 06/660454

– Centre médicosocial al-Khaldiyé (al-Khaldiyé) 06/662040

– Centre Miziara pour les soins de santé primaires (Miziara) 06/570541

– Centre René Mouawad pour les soins de santé primaires (Zghorta) 06/660911

– Centre municipal de Miriata Kadiriyé (Miriata) 06/255544

Bécharré

– Centre caritatif de Hasroun (Hasroun) 06/590032

– Centre médical al-Arz (Qnat) 06/977230

– Centre médical Bachir et Amira el-Khoury Merhi pour les soins de santé primaires (Hadchit) 06/645643

Batroun

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Tannourine (Tannourine) 06/520555

Minié-Denniyé

– Centre sanitaire de Miniyé pour les soins de santé primaire (Minié) 06/461981

– Centre municipal de Deir Ammar pour les soins de santé primaires (Deir Ammar-Denniyé) 06/461411

– Centre des services de développement (Bakhoun) 06/242012

– Centre médical al-Iman (Btermaz) 06/494149

– Centre médical al-Iman (Sir el-Denniyé)06/490149

– Centre de l’association al-Nahda al-Ijtimayia (Minié – Hay Blat) 06/463481

– Centre de l’association al-Nahda al-Ijtimayia (Beddaoui) 06/387755

– Centre médical al-Hanan (Minié – Hay el-Hakar) 06/462875

– Centre sanitaire de Kfarbebnine (Kfarbebnine) 06/265210

Koura

– Centre médical de Kosba (Kosba) 06/511900

– Centre médicosocial de Behbouche (Behbouche) 06/950344

– Centre al-Najda al-Chaabiya (Kfarsaroun) 06/651088

– Centre Deddé pour les soins de santé primaires (Deddé) 06/405338

Akkar

– Centre médicosocial de Qobeyyate (Qobetyyate) 06/350214

– Centre Saint-Paul (Cheikh Taba) 06/691507

– Centre sanitaire Machha pour les soins de santé primaires (Machha) 06/690676

– Centre sanitaire gouvernemental des Makassed (al-Hiché – Wadi Khaled) 06/870197

– Centre municipal pour les soins de la mère et de l’enfant (Mechmech) 06/896155

– Centre médical al-Iman (Bebnine) 06/471303

– Centre al-Najda al-Chaabiya (Halba) 06/691600

– Centre de Talmayan pour les soins de santé primaires (Talmayan) 06/810499

– Centre de Fnaydek pour les soins de santé primaires (Fnaydek) 06/895440

– Centre de l’orientation médicale (Berkayel) 06/370047

– Centre al-Arassina pour les soins de santé primaires (Wadi Khaled) 06/870110

– Centre sanitaire du club al-Jdaidé (Jdaidé) 06/695551

– Centre sanitaire de Halba (Halba) 06/695589

– Centre sanitaire de Kfartoun (Kfartoun) 03/545733

– Centre sanitaire al-Habtour (Hrar) 06/865065

– Centre sanitaire de Akkar Atika (Akkar Atika) 06/886053

– Centre médical de Machta Hassan (Machta Hassan) 06/800561, 06/800562

– Centre médicosocial de Biré (Biré) 06/830664

– Centre caritatif de Fared pour les soins de santé primaires (Fared) 06/870016

– Centre caritatif de Tekrit pour les soins de santé primaires (Tekrit) 06/361319

– Centre de l’association al-Lijan lil moutabaa (Khreibé) 06/696032

– Centre de l’association Salemtak pour les soins de santé primaires (Tell Hayat) 06/876143

– Centre du développement sanitaire pour les soins de santé primaires (Khreibet el-Jendi) 06/696966, 06/696223

– Centre médical al-Najat (Wadi Jamous) 06/471283

– Centre médical al-Amir (berkayel) 06/371037

Zahlé

– Centre de l’imam Hussein (Jlala) 08/508484

– Centre sanitaire de Aïn Kfarzabad (Aïn Kfarzabad) 08/925790

– Centre sanitaire al-Farouk (Saadnayel) 08/505322

– Centre Kab Elias pour les soins de santé primaires (Kab Elias) 08/500688

– Centre sanitaire de Terbol (TErbol) 08/955688

– Centre sanitaire de Bar Elias (Bar Elias) 08/510018

– Centre des services de développement (Zahlé - Hoch el-Oumara) 08/815100

– Centre médical Rafic Hariri (Taanayel) 08/513321

– Centre sanitaire al-Kiama (Hoch Hala) 08/900750

– Centre sanitaire Ali Nahri pour les soins de santé primaires (Ali Nahri) 08/920944

– Centre Saint-François pour les soins de santé primaires (Zahlé) 08/808991

– Centre médicosocial al-Faour (Faour) 08/955307

– Centre Saouaed al-Amal pour les soins de santé primaires (Faour) 03/001358

Rachaya

– Centre de la Croix-Rouge libanaise (Rachaya) 08/591101

– Centre médical al-Abrar (Azza) 08/563207

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Rachaya (Rachaya) 08/591505

– Centre médical al-Inaya pour les soins de santé primaires (Kherbet Rouha) 01/055576

Békaa-Ouest

– Centre de Machghara pour les soins de santé primaires (Machghara) 08/651125

– Centre de l’association libanaise pour les soins de santé primaires (Sohmor) 08/635656

– Centre sanitaire de Ghaza pour les soins de santé primaires (Ghaza) 08/640638

– Centre médicosocial de Kefraya (Kefraya) 08/645198

– Centre al-Hajj Mehdi Eidi (Machghara) 08/651704

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Machghara (Machghara) 08/651738, 08/651739

– Centre sanitaire de Amel Kamed el-Loz (Jeb Jennine) 08/663086

– Centre médical Maachael pour les soins de santé primaires (Hoch Hraimé) 76/582146

Baalbeck

– Centre médicosocial de Barqa (Barqa) 08/320590

– Centre Faraj Ballouk pour les soins de santé primaires (place Nasser-Baalbeck) 08/373513

– Centre sanitaire Nabi Chit (Nabi Chit) 08/335720

– Centre de Deir el-Ahmar pour les soins de santé primaires (Deir el-Ahmar) 08/320373

– Centre sanitaire de Chmestar (Chmestar) 08/330024

– Centre sanitaire de Bouday (immeuble de la municipalité de Bouday) 08/300885

– Centre sanitaire al-Laboué (Laboué) 08/233655

– Centre de l’archevêché grec-catholique de Qaa pour les soins de santé primaires (Qaa) 08/225514

– Centre du développement social (Ksarnaba) 08/912117

– Centre de l’association libanaise pour les soins de santé primaires (Ksarnaba) 08/912983

– Centre municipal de Saarine Faouqa (Ssarine Faouqa) 08/335472

– Centre des services de développement (Baalbeck, rue Ras el-Aïn) 08/370622

– Centre sanitaire de Temnine pour les soins de santé primaires (Temnine el-Tahta) 08/911243

– Centre sanitaire de Amel à Aïn (al-Aïn Baalbeck) 08/233188

– Centre sanitaire de Brital (Brital) 08/340966

– Centre sanitaire de Ersal (Ersal) 08/240234

– Centre sanitaire de Makné (Makné) 08/305500

– Centre de l’imam Sadek pour les soins de santé primaires (Yammouné) 08/310150

– Centre sanitaire al-Iman (Ersal) 71/637838

Hermel

– Centre de la Croix-Rouge libanaise (Hermel) 08/200089

– Centre sanitaire al-Batoul pour les soins de santé primaires (al-Maali – Hermel) 08/201151 ext.1020

– Centre sanitaire al-Qosr pour les soins de santé primaires (Qosr) 08/206118

Saïda

– Centre des services de développement (Haret Saïda) 07/751398

– Centre sanitaire al-Ghassaniya pour les soins de santé primaires (al-Ghassaniya) 07/420639

– Centre de soins de santé primaires au Forum Nabih Berry pour la réhabilitation des handicapés (Sarafand) 07/441010, 07/441020, 07/420606

– Institutions de l’imam Sadr – Centre Kfarhatta pour les soins de santé primaires (Kfarhatta) 07/215660

– Centre Nazih Bizri pour les soins de santé primaires (Kiaha – Saïda) 07/727512

– Centre sanitaire d’al-Ghaziyé (Ghaziyé) 07/223600

– Centre de l’imam Mahdi (Ghaziyé) 07/220140

– Centre Caritas (Saïda, rue Saint-Nicolas) 07/732268 ext. 101

– Centre Maarouf Saad pour les soins de santé primaires (cité des ouvriers) 07/722393

– Centre de la Croix-Rouge libanaise (Zrariyé) 07/305610

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Saïda (Aïn el-Héloué) 07/754085, 07/754086

– Centre sanitaire de l’association Srebta (Srebta-Sarafand) 07/443123

– Centre municipal sanitaire de Knarit (Knarit) 07/220658

– Centre médical al-Kayan (Merouaniyé) 07/506777

– Centre municipal de Tanbourit (Tanbourit) 07/205722, 07/205952

– Centre de l’association Hariri (Saïda) 07/735141

Jezzine

– Centre médicosocial de Roum (Roum) 07/810130

Tyr

– Centre municipal de Srifa (Srifa) 07/385092, 07/385536

– Centre sanitaire de Amel (Bazouriyé) 07/375135

– Centre des institutions de l’imam Sadr (Chéhabiyé) 07/410407

– Centre des institutions de l’imam Sadr (Siddikine) 07/430436

– Centre médical de l’imam Sadr (Taoura) 07/380389

– Centre Haidar Khalil pour les soins de santé primaires (Maaraké) 07/315989

– Centre de la médecine de famille (Aitit) 07/431156

– Centre de l’imam Khomeini (Maachouk) 07/345901

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Qana (Qana) 07/430537

– Centre médical al-Kayan (Tyr) 07/347546

– Centre sanitaire de Amel (Tyr) 07/343108

– Centre caritatif de Siddikine pour les soins de santé primaires (Siddikine) 07/431495

– Centre caritatif de Abbassiya pour les soins de santé primaires (Abbassiya) 07/344620

– Centre sanitaire de Chabiyé (Chabiyé) 07/411542

Nabatiyé

– Centre municipal d’Ansar pour les soins de santé primaires (Ansar) 07/501447

– Centre caritatif de Nmeiriyé pour les soins de santé primaires (Nmeiriyé) 07/505849

– Centre de Nabatiyé pour les soins de santé primaires (Tell Askar-Nabatiyé) 07/769092

– Centre sanitaire de Jbaa (Jbaa) 07/210361

– Centre sanitaire de Deir Zahrani (Deir Zahrani) 07/532319

– Centre sanitaire al-Zahraa (Nabatiyé) 07/760151, 07/760152

Marjeyoun

– Centre sanitaire al-Zahraa (Kfarkilla) 07/855377

– Centre sanitaire Amel (Khiam) 07/840052

– Centre sanitaire de Khiam (Khiam) 07/840536

– Centre des institutions de l’imam Sadr (Deir Serian) 07/850900

– Centre de l’association Nour pour les soins de santé primaires (jdeidet Marjeyoun) 07/831330

– Centre de l’association Rajeh Taher pour les soins de santé primaires (Houla) 07/860220

– Centre sanitaire al-Moustapha (Kabrikha) 07/365633

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Marjeyoun 07/831033, 07/831034

– Centre sanitaire de Tibé pour les soins de santé primaires (Tibé) 07/850502

Hasbaya

– Centre de soins de santé primaires de Hasbaya (Hasbaya) 07/550519

– Centre sanitaire de Aïn Jarfa pour les soins de santé primaires (Aïn Jarfa) 07/550445

– Centre sanitaire Rafic Hariri (Chebaa) 07/565055

– Centre sanitaire de Kfarhamam pour les soins de santé primaires (Kfarhamam) 07/560116

Bint Jbeil

– Centre des soins de développement (Bint Jbeil, quartier Ouaini) 07/450571

– Centre Al-Abbas pour les soins de santé primaires (Yater) 07/425187

– Centre de l’imam Sadr (Chakra) 07/370277

– Centre du sayyed Abdel-Mohsen Fadlallah (Kherbet Selem) 07/405149

– Centre médicosocial (Yaroun) 07/451540

– Centre Al-Abbas pour les soins de santé primaires (Yater) 07/425187

– Centre de soins de santé primaires à l’hôpital gouvernemental de Tebnine (Tebnine) 07/325528, 07/326399

– Centre des soins de développement (Aïta Chaab) 07/465356

– Centre de soins médicosocial (Aïn Ebel) 07/470097

– Centre Borj Klaouiyé pour les soins de santé primaires (Borj Klaouiyé) 07/385454

– Centre François el-Hajj (Rmeich) 07/470495

– Centre des institutions de l’imam Sadr (Aïta Chaab) 07/465600

Dans un pays où l’on est autant attaché à la marque de son médicament qu’à celle de sa voiture, se procurer des génériques auprès d’un centre de soins primaires (relevant de l’État) a rarement été une option. Avec la crise économique sans précédent que traverse le Liban, les mentalités semblent toutefois doucement évoluer. À deux pas du palais Saëb Salam dans le quartier...
commentaires (2)

Incroyable il y a des centres au nom de l’Imam Sadre et un au nom de Khomeini et vive le Hezbollah et l’ Iran waw….

Eleni Caridopoulou

00 h 48, le 01 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Incroyable il y a des centres au nom de l’Imam Sadre et un au nom de Khomeini et vive le Hezbollah et l’ Iran waw….

    Eleni Caridopoulou

    00 h 48, le 01 décembre 2021

  • Ce n'est pas très vrai. Je suis passé au dispensaire de la croix de Malte avec une ordonnance médicale pour les médicaments chroniques. Première question vous habitez où ? Rejoignez votre dispensaire de quartier. Deuxième chose: on n'a aucun médicament actuellement. Troisième chose: prenez un rendez-vous pas avant le 29 décembre (1mois),pour être consulté par le médecin car votre prescription ne sert pas. Quatrième chose, j'ai tourné le dos et je suis parti. Conclusion : à la limite de la corruption, pour faire parvenir à notre cher ministre de la santé.

    Esber

    17 h 06, le 30 novembre 2021

Retour en haut